«Les joueurs n’osent rien dé­ci­der»

L’an­cien maître à jouer du Bar­ça et du Por­tu­gal, 41 ans, s’est re­con­ver­ti en agent. Il ra­conte pour­quoi, tout en se re­tour­nant sur une car­rière assez phé­no­mé­nale, agré­men­tée de vingt tro­phées.

Le Matin Dimanche - - FOOTBALL - SI­MON MEIER

De­co, an­cien stra­tège de Por­to, de Bar­ce­lone ou de Chel­sea, a mis un terme à sa for­mi­dable car­rière en 2013. De­ve­nu agent de joueurs, le Por­tu­gais de souche bré­si­lienne était de pas­sage à Ge­nève, le 9 mars pas­sé au Sa­lon de l’au­to, où il par­ti­ci­pait en tant qu’am­bas­sa­deur de Kia à la «tour­née de la Ligue Eu­ro­pa». Pour pro­mou­voir ce trophée qu’il avait rem­por­té en 2003 et, sur­tout, un pro­gramme d’aide à des ré­fu­giés. «Si le foot­ball peut contri­buer à sou­te­nir ceux qui en ont be­soin, il faut le faire», lance-t-il avant de re­ve­nir sur deux dé­cen­nies do­rées.

On se rap­pelle De­co le joueur mais au­jourd’hui, à part am­bas­sa­deur, que faites-vous dans la vie?

La vie est dif­fé­rente de celle d’avant. La pre­mière chose, lors­qu’on ar­rête sa car­rière de joueur, c’est de comprendre dans quelle di­rec­tion on veut al­ler. Ce­la peut prendre du temps. J’ai pu me consa­crer da­van­tage à ma fa­mille et à mes af­faires, en de­hors du sport. Quant à mon rôle dans le foot­ball, j’ai tou­jours vou­lu m’im­pli­quer dans le management de clubs, de joueurs. C’est ce que je fais main­te­nant.

Ha­rold Cun­nin­gham/ Get­ty Images

De­co n’a pas ob­te­nu le Bal­lon d’or qui lui sem­blait pro­mis en 2004. Il dit n’en avoir conser­vé au­cune ran­cune.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.