Ça s’agite en sur­face, moins en pro­fon­deur…

Le Matin Dimanche - - CHRONIQUES - Alain Re­be­tez Cor­res­pon­dant à Pa­ris

La po­li­tique a quelque chose de mé­ca­nique: un évé­ne­ment sur­vient et il fait rou­ler les opi­nions dans un sens, un autre se pro­duit et tout bas­cule dans l’autre di­rec­tion… L’art de la dis­ci­pline, c’est la maî­trise de ces flux à des fins tac­tiques, la ca­pa­ci­té de les mi­ni­mi­ser quand ils vous des­servent, ou au contraire, à les che­vau­cher quand ils vous sont fa­vo­rables. Pre­nez Em­ma­nuel Ma­cron. Il y a un mois et de­mi, la­mi­né par la contes­ta­tion des «gilets jaunes», il était à terre et se traî­nait dans les son­dages avec à peine au-des­sus de 20% d’opi­nions fa­vo­rables. À cet étiage, un pré­sident est ré­pu­té po­li­ti­que­ment mort, in­ca­pable d’avan­cer et de me­ner son pro­gramme. On par­lait de lui avec des airs in­quiets, faus­se­ment at­tris­tés, comme dans la chambre d’un ma­lade plon­gé dans un co­ma pro­fond.

Mais voi­là qu’au­jourd’hui, le co­ma­teux est res­sus­ci­té. À la fa­veur d’une sé­quence fa­vo­rable dans le lan­ce­ment du Grand dé­bat, il par­court la France, tout guille­ret. On le voit en bras de che­mise, il écoute et ré­pond dans des sé­quences in­ter­mi­nables que re­trans­mettent les chaînes d’in­for­ma­tion en conti­nu, de­vant les maires, les jeunes, à la cam­pagne, en ban­lieue… Et pouf, cette se­maine un son­dage le cré­dite de 34% d’opi­nions fa­vo­rables. Il re­monte, le bougre!

Der­rière cette mé­téo­ro­lo­gie po­li­tique, il y a les mou­ve­ments pro­fonds. Mais là, ça bouge moins vite. Beau­coup moins vite. À vrai dire par­fois, toute l’éner­gie est mise, au contraire, à ce que rien ne bouge! Pre­nez la re­ven­di­ca­tion la plus constante des «gilets jaunes», le RIC (ré­fé­ren­dum d’ini­tia­tive ci­toyenne). Il pointe le doigt sur le dé­faut ma­jeur de la Ve Ré­pu­blique, ré­gime où les pou­voirs du pré­sident sont ex­ces­sifs, faute de contre-pou­voirs ins­ti­tu­tion­nels ef­fec­tifs. Tout le monde le re­con­naît et le dé­plore, mais le dé­bat est ta­bou pour une rai­son très simple: la cons­ti­tu­tion est l’oeuvre du gé­né­ral de Gaulle, y tou­cher se­rait por­ter at­teinte à une fi­gure una­ni­me­ment vé­né­rée. Pour ce­la, il fau­drait une mo­ti­va­tion aus­si pro­fonde que cette exas­pé­ra­tion qui a pous­sé les «gilets jaunes» à dire: ce­la suf­fit, nous vou­lons le pou­voir de désap­prou­ver nos élus quand ils font des lois dont nous ne vou­lons pas, nous vou­lons le pou­voir de leur im­po­ser des lois quand ils n’en veulent pas.

Nous sommes bien pla­cés, en Suisse, pour sa­voir que ce n’est pas si simple. In­tro­duire en France une forme de dé­mo­cra­tie di­recte po­se­rait de gros pro­blèmes en termes de tra­di­tions po­li­tiques et d’équi­libres ins­ti­tu­tion­nels. Ce se­rait pos­sible à condi­tion de me­ner un dé­bat sin­cère. Or per­sonne n’en veut. Le par­ti au pou­voir n’en veut pas pour la rai­son évi­dente qu’il consi­dère que tout ce qui li­mi­te­rait son pou­voir est une mau­vaise chose. La droite tra­di­tion­nelle n’en veut pas, car elle vé­nère l’au­to­ri­té et dé­teste ce qui pour­rait l’af­fai­blir. La gauche tra­di­tion­nelle n’en veut pas non plus, par mé­fiance en­vers le peuple, qui a le dé­faut, à ses yeux, d’être po­pu­liste donc d’ex­trême droite. Les par­tis hors sys­tème, le Ras­sem­ble­ment na­tio­nal et les In­sou­mis, sont les seuls à dé­fendre l’idée, mais sans convic­tion, sans for­mu­ler de pro­po­si­tions ar­ti­cu­lées, ni ten­ter une conver­gence sur ce qui pour­rait être un élar­gis­se­ment des droits dé­mo­cra­tiques.

Bref, on s’agite beau­coup en sur­face, mais en pro­fon­deur, sur une ques­tion aus­si fon­da­men­tale que le RIC, tout le monde est d’ac­cord pour ne rien faire. Comme quoi l’una­ni­mi­té existe par­fois en po­li­tique, il suf­fit de sa­voir où re­gar­der.

Cette ch­ro­nique est as­su­rée en al­ter­nance par Lio­nel Baier, Claude-in­ga Bar­bey, Chris­tophe Gal­laz, Alain Re­be­tez et Fran­çois Schal­ler

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.