Hua­wei et le si­lence suisse

Le Matin Dimanche - - ECONOMIE -

Le four­nis­seur chi­nois des ré­seaux de té­lé­pho­nie mo­bile est au coeur d’une guerre sé­cu­ri­taire et com­mer­ciale avec les États-unis. La Suisse se tait. N’en pense rien. Et at­tend sans doute la po­si­tion al­le­mande.

Il y a peu en­core, la Chine était consi­dé­rée comme l’ate­lier du monde, un sous-trai­tant de l’in­dus­trie high-tech in­con­tour­nable et pro­ba­ble­ment le plus ef­fi­cace. Au­jourd’hui, la Chine est en­trée dans la pre­mière ligue des hautes tech­no­lo­gies et do­mine un éven­tail de fi­lières in­dus­trielles de plus en plus large: éner­gies re­nou­ve­lables, au­to­mo­biles élec­triques, bat­te­ries, té­lé­phones mo­biles, sa­tel­lites, or­di­na­teurs, im­pri­mantes 3D, da­ta mi­ning, bio­tech­no­lo­gies, se­mi­con­duc­teurs, etc. Et, sym­bole de son ex­cel­lence, le ré­gime du pré­sident Xi Jin­ping vient d’étendre son em­pire sur la face ca­chée de la Lune.

L’af­faire Hua­wei, qui a écla­té il y a un mois au Ca­na­da avec l’ar­res­ta­tion de sa di­rec­trice fi­nan­cière Meng Wanz­hou à la de­mande des État­su­nis, s’avère beau­coup plus dé­li­cate à ap­pré­hen­der. Le fa­bri­cant chi­nois d’équi­pe­ment té­lé­coms (il four­nit l’in­fra­struc­ture de bases aux opé­ra­teurs de té­lé­pho­nie mo­bile) dé­tient une po­si­tion de qua­si-mo­no­pole dans le sec­teur. En par­ti­cu­lier avec la 5G, le sé­same par le­quel tous les ob­jets et pro­ces­sus se­ront connec­tés avec un très haut dé­bit. Même s’il existe des concur­rents com­pé­tents (les groupes nor­diques No­kia et Erics­son), la dé­pen­dance à l’égard de la Chine de­vient sus­pecte. Se­lon les États-unis, l’en­tre­prise ser­vi­rait de porte d’en­trée ma­chia­vé­lique pour per­mettre au ré­gime de Pé­kin d’es­pion­ner le monde. Et, tout aus­si in­quié­tant, le Con­grès amé­ri­cain soup­çonne les pan­neaux pho­to­vol­taïques de Hua­wei d’être des che­vaux de Troie dans les ré­seaux élec­triques et à même de dé­clen­cher un «black-out», en in­fes­tant les comp­teurs et autres sen­seurs in­tel­li­gents qui gèrent la ten­sion des fu­turs ré­seaux élec­triques.

Le Ca­na­da, mis sous pres­sion par Wa­shing­ton, de­vra se pro­non­cer sur l’ex­tra­di­tion de Mrs Meng et dé­ci­der s’il ban­nit Hua­wei du mar­ché de la 5G de ses ré­seaux. L’al­le­magne, elle, s’in­ter­roge. Si elle ne s’est pas en­core pro­non­cée sur le fond, elle dit vou­loir en­quê­ter.

En Suisse, Sun­rise et Swiss­com sont de bons clients de Hua­wei. L’en­tre­prise y em­ploie plus de 300 per­sonnes et s’y plaît. Le groupe chi­nois a an­non­cé vou­loir y dé­ve­lop­per deux centres de re­cherche dans les deux écoles po­ly­tech­niques (EPFL et EPFZ), au terme d’un voyage très fruc­tueux de la conseillère fé­dé­rale Do­ris Leu­thard. Of­fi­ciel­le­ment, tout va bien. Ré­cem­ment en­core, le Con­seil fé­dé­ral in­di­quait que la sé­cu­ri­té des ré­seaux était de la res­pon­sa­bi­li­té… des en­tre­prises conces­sion­naires et non de la sienne. Quant au par­le­ment, il a dé­po­sé d’in­nom­brables in­ter­pel­la­tions sur les dan­gers du rayon­ne­ment des ondes élec­tro­ma­gné­tiques mais au­cune n’a trait à la sé­cu­ri­té, si ce n’est celle dé­po­sée en 2012 par l’an­cien conseiller na­tio­nal An­to­nio Hod­gers… À l’évi­dence, ses craintes sont fon­dées et mé­ri­taient un exa­men plus ap­pro­fon­di. Le Con­seil fé­dé­ral ne bou­ge­ra pas. Il at­ten­dra les conclu­sions de l’au­dit al­le­mand.

Car le su­jet est très sen­sible et brûle les doigts des États qui s’en ap­prochent. La Chine vient d’aver­tir le Ca­na­da: le ban­nis­se­ment de Hua­wei ne res­te­rait pas sans consé­quence. Deux de ses res­sor­tis­sants au­raient été ar­rê­tés de ma­nière ar­bi­traire par Pé­kin. Et l’un de ses ci­toyens, en pri­son pour tra­fic de drogue, vient d’être condam­né à mort au terme de l’exa­men en rap­pel d’une peine de 15 ans d’em­pri­son­ne­ment… Nul ne sait si les États-unis bluffent dans le dos­sier. Mais on connaît dé­jà de quel bois Pé­kin se chauffe!

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.