Une al­lure an­té­di­lu­vienne

Le Matin Dimanche - - SCIENCES -

En 400 mil­lions d’an­nées, le coe­la­canthe a très peu chan­gé mor­pho­lo­gi­que­ment. Cer­tains en parlent d’ailleurs comme d’un «fos­sile vi­vant». Une ex­pres­sion contes­tée, no­tam­ment parce qu’elle est ré­cu­pé­rée par les créa­tion­nistes qui en font un ar­gu­ment pour nier l’évo­lu­tion. «Comme tous les êtres vi­vant sur la Terre, le coe­la­canthe évo­lue, cor­rige Lio­nel Ca­vin. Néan­moins, il est vrai que la mor­pho­lo­gie de ces pois­sons se mo­di­fie gé­né­ra­le­ment beau­coup plus len­te­ment que celle d’autres ani­maux.» Sans que l’on sache pré­ci­sé­ment pour­quoi. Lio­nel Ca­vin penche pour l’hy­po­thèse d’un taux de mu­ta­tions gé­né­tiques très bas.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.