Mi­cro­biote et agres­si­vi­té se­raient liés chez les chiens

Entre chiens et chats La chro­nique des ani­maux do­mes­tiques

Le Matin Dimanche - - NATURE -

On parle dé­sor­mais du mi­cro­biote in­tes­ti­nal, ja­dis ap­pe­lé flore in­tes­ti­nale, comme d’un deuxième cer­veau, tant ses consé­quences sur nos vies semblent im­por­tantes. De fait, les re­cherches qui lui sont consa­crées se sont mul­ti­pliées ces der­nières an­nées. L’une des plus ré­centes concerne les chiens. Des cher­cheurs de l’uni­ver­si­té de l’état de l’ore­gon, aux États-unis, ont conclu à un lien entre l’en­semble des mi­cro-or­ga­nismes qui se trouvent dans le tube di­ges­tif de ces ani­maux et leur ten­dance à l’agres­si­vi­té.

Ces scien­ti­fiques se sont in­té­res­sés à des pit­bulls recueillis dans un re­fuge après avoir été uti­li­sés comme chiens de com­bat. Dans un pre­mier temps, des spé­cia­listes ca­nins ont tes­té leur agres­si­vi­té. Après quoi, des échan­tillons de selles ont été pré­le­vés et ana­ly­sés afin de dé­ter­mi­ner les bac­té­ries in­tes­ti­nales qui y étaient pré­sentes et de les quan­ti­fier. Qu’ont-ils dé­cou­vert dans cette ma­tière fé­cale? No­tam­ment que les chiens non agres­sifs comp­taient da­van­tage de pro­téo­bac­té­ries et de fu­so­bac­té­ries que les chiens que­rel­leurs qui, eux, hé­ber­geaient plus de fir­mi­cutes. Sept classes d’or­ga­nismes étroi­te­ment liés les uns aux autres dif­fé­raient éga­le­ment de ma­nière si­gni­fi­ca­tive. Bref, les quan­ti­tés de cer­taines bac­té­ries que l’on trouve chez les chiens va­rie­raient beau­coup se­lon leur de­gré d’agres­si­vi­té. «Pour conclure qu’un com­po­sant du mi­cro­biote contri­bue à l’agres­si­vi­té, nous au­rons be­soin de pour­suivre nos re­cherches», re­marque tou­te­fois Tho­mas Sharp­ton, cher­cheur en mi­cro­bio­lo­gie. Quand on sait que la flore in­tes­ti­nale des chiens a de nom­breux points com­muns avec celle de l’homme, comme l’a dé­mon­tré l’an der­nier une étude me­née par des cher­cheurs de l’uni­ver­si­té amé­ri­caine de l’illi­nois, on peut se de­man­der si, en sui­vant cette piste, on ne pour­ra pas faire un pa­ral­lèle avec l’agres­si­vi­té hu­maine.

FRÉ­DÉ­RIC REIN

Mayte Torres/get­ty Images

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.