Les Verts veulent lut­ter contre les «char­la­tans»

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

La ges­tion des mé­de­cines com­plé­men­taires ne convient pas aux éco­lo­gistes vau­dois. Ils dé­po­se­ront deux in­ter­ven­tions mar­di.

En ce dé­but de se­maine, Les Verts dé­po­se­ront une mo­tion et une in­ter­ven­tion au Par­le­ment vau­dois. Ces textes s’en prennent aux mé­de­cines com­plé­men­taires du Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire vau­dois (CHUV) et ré­clament l’ins­tau­ra­tion d’un «vé­ri­table ser­vice au­to­nome pour mieux lut­ter contre les char­la­tans». Les éco­lo­gistes vau­dois es­timent que la pra­tique des mé­de­cines com­plé­men­taires dans la struc­ture hos­pi­ta­lière ac­tuelle est «hé­té­ro­clite et dé­struc­tu­rée» et que la for­ma­tion des mé­de­cins, dans ce do­maine, a été for­te­ment pé­jo­rée de­puis la der­nière ren­trée uni­ver­si­taire.

Non aux char­la­tans!

«Nous étions à la pointe et maintenant, nous ris­quons d’être à la traîne par rapport à Ge­nève ou Fri­bourg», re­grette la dé­pu­tée Verte Léo­nore Por­chet. De là à par­ler de «char­la­ta­nisme»? «Ac­tuel­le­ment, il n’y a pas de ré­gle­men­ta­tion. N’im­porte qui peut pra­ti­quer n’im­porte quoi. Pour ren­for­cer notre offre de mé­de­cines com­plé­men­taires, nous de­man­dons un ser­vice ad hoc qui se­rait un rem­part de mé­de­cins pri­vés bien for­més pro­té­geant les soi­gnants et les pa­tients des char­la­tans qui se pré­tendent pro­fes­sion­nels et qui font de la concurrence dé­loyale.» La dé­pu­tée vau­doise se dit in­quiète par rapport à l’ac­cès à des soins de qua­li­té. «Les nou­veaux mé­de­cins ne sont pas suf­fi­sam­ment for­més. Je vous donne l’exemple de la mé­de­cine ayur­vé­dique maintenant pro­di­guée par un pro­fes­seur de lettres plu­tôt qu’un mé­de­cin ou en­core la sup­pres­sion de cours comme la na­tu­ro­pa­thie ou l’an­thro­po­so­phie, pour­tant re­con­nue par la LAMAL.»

L’élue vau­doise dé­nonce éga­le­ment l’ab­sence de co­or­di­na­tion dans le do­maine des mé­de­cines com­plé­men­taires, au CHUV. «Il fau­drait un mé­de­cin-chef pour ré­pondre au be­soin de trans­ver­sa­li­té et d’in­dé­pen­dance. Ce qui se passe doit être dé­non­cé, car c’est contraire à ce qui a été pro­mis aux Vau­dois. Je rap­pelle que 65% des Suisses uti­lisent les mé­de­cines com­plé­men­taires», ajoute Léo­nore Por­chet.

In­ter­pel­lé, le CHUV an­nonce qu’il vient de nom­mer une grande spé­cia­liste en mé­de­cine psy­cho­so­ma­tique et en hyp­nose pour cha­peau­ter les mé­de­cines com­plé­men­taires. Pour le Pr Pierre-fran­çois Ley­vraz, di­rec­teur gé­né­ral de l’ins­ti­tu­tion, la no­mi­na­tion d’une pro­fes­seure dé­diée à cette spé­cia­li­té est im­por­tante et s’ins­crit dans un long pro­ces­sus com­men­cé en 2015. «Nous nous sommes ren­du compte des be­soins des pa­tients et des soi­gnants. Les mé­de­cines com­plé­men­taires doivent être en­ca­drées de ma­nière aca­dé­mique. Nous avons com­men­cé par l’hyp­nose, l’acu­punc­ture ou en­core l’art-thé­ra­pie. Mais nous ne pou­vons pas tout dé­ve­lop­per d’un seul coup. Nous y al­lons pas à pas, avec les mé­de­cines com­plé­men­taires qui ont, à l’évi­dence, un ef­fet.» SÉBASTIEN JUBIN

Odile Mey­lan

La Verte Léo­nore Por­chet es­time né­ces­saire de mettre de l’ordre dans la pra­tique des mé­de­cines com­plé­men­taires au CHUV.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.