Sanc­tion­ner l’espionnage? La base ré­gle­men­taire de­meure très floue

Le Matin Dimanche - - FOOTBALL -

Leeds Uni­ted et Mar­ce­lo Biel­sa risquent-ils de voir leur ma­gni­fique sai­son frei­née par le «spy gate»? C’est peut-être le se­cret es­poir des onze clubs qui ont écrit à la FA (fé­dé­ra­tion an­glaise) et la EFL (En­glish Football League) pour ap­puyer les en­quêtes ou­vertes contre l’ar­gen­tin. Biel­sa l’a af­fir­mé, il n’a «rien fait d’illé­gal». Est-ce vrai? Oui, sauf à vou­loir in­ter­pré­ter de ma­nière très libre l’ar­ticle 3.4 des rè­gle­ments de L’EFL qui sti­pule que «chaque club doit se com­por­ter de bonne foi en toutes cir­cons­tances en­vers tous les autres membres». Est-ce suf­fi­sant pour re­ti­rer des points aux Pea­cocks? Il n’y a pas grand monde pour le croire en An­gle­terre. Tout juste cet ar­ticle gé­né­ral de bonne conduite pour­rait-il ser­vir à in­fli­ger un aver­tis­se­ment à «El Lo­co». «C’est exac­te­ment pa­reil à la Swiss Football League, confirme Phi­lippe Gug­gis­berg, son porte-pa­role. L’ar­ticle 13.1 qui exige «le res­pect des prin­cipes de loyauté, d’in­té­gri­té et d’es­prit spor­tif» pour­rait éven­tuel­le­ment ser­vir de base lé­gale.» De­vant ce flou ré­gle­men­taire, une éven­tuelle sanc­tion se­rait donc le fruit d’un vo­lon­ta­risme des ins­tances. «Elle se­rait bienvenue, ap­puie Yves Dé­bon­naire. Car si Biel­sa l’a fait, d’autres vont s’y mettre. Et puis il faut frei­ner cette course à l’in­for­ma­tion sur l’ad­ver­saire. Ce­la va trop loin. Avec ma sen­si­bi­li­té de for­ma­teur, je pense que rien ne rem­place la confiance pla­cée en son équipe. J’aime le foot de Mar­ce­lo Biel­sa. Mais si le per­son­nage n’est pas sanc­tion­né, c’est la porte ou­verte à tous les ex­cès.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.