Trou­vaille d’un GI dans une boîte de cor­ned-beef ava­riée

Le Matin Dimanche - - SCIENCES -

La fas­ci­nante bac­té­rie Dei­no­coc­cus ra­dio­du­rans est re­pé­rée en 1956, aux États-unis, comme le dé­taille Mi­ro­slav Rad­man «non pas par des haut gra­dés dans un la­bo­ra­toire se­cret consa­cré à la guerre bac­té­rio­lo­gique, mais par un brave GI af­fa­mé».

L’homme s’em­pare d’une boîte de conserve de cor­ned-beef qu’il ouvre avant de dé­cou­vrir, dé­goû­té, que la viande est tra­ver­sée de fi­la­ments oranges hau­te­ment sus­pects. Or cette ra­tion, comme toutes les autres, avait été sté­ri­li­sée. Et plu­tôt deux fois qu’une: à haute tem­pé­ra­ture ain­si que par ir­ra­dia­tion aux rayons gam­ma. «Il fal­lait donc cher­cher plus loin que la simple er­reur de fa­bri­ca­tion, re­late le bio­lo­giste. La bac­té­rie a été culti­vée en la­bo­ra­toire, puis ex­po­sée à des doses de ra­dia­tions de plus en plus fortes: im­pos­sible de la tuer.» Y com­pris après lui avoir in­fli­gé des doses co­los­sales de ra­dia­tions, jus­qu’à un mil­lion de rads, plu­sieurs mil­liers de fois su­pé­rieure à la dose lé­tale pour l’être hu­main.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.