Vic­to­ria Beck­ham fait bande à part

Le Matin Dimanche - - PEOPLE - ANNE-CA­THE­RINE RE­NAUD

Alors qu’elle fête les 10 ans de son la­bel mode, l’ex-posh de­ve­nue icône de la cou­ture n’a pas ap­pré­cié que les Spice Girls se re­forment sur scène en 2019 sans elle. Fait-elle le buzz ou est-elle vrai­ment vexée?

Tout lui sou­rit: une belle des­cen­dance – trois gar­çons et une fille ti­rés à quatre épingles –, un ma­ri su­per sexy et star du bal­lon rond qui va lan­cer son propre club de foot à Mia­mi, une for­tune de 640 mil­lions de francs, la re­con­nais­sance de son ta­lent de sty­liste – elle vient de re­ce­voir le tro­phée de l’icône de mode aux People’s Choice Awards – et les bonnes grâces de la prê­tresse de la mode An­na Win­tour, Vic­to­ria Beck­ham a tout pour elle. Pour­tant, elle est d’hu­meur cha­grine.

Quand, dé­but no­vembre, les Spice Girls ont an­non­cé, après des mois de ru­meurs, qu’elles al­laient re­mon­ter sur scène et par­tir en tour­née au Royaume-uni du 1er au 15 juin 2019, l’ex-posh a vu rouge. Au dé­but, elle a fait bonne fi­gure à mau­vais jeu, en se fen­dant d’un mes­sage bien­veillant à ses an­ciennes co­pines de scène. «C’est un jour spé­cial pour les filles qui ont an­non­cé leur pro­chaine tour­née! Je n’y par­ti­ci­pe­rai pas, mais le groupe des Spice Girls me ren­voie à une pé­riode très im­por­tante de ma vie et je sou­haite beau­coup de fun à ces quatre chan­teuses.» Quelques jours après, elle a tout de même fait sa­voir qu’elle re­gret­tait qu’on ne lui ait pas de­man­dé si elle était in­té­res­sée par le pro­jet.

Fric­tion d’ego

C’est sur le pla­teau du «Jo­na­than Ross Show», sur la chaîne an­glaise ITV, que «l’af­faire» a écla­té, jeu­di 8 no­vembre, alors que les quatre Spice, Me­la­nie B, Ge­ri Hal­li­well, Em­ma Bun­ton et Me­la­nie C étaient in­vi­tées en grande pompe. Il a suf­fi d’une

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.