Les SIG et les Forces Mo­trices Va­lai­sannes signent un gros con­trat

Le Matin Dimanche - - ECONOMIE - NI­CO­LAS PINGUELY

L’encre est à peine sèche. Les Ser­vices in­dus­triels de Ge­nève (SIG) et les Forces Mo­trices Va­lai­sannes (FMV) viennent de si­gner un gros con­trat as­su­rant que l’hy­dro­élec­tri­ci­té des bar­rages va­lai­sans conti­nue­ra d’ap­pro­vi­sion­ner le bout du lac jus­qu’en 2023. Ce con­trat porte sur 232 gi­ga­watt­heures (GWH), soit près de 25% de la pro­duc­tion an­nuelle des FMV, ou en­core 15% de la consom­ma­tion élec­trique des mé­nages ge­ne­vois.

Les deux par­te­naires ne com­mu­niquent pas sur le prix. Un bon connais­seur du mar­ché élec­trique nous ap­prend qu’une telle tran­sac­tion doit se né­go­cier «entre 5,2 et 5,7 cen­times le ki­lo­watt­heure (kwh)».

Cette opé­ra­tion est stra­té­gique pour les deux par­ties. Pour les FMV, les prix fixés sur cinq ans et les im­por­tants vo­lumes en jeu sta­bi­lisent le mo­dèle d’af­faires. «Ce­la nous donne une as­sise, il y a un bon équi­libre risque-op­por­tu­ni­té», confirme Paul Mi­chel­lod, di­rec­teur des FMV. De la sorte, les Va­lai­sans ont l’as­su­rance d’écou­ler le quart de leur pro­duc­tion an­nuelle à un prix leur lais­sant un pe­tit pro­fit tout en dis­po­sant d’une marge de ma­noeuvre pour écou­ler du cou­rant élec­trique lorsque les cours grimpent.

Al­piq suit la même stra­té­gie

Dans la même veine, le géant élec­trique Al­piq et ses bar­rages an­nonce la si­gna­ture de contrats à long terme pour un to­tal de 3,4 té­ra­watt­heures (TWH) avec plu­sieurs dis­tri­bu­teurs d’éner­gie suisses et al­le­mands.

En Suisse, le seuil de ren­ta­bi­li­té des bar­rages hy­drau­liques se si­tue entre 5 et 7 cen­times par kwh. «Le plon­geon des cours à près de 2 cen­times par kwh en 2016 et en 2017 a pro­vo­qué de grosses dif­fi­cul­tés pour les pro­duc­teurs suisses», rap­pelle Paul Mi­chel­lod.

Le prix de l’élec­tri­ci­té s’est ré­vé­lé par­ti­cu­liè­re­ment vo­la­til ces der­nières an­nées en Eu­rope. Avec l’ar­ri­vée en force de la pro­duc­tion élec­trique al­le­mande ba­sée sur le char­bon, dont les coûts de re­vient sont très bas, et les sub­ven­tions al­louées à l’éo­lien et au so­laire, les cours ont plon­gé de­puis la fin des an­nées 2000. Ils sont pas­sés de près de 10 cen­times à 4,5 cen­times le kwh au­jourd’hui, flir­tant au pas­sage avec les 2 cen­times il y a trois ans lorsque la conjonc­ture eu­ro­péenne était au plus bas. En clair, l’ac­cord avec les SIG per­met aux FMV d’éva­cuer une par­tie des in­cer­ti­tudes sur le prix.

De leur cô­té, les SIG as­surent leur ap­pro­vi­sion­ne­ment en éner­gie re­nou­ve­lable, coeur de leur stra­té­gie. «Il de­vient plus com­pli­qué que par le pas­sé de se four­nir en éner­gie lo­cale et verte, ex­plique Ch­ris­tian Bru­nier, di­rec­teur des SIG. La den­rée tend à de­ve­nir plus rare tant elle est à la mode.» Au­jourd’hui, les SIG pro­duisent sur le sol ge­ne­vois 30% des be­soins de leurs

L’hy­dro­élec­tri­ci­té des FMV conti­nue­ra d’ap­pro­vi­sion­ner le can­ton de Ge­nève à hau­teur de 15% des be­soins élec­triques des mé­nages.

clients, au tra­vers de bar­rages et de cen­trales so­laires. Grâce à ce par­te­na­riat, ce­la fait près de 40% de l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en éner­gie re­nou­ve­lable qui est as­su­ré pour cinq ans. «Nous gar­dons de la flexi­bi­li­té pour nous four­nir à court et moyen terme sur le mar­ché «spot» et pro­fi­ter de prix d’éner­gie re­nou­ve­lable suisse in­té­res­sants», ajoute-t-il.

Le fait que cette élec­tri­ci­té soit 100% d’ori­gine cer­ti­fiée hy­drau­lique va­lai­sanne est éga­le­ment un élé­ment cen­tral. «Ce­la est fon­da­men­tal pour les SIG, qui dis­tri­buent de­puis deux ans de l’élec­tri­ci­té 100% re­nou­ve­lable et 100% suisse à tra­vers tout le can­ton, rap­pelle Elise Ker­chen­baum, porte-pa­role du dis­tri­bu­teur. Cet ac­cord conso­lide par ailleurs quinze an­nées de par­te­na­riat entre le Va­lais et Ge­nève dans le dé­ve­lop­pe­ment et la va­lo­ri­sa­tion de l’hy­dro­élec­tri­ci­té suisse.» Il est vrai que les SIG sont à la pointe de la du­ra­bi­li­té en Suisse. L’éner­gie four­nie au bout du lac est no­tam­ment cer­ti­fiée d’ori­gine non nu­cléaire de­puis 2005.

Pas d’ac­cès aux mé­nages

Autre point clé pour com­prendre les en­jeux, les FMV sont un pur pro­duc­teur d’élec­tri­ci­té, four­nis­sant du cou­rant à des dis­tri­bu­teurs et à des in­dus­triels, qui n’a pas ac­cès aux par­ti­cu­liers. Cet ac­cord est donc de pre­mière im­por­tance pour écou­ler la pro­duc­tion va­lai­sanne. «Il s’agit d’un par­te­na­riat équi­li­bré entre un pro­duc­teur hy­drau­lique en Va­lais, les FMV, do­té d’une struc­ture de gros­siste, et les SIG, un dis­tri­bu­teur sen­sible aux éner­gies re­nou­ve­lables», conclut Paul Mi­chel­lod. Bref, le bleu va­lai­san com­plète le vert ge­ne­vois.

Les FMV sont ac­tives sur une ving­taine de sites, dont ce­lui de Nant de Drance (bar­rage d’émos­son).

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.