Le cli­mat à la fi­gure

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

La grève des gym­na­siens a un pe­tit goût d’in­édit. Dif­fi­cile en ef­fet de se sou­ve­nir de la der­nière fois que les ados suisses, aus­si bien Ro­mands qu’alé­ma­niques, sont des­cen­dus mas­si­ve­ment dans la rue pour dé­fendre une cause. La ra­re­té de ce genre d’évé­ne­ment ne peut que pous­ser à tendre l’oreille, à dé­pas­ser la pre­mière im­pres­sion d’une pro­tes­ta­tion is­sue d’une nou­velle lu­bie sur les ré­seaux so­ciaux.

Les jeunes ma­ni­festent pour le cli­mat. Ils re­prochent aux po­li­ti­ciens de ne pas agir suf­fi­sam­ment et semblent pro­po­ser – même s’il ne s’agit pas d’un mou­ve­ment réel­le­ment struc­tu­ré – quelques me­sures. Et pour l’ins­tant, les jeunes semblent eux-mêmes in­cré­dules quant à la force de leur mou­ve­ment.

Leur spon­ta­néi­té est belle à voir. Elle est in­quié­tante aus­si. Car après tout, ces jeunes se sentent si peu écou­tés sur cette ques­tion que leur pre­mier acte ci­toyen consiste à des­cendre dans la rue. Dif­fi­cile pour­tant de leur don­ner tort. En Suisse, lors de n’im­porte quel dé­bat sur le cli­mat, il y a tou­jours un po­li­ti­cien pour bran­dir la me­nace: «Avec ce que vous pro­po­sez, nous al­lons de­voir tous nous éclai­rer à la bou­gie.» Sur­tout, ce­la fait des an­nées que les ex­perts disent qu’il faut agir de ma­nière glo­bale, avec des règles et des lois qui ont des ef­fets à grande échelle. Et que rien ne se passe. Le Con­seil na­tio­nal vient de torpiller la ré­forme de la loi sur le CO2 et la der­nière COP24 de Ka­to­wice a ac­cou­ché d’une sou­ris.

Dé­tail pi­quant. Les lea­ders qui se­ront pré­sents à Da­vos pour as­sis­ter au WEF donnent rai­son aux jeunes. Un son­dage vient de ré­vé­ler que le cli­mat est leur prin­ci­pale pré­oc­cu­pa­tion. Ils s’in­quiètent sur­tout de l’in­ca­pa­ci­té des pou­voirs pu­blics à agir face à cette pro­blé­ma­tique. Peut-être que cette élite mon­diale est dé­jà ins­pi­rée par Gre­ta Thun­berg, cette jeune ac­ti­viste sué­doise de 16 ans qui se ren­dra jus­te­ment à Da­vos. En train. De­puis la Suède. C’est elle qui est à l’ori­gine de ce se­cond souffle éco­lo­gique et de toutes ces ma­ni­fes­ta­tions: tous les ven­dre­dis, elle courbe les cours pour al­ler ma­ni­fes­ter de­vant le par­le­ment de son pays. Un dis­cours à la COP24 l’a ren­due mon­dia­le­ment cé­lèbre. «Nous n’avons plus d’ex­cuses», dé­cla­mait-elle.

Sou­vent on dit qu’il faut pré­ser­ver la pla­nète pour les gé­né­ra­tions à ve­nir. Cette fois, ce sont elles qui nous jettent ce slo­gan à la fi­gure. Et c’est gê­nant, ça pi­cote un peu. Comme un sen­ti­ment de culpa­bi­li­té. De quoi pous­ser les «adultes», comme ils disent, à agir?

La spon­ta­néi­té des jeunes est belle à voir. Elle est in­quié­tante aus­si

Ré­dac­teur en chef ad­joint Fa­bian Mu­hied­dine

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.