Quatre prises de balles où le lan­ceur se sert des cou­tures comme grip pour im­pri­mer des ef­fets

Le Matin Dimanche - - SPORT POUR TOUS -

Quatre cou­tures balle ra­pide

«C’est le lan­cer de base, tra­jec­toire droite et ten­due. Les quatre cou­tures ap­pa­rentes (ndlr: qui n’en sont qu’une seule) sont per­pen­di­cu­laires aux doigts.»

Deux cou­tures balle ra­pide

«Comme une balle ra­pide clas­sique. Mais grâce à un spin in­ver­sé, la tra­jec­toire est bom­bée et tend à s’écra­ser vers le sol en bout de course. Les doigts sont pa­ral­lèles aux cou­tures.»

Balle courbe (curve)

«C’est l’ef­fet le plus uti­li­sé au cours des par­ties. Les doigts sont pla­cés contre les cou­tures pour im­pri­mer une tra­jec­toire sor­tante et ten­due à la balle.»

Balle glis­sante (sli­der)

«Une balle moins ra­pide que la balle courbe, avec une tra­jec­toire bom­bée qui s’avère fuyante vers l’ex­té­rieur en bout de course. L’un de mes ef­fets pré­fé­ré car très dur à lire pour le bat­teur.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.