Green Mo­tion: cap à l’ouest

Le Matin Dimanche - - ECONOMIE - IVAN RADJA

Après la Chine et l’inde, le fa­bri­cant suisse de bornes de re­charge pour voi­tures s’im­plan­te­ra cette an­née aux États-unis.

Avec qua­rante em­ployés au Mont-sur­lau­sanne (VD), bien­tôt une cin­quan­taine, Green Mo­tion est une pe­tite PME. Mais avec 3000 bornes de re­charge ins­tal­lées en Suisse, dont 1200 pu­bliques, elle re­pré­sente le plus grand ré­seau de sta­tions pour voi­tures élec­triques d’eu­rope. Cet ar­gu­ment plaît aux Amé­ri­cains. Ça et le fait que de nom­breux clients sont des ré­fé­rents qui comptent à leurs yeux: UBS ou la ville de Zu­rich, pour ne ci­ter que ceux-là. Et lorsque les pro­duits is­sus des ate­liers de Po­ly­val sé­duisent tant par leurs qua­li­tés tech­niques qu’es­thé­tiques, les clients et par­te­naires po­ten­tiels se bous­culent au por­tillon.

«Le bon mo­ment»

Lors du der­nier Consu­mer Elec­tro­nics Show (CES) de Las Ve­gas, le stand de Green Mo­tion a lit­té­ra­le­ment été pris d’as­saut, ra­conte le CEO et fon­da­teur, Fran­çois Ran­din: «Nous avons éta­bli 212 contacts avec 28pays, dont 127 rien que pour les Étatsu­nis.» Si le pré­sident Trump lâche le concept de voi­ture élec­trique, il n’en va pas de même des États. «Il y a beau­coup d’ar­gent prêt pour les ré­seaux de re­charge. En Ca­li­for­nie bien sûr, mais aus­si dans les États de l’ore­gon, de Wa­shing­ton, du Co­lo­ra­do, entre autres.»

Les contacts amé­ri­cains pro­ve­naient de tous ho­ri­zons. Des re­pré­sen­tants de l’in­dus­trie au­to­mo­bile, dont Ge­ne­ral Mo­tors, Vol­vo, Nis­san, et les di­vi­sions amé­ri­caines de Toyo­ta, BMW et VW. Des dis­tri­bu­teurs et ins­tal­la­teurs, cer­tains opé­rant dans plu­sieurs États, voire l’en­semble du ter­ri­toire. Et des opé­ra­teurs de ré­seaux de bornes, mais qui n’en fa­briquent pas eux­mêmes. «Nous avons re­mar­qué que le mar­ché est bouillon­nant mais n’ex­plose pas en­core. C’est donc le bon mo­ment pour nous lan­cer aux États-unis.»

L’offre de Green Mo­tion ri­va­lise haut la main avec ce qui se fait outre-at­lan­tique. «Il y a un fa­bri­cant vrai­ment sé­rieux, avec des par­te­na­riats ex­clu­sifs, ce qui veut dire qu’il y a de la place pour de la concur­rence, et nos bornes sont très com­pé­ti­tives en termes de per­for­mances et de qua­li­té, ana­lyse Fran­çois Ran­din. Dans ce do­maine, les Amé­ri­cains ac­cusent un cer­tain re­tard.» Afin d’être prêt à ré­pondre aux pre­mières de­mandes, la cer­ti­fi­ca­tion UL, me­née par un ins­ti­tut in­dé­pen­dant, est en cours.

Ou­vert aux in­ves­tis­seurs

D’autres contacts ont été pris au CES, avec des clients fi­naux et des sous-trai­tants po­ten­tiels. Mais sur­tout avec des in­ves­tis­seurs: «Il n’est pas im­pos­sible que nous ou­vrions notre ca­pi­tal, à hau­teur de 10%.» Green Mo­tion avait dé­jà mis un pied en Chine en 2016, en cé­dant une li­cence tech­nique au sous-trai­tant Zhong­ding. Les li­qui­di­tés lui avaient per­mis de construire en Suisse le ré­seau Ev­pass. En Inde, un par­te­na­riat avec le construc­teur au­to­mo­bile Ta­ta est en dis­cus­sion de­puis l’an der­nier. Pour les États-unis, Green Mo­tion se donne «douze mois pour conclure un pre­mier deal». La so­cié­té se­ra pré­sente cette an­née au pro­chain Smart Ci­ty Con­nect, à Den­ver, à l’au­to­mo­bi­li­ty, à Los An­geles, et a d’ores et dé­jà si­gné pour le CES 2020. «Avec un stand plus grand.»

DR

Le dé­pla­ce­ment au sa­lon de l’in­no­va­tion tech­no­lo­gique de Las Ve­gas a por­té ses fruits.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.