«La Poste doit faire preuve de sen­si­bi­li­té»

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

Le pré­sident du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du géant jaune ré­agit au dé­pla­ce­ment contro­ver­sé d’une cen­taine de cadres au Viet­nam.

Urs Sch­wal­ler in­vite les cadres de La Poste à faire preuve «de sen­si­bi­li­té»: «J’at­tends d’eux qu’ils sachent que La Poste n’est pas une en­tre­prise pri­vée comme les autres.» Le pré­sident du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion du géant jaune est re­ve­nu hier sur le dé­pla­ce­ment contro­ver­sé à Hô Chi Minh-ville de 103 res­pon­sables de Swiss Post So­lu­tions (SPS), fi­liale de La Poste, dont le coût avoi­sine les 200 000 francs.

Cette ren­contre an­nuelle a eu lieu du 21 au 22 jan­vier. Fon­da­men­ta­le­ment, il n’y a rien de mal à ce que SPS, qui a des sièges en Eu­rope, en Amé­rique et en Asie, réunisse pour une fois ses cadres au Viet­nam, in­dique Urs Sch­wal­ler. Ce der­nier sou­ligne néan­moins être en train de ras­sem­bler «tous les élé­ments du voyage».

Le syn­di­cat Syn­di­com avait cri­ti­qué cet évé­ne­ment. Il par­lait d’un af­front nui­sant à l’image de La Poste. Les em­ployés, en contact di­rect avec les clients, sup­portent «les pro­pos har­gneux sur le com­por­te­ment de leurs su­pé­rieurs hié­rar­chiques». La Poste doit ins­tau­rer «une to­tale trans­pa­rence», ont exi­gé les re­pré­sen­tants du per­son­nel.

SPS em­ploie 7500 per­sonnes dans le monde, dont 1500 au Viet­nam et 900 en Suisse. Le reste est ré­par­ti entre l’al­le­magne, la Grande-bre­tagne et les États-unis. La fi­liale de La Poste pro­pose des so­lu­tions pour les en­tre­prises qui veulent ex­ter­na­li­ser leurs pro­ces­sus opé­ra­tion­nels. M. M./ATS

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.