Sous les pa­vés, un chaus­son du XIVE siècle

AR­CHÉO­LO­GIE La bot­tine de bé­bé, trou­vée à Sain­tur­sanne (JU), est vieille de 650 ans. Une dé­cou­verte tout à fait ex­cep­tion­nelle.

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

Dès le pre­mier coup d’oeil, ce frag­ment de peau de chèvre (17 x 13 cm) frappe par son ex­cellent état de conser­va­tion: le cuir a près de 650 ans.

Mise au jour il y a un mois à Saint-ur­sanne (JU) dans le cadre de fouilles ar­chéo­lo­giques com­men­cées à l’été 2016 (en lien avec le re­nou­vel­le­ment in­té­gral du ré­seau des ca­na­li­sa­tions de la vieille ville), la dé­cou­verte a été an­non­cée en grande pompe ce jeu­di par l’of­fice ju­ras­sien de la culture. Il s’agit d’une par­tie de bot­tine mon­tante pour bé­bé d’une an­née, dont on dis­tingue en­core par­fai­te­ment un mo­tif de feuillage sur l’avant, ain­si que le dé­but d’un qua­drillage géo­mé­trique.

Cinq chaus­sures en Europe

«J’étais dans tous mes états quand ce frag­ment s’est ré­vé­lé au cours des opé­ra­tions de net­toyage: c’est in­croyable!» té­moigne sa res­tau­ra­trice lau­san­noise, Mar­qui­ta Vol­ken. Co­fon­da­trice avec son ma­ri en 2003 du Mu­sée de la chaus­sure, cette doc­to­rante en ar­chéo­lo­gie et di­plô­mée d’his­toire de l’art est une ré­fé­rence européenne dans son do­maine. «Des cuirs du XIVE siècle avec une telle tech­nique de des­sin, in­ci­sé et grat­té au couteau, c’est une pre­mière pour moi en plus de 26 ans de mé­tier: je ne connais que cinq chaus­sures si­mi­laires en Europe.» Deux sont aux Pays-bas et les trois mo­dèles an­glais sont ex­po­sés dans le pres­ti­gieux Mu­seum of Lon­don.

Le chaus­son fai­sait par­tie d’un lot d’une cen­taine de frag­ments re­trou­vés sous les pa­vés de Saint-ur­sanne, à quelque 1,80 m de pro­fon­deur – un sec­teur par­ti­cu­liè­re­ment hu­mide, pro­pice à la conser­va­tion des ma­tières or­ga­niques. «Il y avait des restes d’es­car­celle, de four­reaux d’épée ou de couteau, une housse de livre; tous dé­cou­verts dans ce qui était un dé­pôt de rue mé­dié­val. Il s’agit de dé­chets de sa­ve­tiers, des ar­ti­sans qui ré­cu­pé­raient du cuir pour fa­bri­quer des chaus­sures», dé­taille Mar­qui­ta Vol­ken. La spécialiste ne s’ex­plique ce­pen­dant pas pour­quoi ces bot­tines ont fini à la pou­belle, dès lors qu’au Moyen Âge, les sou­liers en­dom­ma­gés étaient sys­té­ma­ti­que­ment ré­pa­rés, ja­mais je­tés.

Seule cer­ti­tude: rien n’in­dique qu’ils étaient la pro­prié­té de nobles du bourg. «Ils ont très bien pu être pas­sés en deuxième main après avoir été por­tés par un en­fant de riche», ana­lyse la doc­to­rante. «Les liens so­ciaux étaient très étroits; par exemple entre un prince et ses ser­vi­teurs, les­quels avaient droit aux vê­te­ments d’oc­ca­sion.»

Autre mys­tère en voie d’être le­vé: la cou­leur des chaus­sons. «Il existe de­puis peu des ap­pa­reils ba­sés sur la tech­nique de mi­cros­pec­tro­sco­pie Ra­man, ca­pables de lire les si­gna­tures chi­miques des objets», s’en­thou­siasme la Lau­san­noise. Une tech­no­lo­gie hors de prix, qui per­met de ré­vé­ler les pig­ments des cuirs ar­chéo­lo­giques… «Ce se­rait gé­nial si une Haute École de Suisse ro­mande pou­vait en faire l’ac­qui­si­tion!» BEN­JA­MIN PILLARD

Pho­tos Yvain Ge­ne­vay

Doc­to­rante en ar­chéo­lo­gie et co­fon­da­trice du Mu­sée lau­san­nois de la chaus­sure, Mar­qui­ta Vol­ken lève le voile sur sa dé­cou­verte.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.