Char­lize The­ron, por­trait d’une belle qui pour­rait faire cha­vi­rer Brad Pitt

Hol­ly­wood est en ef­fer­ves­cence de­puis que se des­sine une pos­sible idylle entre Brad Pitt et l’ac­trice sud-afri­caine. On peut rê­ver.

Le Matin Dimanche - - ACTEURS - ANNE-CA­THE­RINE RE­NAUD anne-ca­the­rine.re­naud @le­ma­tin­di­manche.ch

Ain­si vont les af­faires de coeur. De­puis que Brad Pitt, 55 ans, et Char­lize The­ron, 43 ans, ont été vus par­ta­geant un verre d’eau au bar du my­thique hô­tel Cha­teau Mar­mont, à Los An­geles, le 12 jan­vier der­nier, toute la pla­nète people pé­pie! Se­lon «The Sun», les deux sex-sym­bols fi­le­raient le par­fait amour. Mais qui est l’in­ter­mé­diaire qui les a pré­sen­tés? C’est Sean Penn, l’ex-com­pa­gnon de Ma­dame, qui en au­rait pris l’ini­tia­tive. Riche idée! Ils fe­raient un bien jo­li couple, le plus gla­mour de ce dé­but d’an­née.

En­semble de­puis Noël

En quelques jours, force dé­tails ont cham­pi­gnon­né au­tour de ce ba­nal apé­ro, don­nant du re­lief à l’histoire. On ap­prend donc que l’ac­trice ve­nait d’as­sis­ter à la pro­jec­tion du film «Ro­ma», can­di­dat aux Os­cars, alors que Brad Pitt était invité à celle de la co­mé­die dra­ma­tique «Si Beale Street pou­vait par­ler» dans une pro­prié­té hol­ly­woo­dienne. Tous deux se se­raient re­trou­vés après leurs séances res­pec­tives. Tou­jours se­lon «The Sun», elle au­rait pris un cock­tail à la vod­ka, et il s’en est te­nu à de l’eau mi­né­rale. Ils se mon­traient très af­fec­tueux l’un en­vers l’autre. Même que le bras de Brad en­ser­rait le dos de Char­lize et que l’ac­teur au­rait fait un clin d’oeil à l’ac­trice. N’en je­tez plus: ils sont en­semble! Leurs re­gards et leurs gestes parlent pour eux. Les ex­perts ès ro­mances font re­mon­ter le dé­but de leur re­la­tion aux fêtes de Noël. Mais les ru­meurs bruis­saient de­puis l’au­tomne dé­jà, quand cer­tains ta­bloïds fai­saient état de ren­dez-vous se­crets entre les deux stars dans des suites de luxe à Londres, Pa­ris et Be­ver­ly Hills. Ré­cem­ment, ils ont éga­le­ment fait des photos pour une pub de la marque hor­lo­gère Breit­ling, où on les a vus très com­plices. De bons amis, ils se­raient de­ve­nus amants. Pour­tant, au­cun d’entre eux n’a confir­mé, ni in­fir­mé cette nou­velle…

Bien sûr qu’on ai­me­rait y croire. D’abord parce que ce se­rait la fu­sion de deux âmes es­seu­lées. Sé­pa­ré d’an­ge­li­na Jo­lie de­puis sep­tembre 2016, Brad Pitt sort d’un dou­lou­reux di­vorce dans le­quel, après avoir été ac­cu­sé de tous les maux par son ex, il a per­du quelques plumes, mais ob­te­nu un ac­cord à l’amiable pour en­ca­drer la garde de leurs six en­fants. In­ca­sable – il au­rait confié l’an der­nier qu’il de­vait chan­ger son nom sur les sites de ren­contre pour qu’on lui ré­ponde, car sa cé­lé­bri­té fai­sait fuir les pré­ten­dantes! – Brad sem­blait avoir eu un coup de coeur pour une ar­chi­tecte, Ne­ri Ox­man, au prin­temps 2017. Mais ce­la n’a pas du­ré. Quant à Char­lize, après une idylle d’un an et de­mi avec Sean Penn, elle se consa­crait de­puis 2015 à l’édu­ca­tion de ses deux en­fants adop­tés.

Tiens, tiens, la belle égé­rie de Dior, plus las­cive et sculp­tu­rale que ja­mais dans la der­nière pub pour le par­fum de la griffe, a bien des points com­muns avec An­ge­li­na Jo­lie. Toutes les deux sont des mères cou­rage qui ont adop­té, seules, des en­fants de cou­leur. Char­lize The­ron a un gar­çon, Jack­son, 7 ans, qu’elle est al­lée cher­cher en mars 2012 en Afrique du Sud, d’où elle est ori­gi­naire. Puis elle a com­plé­té la fa­mille en août 2015, avec une fillette, pré­nom­mée Au­gust, 3 ans et de­mi. Elle aus­si uti­lise aus­si sa no­to­rié­té pour de grandes causes. Nom­mée en 2008 «mes­sa­gère de la paix des Na­tions Unies», elle se bat contre le ra­cisme, le port de la four­rure, le si­da et la pau­vre­té en Afrique. «Je suis la ma­man de deux en­fants noirs et j’ai peur tous les jours de les éle­ver aux États-unis, qui souffrent en­core beau­coup de pré­ju­gés ra­ciaux», a-t-elle dé­cla­ré sur les ré­seaux so­ciaux.

An­ge­li­na grince des dents

So­laire et ma­gné­tique au­tant qu’an­ge­li­na est té­né­breuse et in­sai­sis­sable, Char­lize a un che­min de vie qui n’a rien à en­vier à l’ex de Brad. Té­moin de l’as­sas­si­nat de son père par sa mère en état de lé­gi­time dé­fense, elle n’a pas eu une en­fance bai­gnée dans le miel. Est-ce pour ce­la qu’elle choi­sit tou­jours les rôles les plus ex­trêmes, comme ce­lui d’une tueuse en sé­rie dans «Mons­ter» en 2003 – qui lui a va­lu un os­car – ou cette tête brû­lée au crâne ra­sé dans «Mad Max: Fu­ry Road» en 2015? «Je n’ai pas fait de psy­cho­thé­ra­pie. Être ac­trice me suf­fit», confie-t-elle dans «Elle». Or An­ge­li­na ne ver­rait pas cette liai­son d’un très bon oeil. Les deux ac­trices, qui ont dé­jà concou­ru pour les mêmes films par le pas­sé, ont tou­jours en­tre­te­nu une cer­taine ri­va­li­té. Jo­lie se sen­ti­rait tra­hie. D’au­tant plus que les choses se sont pré­ci­pi­tées ces der­niers jours de­puis que Shi­loh, Vi­vienne et Knox se se­raient ren­dus chez Char­lize The­ron dont la pro­prié­té à Los Fe­liz, quar­tier chic de L.A., n’est pas loin de celle de Brad Pitt. Af­faire à suivre…

«Je n’ai pas fait de psy­cho­thé­ra­pie. Être ac­trice me suf­fit» Char­lize The­ron, ac­trice

Mère Le 4 no­vembre 2018, Char­lize The­ron em­mène ses en­fants, Jack­son (à g.) et Au­gust à un an­ni­ver­saire.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.