Pour­quoi les son­nettes de nos lits d’hô­pi­taux sont tom­bées en panne

Le Matin Dimanche - - SUISSE - SAMI ZAÏBI

De­puis le 1er jan­vier, une panne touche les son­nettes d’alarme des pa­tients de nom­breux hô­pi­taux suisses. À l’hô­pi­tal de Morges, on four­nit aux pa­tients de simples clo­chettes pour pal­lier le pro­blème, rap­porte «La Côte». Les sys­tèmes, is­sus du four­nis­seur al­le­mand Gets, n’ont in­for­ma­ti­que­ment pas di­gé­ré le pas­sage à la nou­velle an­née. Quelque 2000 ins­tal­la­tions sont tou­chées en Suisse, 300 en France et plu­sieurs di­zaines en Au­triche. «L’hor­loge a été retardée d’un mil­lé­naire au pas­sage à la nou­velle an­née, ce qui a fait dys­fonc­tion­ner les ap­pa­reils», ex­plique Gets. Se­lon le four­nis­seur, ils de­vraient tous êtres ré­pa­rés dans le cou­rant de la se­maine pro­chaine.

Le pro­blème re­met en lu­mière les craintes du pas­sage de l’an pour le ma­té­riel in­for­ma­tique. Le cé­lèbre «Bug de l’an 2000» avait af­fo­lé la pla­nète à la veille du nou­veau mil­lé­naire, en rai­son de la fa­çon dont les or­di­na­teurs comp­taient les dates: au lieu de les trai­ter com­plè­te­ment, ils ne pre­naient que les deux der­nières uni­tés, par exemple «99» au lieu de «1999», ce qui pou­vait faire croire aux or­di­na­teurs qu’ils n’étaient pas pas­sés en 2000 mais en 1900. «Le pro­blème était connu de­puis 1980 et il y a eu de nom­breuses an­nées pour le cor­ri­ger. Il n’a pas eu de gros ef­fets, mais des cen­taines de mil­lions, voire mil­liards, ont été dé­pen­sés pour s’en pré­ve­nir», ex­plique Re­né Beu­chat, char­gé de cours d’in­for­ma­tique à L’EP­FL. De­puis, il ar­rive tout de même ré­gu­liè­re­ment que des ap­pa­reils cessent de fonc­tion­ner à l’aube d’une nou­velle an­née. Par exemple, les ba­la­deurs Zune de Mi­cro­soft ont to­ta­le­ment ar­rê­té de fonc­tion­ner pen­dant le ré­veillon 20082009. L’ip­hone d’apple est, quant à lui, vul­né­rable au chan­ge­ment de date ma­nuel. Un you­tu­beur a dé­mon­tré qu’en chan­geant la date pour le 1er jan­vier 1970, il de­vient im­pos­sible de ral­lu­mer l’ap­pa­reil après l’avoir éteint. En gé­né­ral, ces pannes pro­viennent d’une sim­pli­fi­ca­tion du code. En vou­lant en ré­duire la lon­gueur, les in­for­ma­ti­ciens n’in­cluent pas cer­taines don­nées qui as­surent le pas­sage de l’an. Ce qui peut fa­ci­le­ment ar­ri­ver. «Il suf­fit que les pro­gram­meurs ne prennent pas cor­rec­te­ment en compte ces pa­ra­mètres et le pro­blème va ar­ri­ver», ex­plique Re­né Beu­chat. Le pro­blème peut po­ten­tiel­le­ment tou­cher tous les ap­pa­reils qui ont be­soin de connaître la date en cours, c’est-à-dire dire une énorme quan­ti­té de ter­mi­naux ac­tuels, et en­core plus dans les an­nées à ve­nir avec l’avè­ne­ment pré­vu de l’in­ter­net des ob­jets. Fri­gos, cui­sines et salles de bains sont voués à être connec­tés, ils pour­ront donc aus­si être tou­chés par une telle panne.

IN­FOR­MA­TIQUE Un pro­blème af­fecte de­puis Nou­vel-an les son­nettes d’alarme de nom­breux hô­pi­taux suisses. Elle rap­pelle la vul­né­ra­bi­li­té de nos ter­mi­naux.

Bug de l’an 2038

Le pro­chain écueil de grande am­pleur pour les sys­tèmes in­for­ma­tiques au­ra lieu le 19 jan­vier 2038 à 3 h 14 mi­nutes 8 se­condes, en temps uni­ver­sel. Ce­la concerne les sys­tèmes qui comp­ta­bi­lisent les se­condes à par­tir du 1er jan­vier 1970 se­lon un for­mat 32 bits, qui li­mite le nombre to­tal de se­condes à 231-1, soit 2 147 483 647 se­condes (01111111 11111111 11111111 11111111 en bi­naire). En d’autres termes, ces sys­tèmes pen­se­ront ar­ri­ver à la fin du temps. La se­conde sui­vante, ils re­com­men­ce­ront un nou­veau cycle et af­fi­che­ront la date du 13 dé­cembre 1901. De nom­breux ap­pa­reils quo­ti­diens uti­lisent ce sys­tème de me­sure du temps, comme les im­pri­mantes, la Swiss­com Box ou les clés USB, par exemple. Mais là en­core, le pire de­vrait être évi­té: «Ces sys­tèmes com­mencent à être cor­ri­gés, et d’ici à 2038, il ne de­vrait plus res­ter d’ap­pa­reil vul­né­rable à ce risque», ras­sure Re­né Beu­chat.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.