Les comp­teurs in­tel­li­gents in­quiètent

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

C’est fluo comme un gi­let jaune et ce­la fait aus­si peur que la 5G: de­puis plu­sieurs mois, Lin­ky, un comp­teur in­tel­li­gent re­trans­met­tant en temps réel la consom­ma­tion élec­trique par fré­quence ra­dio, est la nou­velle bête noire de mil­liers de Fran­çais. Im­po­sé par le gou­ver­ne­ment dans le cadre de la loi de tran­si­tion éner­gé­tique, le nou­veau comp­teur, des­ti­né à mieux contrô­ler la consom­ma­tion, re­pré­sente aux yeux de mil­liers de Fran­çais – 531 col­lec­tifs d’op­po­si­tion for­més aux quatre coins du pays, plus de 5000 per­sonnes engagées dans une pro­cé­dure ju­di­ciaire – une nou­velle pol­lu­tion élec­tro­ma­gné­tique sup­plé­men­taire in­to­lé­rable.

Les griefs contre Lin­ky sont peu ou prou les mêmes que ceux di­ri­gés contre la 5G. Les ondes trans­mises par ces ap­pa­reils font peur, en par­ti­cu­lier aux per­sonnes se di­sant élec­tro­sen­sibles. Of­fi­ciel­le­ment, la conclu­sion sur les ef­fets de la san­té des scien­ti­fiques est tou­jours la même: il manque au­jourd’hui des cer­ti­tudes. Le Centre in­ter­na­tio­nal de re­cherche sur le can­cer (CIRC), an­tenne de L’OMS, classe les ra­dio­fré­quences uti­li­sées par la té­lé­pho­nie mo­bile ou le wi-fi comme «po­ten­tiel­le­ment can­cé­ri­gènes». Or, les comp­teurs in­tel­li­gents Lin­ky com­mu­niquent les in­for­ma­tions des consom­ma­teurs via CPL (cou­rant por­teur en ligne). Ce­lui-ci uti­lise des fré­quences très basses, plus que celles uti­li­sées par la ra­dio. Af­fir­ma­tions re­mises en cause par les sep­tiques des ondes, qui craignent des ef­fets bien plus graves.

En Suisse, les comp­teurs in­tel­li­gents sont consi­dé­rés comme «pi­liers de la stra­té­gie éner­gé­tique 2050». Au moins 80% des points de me­sure de­vront obli­ga­toi­re­ment en être équi­pés d’ici fin 2027. As­sis­te­ra-t-on au même sou­lè­ve­ment po­pu­laire? Dif­fi­cile de pré­dire l’ave­nir, mais la Suisse, fière de ses spé­ci­fi­ci­tés, pro­cède bien dif­fé­rem­ment. Pour l’heure, l’ins­tal­la­tion en est à ses pré­misses dans nos contrées, fai­sant l’ob­jet de pro­jets pi­lote, à l’ins­tar des Ser­vices de Ge­nève (SIG) ou des BKW dans les can­tons de Berne et du Ju­ra. Ceux-ci, fi­nan­cés en par­tie par L’OFEN, per­met­tront aux ges­tion­naires de ré­seaux ré­gio­naux de faire leur choix sur le mo­dèle à adop­ter. Les SIG, par exemple, nous ré­pondent qu’ils se dé­ci­de­ront à la fin de l’an­née.

L’en­jeu est im­por­tant car le comp­teur in­tel­li­gent est des­ti­né à ef­fec­tuer da­van­tage de tâches qu’un bête boî­tier de re­lève de consom­ma­tion. «Le but est sur­tout de mieux gé­rer la consom­ma­tion et ses pics grâce à une me­sure en temps réel, toutes les 5 à 15 mi­nutes, ex­plique Do­mi­nique Rog­go, pro­fes­seur à la Haute École d’in­gé­nie­rie de Sion. On peut ima­gi­ner par exemple qu’en hi­ver, pé­riode pen­dant la­quelle on consomme beau­coup d’éner­gie, le four­nis­seur puisse de­man­der, via l’ap­pa­reil, au consom­ma­teur de lan­cer une les­sive à une heure de la jour­née où le ré­seau élec­trique est moins sur­char­gé. Le but étant d’éco­no­mi­ser les coûts et la consom­ma­tion.»

L’une des ques­tions se po­sant au­tour des modèles in­tel­li­gents se si­tue ef­fec­ti­ve­ment au­tour des modes de trans­mis­sion de l’in­for­ma­tion. Cinq op­tions sont en­vi­sa­geables: le CPL (comme Lin­ky), la 4G ou la 5G, le wi-fi, les ra­dio­fré­quences gra­tuites via des an­tennes ra­dios et en­fin la fibre op­tique. «Le CPL est la so­lu­tion la moins coû­teuse et elle est très sûre, af­firme Do­mi­nique Rog­go. Elle couvre une bonne dis­tance et les si­gnaux trans­mis à moyenne fré­quence par les lignes créent très peu d’in­ter­fé­rences. La Suisse a en outre l’ha­bi­tude du câ­blage sou­ter­rain sur le ré­seau à moyenne et basse ten­sion. Le risque de rayon­ne­ment en est d’au­tant plus faible.»

Pour le spé­cia­liste, la fibre op­tique re­pré­sente l’op­tion la plus propre et la plus fiable. Mais c’est aus­si la plus coû­teuse, à moins que cer­taines com­munes ne l’aient dé­jà fait ins­tal­ler chez ses ha­bi­tants pour la té­lé­vi­sion, à l’ins­tar de Sion, Sierre et de Mon­treux.

Quant à la 5G, son uti­li­sa­tion dans le cadre des comp­teurs in­tel­li­gents semble peu pro­bable et su­per­flue: la tech­no­lo­gie, des­ti­née à l’intelligence des objets, couvre ef­fec­ti­ve­ment une grande dis­tance. Mais les com­pa­gnies de té­lé­com­mu­ni­ca­tions de­mandent des frais fixes en échange de la tech­no­lo­gie. Une fac­ture dont les ges­tion­naires de ré­seau élec­triques se pas­se­ront sûrement. LU­CIE MONNAT

En France, la peur gran­dit face aux ondes liées aux comp­teurs in­tel­li­gents. La Suisse en est aux pré­mices.

Nur­pho­to

La crainte des ondes trans­mises par les comp­teurs in­tel­li­gents a dé­jà don­né lieu à des ma­ni­fes­ta­tions en France.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.