Léa Sprun­ger en mode ma­chine à ga­gner

Le Matin Dimanche - - SPORTS - GUILLAUME LAURENT

Un cen­tième: c’est la marge qui a sé­pa­ré sur la ligne d’ar­ri­vée de la fi­nale du 400 m des Cham­pion­nats d’eu­rope in­door Léa Sprun­ger de la Belge Cyn­thia Bo­lin­go Mbon­go. Re­ve­nue très fort dans les 50 der­niers mètres, la sprin­teuse aux ori­gines congo­laises n’a pas pu em­pê­cher le sacre de la Gin­gi­noise. Le deuxième en sept mois après ce­lui gla­né sur 400 m haies en août der­nier à Ber­lin. L’ath­lète en­core mal­chan­ceuse il y a une an­née à la suite de sa dis­qua­li­fi­ca­tion en de­mi-fi­nale des Mon­diaux de Bir­min­gham, se trans­forme tou­jours d’avan­tage en ma­chine à ga­gner, avec le sou­rire. La voi­là dé­sor­mais double cham­pionne d’eu­rope et fi­na­liste mon­diale: un des plus gros pal­ma­rès de l’his­toire de l’ath­lé­tisme suisse. Pro­chain ob­jec­tif: mon­ter sur la «boîte» au ni­veau pla­né­taire.

Grosse frayeur

GLAS­GOW

Par­tie tout à l’ex­té­rieur au cou­loir 6, vite comme à son ha­bi­tude, Sprun­ger n’a, comme en sé­ries et en de­mi-fi­nale, ja­mais vu ses ad­ver­saires en fi­nale: «C’est tou­jours dif­fi­cile de cou­rir quand on ne sent pas les autres», souf­flait-elle plu­sieurs mi­nutes après l’ar­ri­vée, en­rou­lée dans un dra­peau hel­vé­tique. Par­tie fort, en pa­tronne, elle a lar­ge­ment me­né pen­dant 380 m, avant de sen­tir sou­dai­ne­ment la Belge Bo­lin­go Mbon­go re­ve­nir à cô­té d’elle dans les der­niers mètres: «Dans la der­nière ligne droite, j’es­saie d’al­ler cher­cher le chro­no, et sou­dain il y a Cyn­thia qui dé­bar- que. On casse toutes les deux sur la ligne et j’es­père que ça passe… Et ça passe!» As­sise sur la piste, Sprun­ger a en­suite dû at­tendre le ver­dict du chro­no­mètre: «Pre­mière ou deuxième? Je n’avais vrai­ment au­cune idée.»

Léa Sprun­ger a rem­por­té avec pa­nache et de jus­tesse son deuxième conti­nen­tal sa­me­di soir à Glas­gow (GB) sur 400 m. Dé­cep­tion pour Mu­jin­ga Kam­bund­ji, seule­ment 5e de la fi­nale du 60 m. His­toire de cen­tièmes.

Meilleure per­for­mance mon­diale

Puis ju­bi­la­tion pour un cen­tième. Aus­si dans les tri­bunes où les pa­rents Sprun­ger étaient pré­sents: «C’est le tra­vail qui paie, c’est ça qui est gé­nial. On sent qu’elle est plus se­reine, plus à l’aise. Mer­ci Laurent (ndlr: Meuw­ly, le coach de Sprun­ger)», sou­riait la ma­man Do­ris. Au pas­sage, Sprun­ger s’offre la meilleure per­for­mance mon­diale de l’an­née en 51’’ 61. Anec­do­tique: «Ce qui compte dans une fi­nale, c’est la place, mais je sa­vais qu’il fau­drait cou­rir vite pour ga­gner.»

Dé­cep­tion pour Kam­bund­ji et Bü­chel

Fi­nale conti­nen­tale his­to­rique pour la Suisse sur 60 m avec les deux Hel­vètes les plus ra­pides de tous les temps au dé­part: la mé­daillée de bronze des Mon­diaux de l’an pas­sé, Mu­jin­ga Kam­bund­ji, et la Tes­si­noise Aj­la Del Ponte. Pour la pre­mière, il s’agis­sait d’une énième par­ti­ci­pa­tion à ce ni­veau, alors que c’était un bap­tême du feu pour la se­conde. À l’ar­ri­vée, toutes deux fai­saient la moue. Elles se classent res­pec­ti­ve­ment 5e et 8e, en 7’’16 et 7’’30. Kam­bund­ji à… un cen­tième du bronze et deux de l’ar­gent.

Plus grosse gri­mace en­core pour Se­li­na Bü­chel, la grande fa­vo­rite du 800 m. La Saint-gal­loise double te­nante du titre s’est fait sor­tir dès les de­mi-fi­nales. Alors qu’elle avait été sen­sa­tion­nelle aus­si bien à Prague il y a quatre ans qu’à Bel­grade en 2017, Bü­chel n’a pas été à la hau­teur des at­tentes hier. Après être en­trée plus forte que ja­mais dans la sai­son avec un re­cord na­tio­nal sur 600 m et un chro­no ca­non sur 800 m (2’ 00’’ 98), elle pour­tant ar­ri­vée en Écosse avec beau­coup d’as­su­rance. Trop? La de­mi-fi­nale d’hier soir, qui au­rait dû être une for­ma­li­té au vu du ni­veau af­fi­ché par la Suis­sesse, a tour­né au cau­che­mar.

Epa/val­drin Xhe­maj

Léa Sprun­ger s’est im­po­sée d’un souffle de­vant la Belge Bo­lin­go Mbon­go.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.