À Ge­nève, le PDC veut rompre une al­liance de 80 ans avec le PLR

Les dé­mo­cra­tes­chré­tiens se rap­prochent des Vert’li­bé­raux, du PBD et du Par­ti évan­gé­lique pour les élec­tions fé­dé­rales. L’en­tente est menacée de dis­pa­ri­tion.

Le Matin Dimanche - - LA UNE - JULIEN CULET

Les dé­mo­crates-chré­tiens ge­ne­vois sou­haitent prendre leurs dis­tances avec leurs vieux al­liés, les li­bé­raux-ra­di­caux, avec qui ils forment l’en­tente de­puis les an­nées 30. «Nous sou­hai­tons créer du­ra­ble­ment une force du centre, avec une iden­ti­té spé­ci­fique», confie l’un d’eux.

C’est un ma­riage de plus de 80 ans qui va­cille. Le PDC ge­ne­vois sou­haite prendre ses dis­tances avec ses vieux al­liés, les li­bé­raux­ra­di­caux, avec qui ils forment l’en­tente de­puis les an­nées 1930. La pré­si­dence ne sou­haite pas d’ap­pa­ren­te­ment avec le PLR pour les élec­tions fé­dé­rales. Ce ne se­rait que la pre­mière étape vers une in­dé­pen­dance des dé­mo­crates-chré­tiens, expliquent des cadres du par­ti. «Nous sou­hai­tons créer du­ra­ble­ment une force du centre, avec une vraie iden­ti­té spé­ci­fique, confie l’un d’eux. La Suisse est un pays de com­pro­mis et s’est faite au centre. Il y a de la place pour nous.» Il faut re­mon­ter aux Can­to­nales de 1985 pour trou­ver trace d’une En­tente dés­unie, ponc­tuel­le­ment cette fois.

À la tête du par­ti ge­ne­vois, le dé­pu­té Vincent Maitre confirme que la pré­si­dence va sou­mettre au vote de la base, ce jeu­di, l’ab­sence de pacte avec le PLR pour les élec­tions fé­dé­rales. «L’as­sem­blée des dé­lé­gués dé­ci­de­ra le 4 avril si cette stra­té­gie est la bonne, in­dique le pré­sident. Les six can­di­dats que nous pré­sen­tons sont par­fai­te­ge­nève) ment pro­fi­lés sur les ques­tions de santé et orien­tés sur le dé­ve­lop­pe­ment du­rable et les ques­tions cli­ma­tiques. Il en va de même de notre pro­gramme.»

On ne ré­duit pas en cendres une al­liance vieille de 80 ans en un cla­que­ment de doigts. Alors Vincent Maitre as­sure pour le mo­ment qu’il n’est «pas ques­tion de re­mettre l’en­tente en ques­tion». En coulisses, on af­firme pour­tant que les élec­tions de cet au­tomne se­ront un test en vue de pé­ren­ni­ser ce di­vorce. En cas de suc­cès, il de­vrait se pour­suivre aux Mu­ni­ci­pales de l’an pro­chain et plus si af­fi­ni­té.

Comme al­ter­na­tive à l’en­tente, le PDC sou­haite créer une nou­velle coa­li­tion. «Il est pos­sible que nous nous ap­pa­ren­tions avec d’autres par­tis du centre pour le na­tio­nal mais par­tir à deux avec le PLR pour les États est pour nous une évi­dence», confirme Vincent Maitre. Ce ti­cket pour la Chambre haute est tou­te­fois re­mis en ques­tion à l’in­terne. Des dis­cus­sions sont bien avan­cées avec les Vert’li­bé­raux, le Par­ti Ci­toyen Dé­mo­cra­tique (PCD, nom du PBD à et le Par­ti évan­gé­lique. En 2018, les deux pre­miers avaient ré­col­té 1,6 et 0,52% des votes aux élec­tions can­to­nales.

Le Par­ti vert’li­bé­ral confirme la bonne marche des trac­ta­tions. «Il y a une prise de conscience gé­né­rale sur l’environnement et le PDC s’est sen­ti plus proche de nous, avance le pré­sident Alexandre Pey­raud. Nous sommes au­jourd’hui un ex­cellent com­plé­ment pour eux.» Au PCD, on re­lève que le PLR s’est éloi­gné des dé­mo­cra­tes­chré­tiens, ren­dant pos­sible cette al­liance du centre. «On sent à Ge­nève que les li­bé­raux ont pris le pas sur les ra­di­caux, ana­lyse le pré­sident Thier­ry Vi­donne. Il est cer­tain que le PDC se sent mal à l’aise avec l’aile droite du PLR.» Les deux par­tis té­moignent de cette en­vie d’un pacte qui se pro­longe au-delà des fé­dé­rales. «Si nous fai­sons cet ef­fort de consen­sus, c’est pour que ce­la dure», as­sure Alexandre Pey­raud.

En époux dé­çu, le PLR ap­pré­cie peu cette vo­lon­té de di­vorce uni­la­té­ral. «Le sou­hait du PDC de re­non­cer à l’en­tente in­ter­pelle, ré­agit le nou­veau pré­sident li­bé­ral-ra­di­cal Ber­trand Reich. Nous avons un pas­sé com­mun, des pro­jets par­ta­gés et nous nous en­ten­dons sur les grands su­jets. Ces liens sont plus forts que des cal­culs ma­thé­ma­tiques.» L’avo­cat ge­ne­vois mul­ti­plie les trac­ta­tions pour sau­ver le pacte, re­ce­vant no­tam­ment les di­ri­geants des par­tis du centre, in­diquent ces der­niers.

Le PDC Ge­nève peut-il réus­sir sans bé­né­fi­cier de l’ap­port de la for­ma­tion la plus im­por­tante du can­ton? «Con­trai­re­ment à main­te­nant, il va de­ve­nir le grand par­ti de l’al­liance en s’al­liant avec le reste du centre, ana­lyse le po­li­to­logue Pas­cal Scia­ri­ni. À Ge­nève, le PDC est très cen­triste et pro­gres­siste. Il sou­haite ain­si se dé­mar­quer pour ne plus être dans l’ombre du PLR et at­ti­rer des élec­teurs.»

La di­rec­tion du par­ti af­fiche en tout cas son op­ti­misme avant les pro­chaines échéances. «Nous par­tons plu­tôt confiants pour les élec­tions na­tio­nales car je pense que nous en avons sai­si les grandes thé­ma­tiques», es­time Vincent Maitre. L’ob­jec­tif du par­ti au Conseil na­tio­nal est de conser­ver le siège que laisse va­cant Guillaume Ba­raz­zone et d’en ob­te­nir un deuxième. Il am­bi­tionne aus­si d’élire Béa­trice Hirsch aux États.

«L’as­sem­blée des dé­lé­gués dé­ci­de­ra, le 4 avril, si l’ab­sence de pacte avec le PLR est la bonne stra­té­gie» Vincent Maitre, pré­sident du PDC ge­ne­vois

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.