Les meilleures ph­rases de Cons­tan­tin

Le Matin Dimanche - - FOOTBALL -

«Ma­cron, c’est un pré­sident qui est ma­rié avec une vieille. Moi je suis un pré­sident qui… bon, pas­sons!»

«Tu sais la dif­fé­rence entre un psy et un train? Le train quand il dé­raille, il s’ar­rête.»

«Tu sais Pierre, chez nous, c’est pas comme à Abu Dha­bi, je peux pas in­vi­ter toute la fa­mille.» Au tout dé­but de son show, «CC» a in­di­qué avoir in­vi­té au ga­la Pierre Mau­det, qui a d’abord ac­cep­té, puis dé­cli­né la pro­po­si­tion.

«Quant t’es pré­sident d’un club de foot, le men­songe fait par­tie de ton mé­tier.»

«Les joueurs, au­jourd’hui, ils sont plus fra­giles, dé­li­cats. Ils ont en­vie d’avoir de l’ar­gent sans trop trans­pi­rer pour en avoir.»

«Ben écoute, Lio­nel va ar­ri­ver, de­mande-lui!» Chris­tian Cons­tan­tin a rap­pe­lé ce mo­ment où il a croi­sé Lio­nel Mes­si au ga­la du Bal­lon d’or en 2015 et où un jour­na­liste lui a de­man­dé juste après «ce que ça fai­sait» de croi­ser une star du foot­ball. «His­toire vraie», a-t-il pré­ci­sé.

«Gé­rard, pour le contrat, fais-toi au­cun sou­ci, tu se­ras payé en Rus­sie. On va four­nir au­cun po­gnon à Ma­cron.» Dans un dia­logue avec Gé­rard De­par­dieu, in­vi­té­sur­prise du show.

«On a été pis­ser en­semble, on est amis.» Sur la ma­nière dont Gé­rard De­par­dieu a ra­con­té leur ren­contre dans les toi­lettes du Bal­lon d’or.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.