«Mes amis m’ap­pellent «Little Da­rius»

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

«Je n’ai pas de pos­ter de lui dans ma chambre, mais mes amis m’ap­pellent «Little Da­rius»! C’est une personnalité tel­le­ment connue et re­con­nue que les gens me com­parent à lui, même si je ne me vois per­son­nel­le­ment pas comme le fu­tur Ro­che­bin. Je tra­vaille d’ailleurs avec deux autres pré­sen­ta­teurs.

Il ne faut sur­tout pas faire du mi­mé­tisme dans un mé­tier comme ce­lui-là, où chaque pré­sen­ta­teur a sa propre personnalité: ça son­ne­rait faux. Ce­la dit, Da­rius fait par­tie des grandes per­son­na­li­tés de la té­lé­vi­sion fran­co­phone. Ce se­rait une er­reur de ne pas s’en ins­pi­rer quand on est jeune jour­na­liste.

Il a d’abord un ta­lent d’in­ter­vie­wer hors pair: cette fa­cul­té d’abor­der avec ses in­ter­lo­cu­teurs des ques­tions par­fois sen­sibles, des élé­ments un peu in­times, tout en gar­dant un cer­tain na­tu­rel. Sa ca­pa­ci­té à ob­te­nir des in­ter­views rares, ou en­core à abor­der plu­sieurs thé­ma­tiques avec ses in­ter­lo­cu­teurs lors d’in­ter­views très courtes au «19h30».

Son autre grande force, c’est cette en­vie dans ses in­tro­duc­tions de ra­me­ner l’ac­tua­li­té au plus près du té­lé­spec­ta­teur. D’y in­té­res­ser les gens le plus pos­sible, en fai­sant tou­jours des liens avec le quo­ti­dien de M. et Mme Tout-le­monde. C’est clai­re­ment un as­pect dont nous pou­vons tous nous ins­pi­rer.

À titre per­son­nel, je ne sou­hai­te­rais ce­pen­dant pas faire la même chose aus­si long­temps, sa­chant que mon pre­mier jour­nal re­monte à il y a dé­jà cinq ans. Le ren­dez-vous connexe «Par­don­nez-moi» de Ro­che­bin ex­plique à mon avis sa lon­gé­vi­té re­cord au TJ.»

VALENTIN EMERY 29 ans, pré­sen­ta­teur du «Jour­nal» de Lé­man Bleu

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.