La Ro­chelle, belle et re­belle

Le Matin Dimanche - - CHRONIQUES -

D’évi­dence, ça ne se passe pas bien. Le feu, le gîte qui pré­dit le nau­frage, la nuit qui tombe comme une apo­ca­lypse, le ba­teau a un gros pro­blème. Qui va lar­ge­ment s’ag­gra­ver puisque, quelques heures plus tard, il au­ra som­bré à 4600 mètres de fond. Avec tout ce qu’il avait dans le ventre, 2200 tonnes de fioul, 365 conte­neurs dont 45 em­plis de pro­duits dan­ge­reux, et 2000 vé­hi­cules de troi­sième main à des­ti­na­tion de l’afrique. Par­ti de Ham­bourg, le na­vire rou­lier n’at­tein­dra ja­mais Ca­sa­blan­ca. Il a cou­lé dans l’at­lan­tique, à 330 km de La Ro­chelle.

Cu­rieux té­les­co­page d’ac­tua­li­tés. La se­maine où toute l’eu­rope dé­file dans les rues pour sau­ver le cli­mat, le na­vire Grande Ame­ri­ca sombre près des côtes fran­çaises. Lâ­chant, au large de zones de pêche, 100 tonnes d’acide chlor­hy­drique, 70 tonnes d’acide sul­fu­rique, et tout son conte­nu de conte­neurs et d’au­to­mo­biles usées. De quoi créer une vé­ri­table casse de voi­tures sous la mer ont dit cer­tains. Le nau­frage prend-il le sens du pied de nez aux ma­ni­fes­tants? Du rap­pel de l’ob­jec­tif de la mo­bi­li­sa­tion ou plu­tôt de son im­puis­sance? L’his­toire a de ces fa­cé­ties.

Pour dé­crire la ré­gion, to­ta­le­ment ma­gni­fique au de­meu­rant, tous les jour­naux du monde ont, un jour, cé­dé à la fa­ci­li­té en ti­trant: «La Ro­chelle, belle et re­belle». On pour­ra dé­sor­mais ra­jou­ter pou­belle.

L. Ber­nar­din/ap/keystone

Océan At­lan­tique, 12 mars, après l’in­cen­die d’un de ses ga­rages, le na­vire «Grande Ame­ri­ca» com­mence à cou­ler.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.