Tra­vailler 186 ans

Le Matin Dimanche - - CHRONIQUES - Ch­ris­tophe Pas­ser

C’est ma mi­nute peut-être dé­ma­go. Mais je vais as­su­mer parce que je ne suis pas sûr que ce soit si dé­ma­go, fi­na­le­ment, ou po­pu­liste, ou quoi que ce soit de ce genre. 4200 francs: c’est ce que la ma­jo­ri­té des sa­la­riés suisses peuvent es­pé­rer tou­cher men­suel­le­ment à la re­traite. À condi­tion d’avoir tra­vaillé et co­ti­sé 45 ans, d’ad­di­tion­ner rente AVS com­plète et deuxième pi­lier cor­rect. L’es­pé­rance de vie en Suisse étant de 83 ans, un homme peut donc ima­gi­ner tou­cher ce mon­tant entre ses 65 et 83 ans. To­tal pour ces 18 ans: 907 200 francs.

Pre­nez main­te­nant le conseiller d’état genevois Pierre Mau­det, 40 ans, élu de­puis 7 ans. Je ne vais pas dé­tailler en­core les nom­breuses ques­tions et en­quêtes qui se posent au­tour de ses voyages et fi­nan­ce­ments de cam­pagne. La place man­que­rait pour dé­crire les his­toires du plus en­glué dans les men­songes des pré­su­més in­no­cents de Suisse ro­mande. On va ré­su­mer: l’ex-gé­nie po­li­tique a per­du toute cré­di­bi­li­té po­li­tique.

Grâce à des chiffres ob­te­nus par la RTS, on dé­couvre ce­pen­dant que, s’il démissionne avant le 29 juin 2019, il se conten­te­ra, pour 7 ans de tra­vail, d’un pac­tole de 437 802 francs de re­traite. Mais s’il ré­siste au-de­là de cette date, il en­tre­ra dans sa hui­tième an­née. Là, c’est bin­go: il tou­che­ra à vie

89 161 francs par an. De ses 41 ans jus­qu’à ses 83 ans, on ar­rive au to­tal de 3 744 782 francs. Vous com­pre­nez dé­sor­mais mieux pour­quoi Pierre Mau­det, qui n’est «pas un homme d’ar­gent», a tel­le­ment en­vie de se mettre en­core quelques mois au ser­vice des Genevois, et de ré­sis­ter à la «ca­bale mé­dia­tique». Pour huit ans de tra­vail, il tou­che­rait 4,12 fois ce que touche un sa­la­rié qui a tra­vaillé 45 ans: un peu comme si Mau­det avait co­ti­sé du­rant 186 ans. Ce­la fait quand même un ca­deau de 178 ans. Je ne crois donc pas qu’il soit dé­ma­go de le sou­li­gner.

Ces rè­gle­ments si gé­né­reux sur la re­traite des élus sont faits pour en­cou­ra­ger les meilleurs à se pré­sen­ter en po­li­tique. Ils prennent des risques, la preuve. Ils peuvent aus­si tom­ber ma­lades, n’être pas ré­élus, etc. Cer­tains cas ont ques­tion­né par­fois dans d’autres can­tons, Vaud ou Va­lais ré­cem­ment. Mais je per­siste à trou­ver que de telles pra­tiques en­cou­ragent plus la cupidité que la dé­mo­cra­tie. Pen­dant ce temps, on dis­trait les ci­toyens en les fai­sant vo­ter comme des veaux sur des choses aus­si su­bal­ternes que les vaches à cornes. 1000vies.le­ma­tin.ch

Pour re­trou­ver toutes les chro­niques

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.