La jeune re­lève fé­mi­niste pré­pare la grève du 14 juin

Le Matin Dimanche - - LA UNE - TEXTES: CA­RO­LINE ZUERCHER PHO­TOS: YVAIN GE­NE­VAY

TÉ­MOI­GNAGES

À tra­vers la Suisse ro­mande, de nom­breuses jeunes femmes se mo­bi­lisent dans les groupes pré­pa­rant la grève du 14 juin. Cer­taines n’étaient même pas nées en 1991. Pour­quoi mi­litent-elles? Ren­contres.

Dans les groupes pré­pa­rant la grève du 14 juin, de nom­breuses jeunes femmes cô­toient des mi­li­tantes plus aguer­ries. Qui sont-elles? Por­traits.

Le 14 juin 1991, 500 000 per­sonnes avaient par­ti­ci­pé à la grève des femmes. Vingt-huit ans plus tard, les mi­li­tantes vont à nou­veau dé­brayer. Un ma­ni­feste a été pu­blié cette se­maine en Suisse ro­mande, qui ré­sume les re­ven­di­ca­tions de ces femmes (lire en page 18), dont cer­taines n’étaient même pas nées en 1991. Âgées de 17, 24, 33 ou 38 ans, elles re­pré­sentent la re­lève du fé­mi­nisme.

«Dans nos réunions, la moi­tié des in­ter­ve­nantes ne dé­passent pas la tren­taine», confirme Va­lé­rie Bor­loz, co­or­di­na­trice de la grève en Suisse ro­mande. Cette Vau­doise de 51 ans y voit un re­nou­veau du fé­mi­nisme qui dé­passe les fron­tières hel­vé­tiques. Des grèves ont en ef­fet eu lieu ailleurs en Eu­rope ou en Amé­rique du

Sud. La quin­qua­gé­naire lie le phé­no­mène aux cam­pagnes qui cir­culent sur les ré­seaux so­ciaux, comme le mou­ve­ment #Metoo. Elle l’in­ter­prète aus­si comme une ré­ac­tion au vi­rage conser­va­teur pris dans plu­sieurs pays.

«Je suis de­ve­nue grand-ma­man, et des jeunes femmes doivent en­core se battre contre les in­éga­li­tés», sou­pire Ma­rianne Ebel. Cette Neu­châ­te­loise de 71 ans était aux pre­miers rangs en 1991. Dans un peu moins de cinq mois, elle dé­fi­le­ra avec ses ca­dettes, dé­chi­rée entre la dé­cep­tion de ne pas avoir at­teint l’ob­jec­tif et la sa­tis­fac­tion de consta­ter que la re­lève est as­su­rée. «Je suis contente de voir que les jeunes com­prennent que l’éga­li­té n’est pas as­su­rée. Après son ins­crip­tion dans la Consti­tu­tion, en 1981, cer­taines ont pu le pen­ser.»

Cô­té pra­tique, ce sang neuf a l’avan­tage d’ap­por­ter les nou­velles tech­no­lo­gies au mou­ve­ment. D’une gé­né­ra­tion à l’autre, les sen­si­bi­li­tés sont-elles dif­fé­rentes? «Je sens ces jeunes femmes beau­coup plus convain­cues d’avoir le droit de re­ven­di­quer, plus sûres d’elles, ré­pond Va­lé­rie Bor­loz. Il y a cin­quante ans, ce cu­lot était moins ré­pan­du.» Et les prin­ci­pales in­té­res­sées, qu’en pensent-elles? Nous en avons ren­con­tré sept. Voi­ci leurs té­moi­gnages.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.