En de­hors de son club, Ni­no Nie­der­rei­ter em­ploie tout un staff pour pro­gres­ser

À cô­té de son club, l’at­ta­quant gri­son du Wild du Min­ne­so­ta em­ploie plu­sieurs spé­cia­listes qui lui four­nissent aide et conseils dans des do­maines spé­ci­fiques. Son ave­nir en NHL est à ce prix.

Le Matin Dimanche - - SPORTS - EM­MA­NUEL FAVRE,

MONT­RÉAL Ni­no Nie­der­rei­ter (26 ans) n’est pas seule­ment un joueur de NHL de­puis 2010. L’ai­lier du Wild du Min­ne­so­ta est aus­si un en­tre­pre­neur qui em­ploie des spé­cia­listes pour l’ai­der à sur­mon­ter ses mo­ments de doute, à ajus­ter son jeu, à se nour­rir de ma­nière ap­pro­priée et à en­tre­te­nir son corps. «Cet in­ves­tis­se­ment est ab­so­lu­ment né­ces­saire, es­time le Gri­son, ren­con­tré lun­di der­nier à Mont­réal. Je me dois de me pré­sen­ter avec les 100% de mes moyens 82 soirs par sai­son. La Ligue est de­ve­nue tel­le­ment com­pé­ti­tive qu’un joueur ne peut plus se per­mettre de né­gli­ger un dé­tail.»

Son contrat avec le Wild lui rap­porte 5,25 mil­lions de dol­lars par an. Dans un club qui a chan­gé de di­rec­teur gé­né­ral pen­dant l’été, Ni­no Nie­der­rei­ter a conscience que sa si­tua­tion peut bas­cu­ler de jour au len­de­main. Il avait ins­crit une moyenne de 0,3 but par match lors des quatre der­nières sai­sons ré­gu­lières et n’en réus­sit que 0,17 de­puis oc­tobre. «C’est sûr que je ne suis pas aus­si pro­duc­tif qu’es­comp­té, ad­met-il C’est d’au­tant plus frus­trant que je suis à contre-cou­rant des ré­sul­tats de l’équipe. Quand je ne marque pas, on gagne; quand je fais des points, sou­vent, on perd. Je dois juste bos­ser pour re­de­ve­nir do­mi­nant.» C’est dans ces mo­ments qu’il sol­li­cite plei­ne­ment sa struc­ture per­son­nelle.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.