Que faire pour évi­ter le pire?

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

Ruez-vous sur un smart­phone ou un or­di­na­teur! Il va bien­tôt être beau­coup trop tard pour es­pé­rer de bons prix sur les vols à des­ti­na­tion des meilleurs plans de va­cances. Mais pas de pré­ci­pi­ta­tion non plus! «Le contrôle du tra­fic aé­rien, dans l’union eu­ro­péenne, est en crise», pré­viennent les prin­ci­pales com­pa­gnies aé­riennes du Vieux­con­ti­nent. Une réa­li­té qui pro­met en­core de vé­ri­tables sup­plices d’at­tentes in­ter­mi­nables dans les aé­ro­ports. Les pré­cau­tions à prendre avant tout dé­col­lage, re­com­man­dées par Ge­nève Aé­ro­port: «S’in­for­mer au­près du trans­por­teur. Ar­ri­ver tôt à l’aé­ro­port de dé­part et suivre à la lettre les consignes don­nées lors des contrôles de sû­re­té et de pas­se­ports.»

Autres pe­tits rap­pels utiles: un long-cour­rier di­rect est plus sou­vent ponc­tuel et plus ra­re­ment an­nu­lé qu’un court-cour­rier. De ce fait, le Ge­nève-new York/new York-ge­nève de Swiss reste un mo­dèle au bout du Lé­man. Pour ce qui est des re­tards, leur rai­son la plus fré­quente re­lève d’in­ci­dents de ro­ta­tion. Les com­pa­gnies spé­cia­li­sées dans les vols court-courriers et point à point, se pro­fi­lant avant tout en fonc­tion de leurs prix, ne s’ac­cordent que trente à trente-cinq mi­nutes au sol, entre chaque vol. Leurs concur­rents s’oc­troient plu­tôt entre qua­rante et qua­rante-cinq mi­nutes.

Du coup, on réserve ses places low-cost de pré­fé­rence le ma­tin, avant que les re­tards ne s’ac­cu­mulent tout au long de la jour­née, puis se muent en an­nu­la­tions de vols. D’au­tant plus avec des com­pa­gnies à bas ta­rifs, plus ou moins bien do­tées en équi­pages d’as­treinte. Ceux-ci sont char­gés de rem­pla­cer des col­lègues ayant dé­jà dé­pas­sé les limites de temps de ser­vice, du fait de re­tards ac­cu­mu­lés au cours de la jour­née.

Au dé­part ou à l’ar­ri­vée, les noms de cer­taines villes ap­pa­raissent sou­vent liés à des re­tards sur les écrans de Ge­nève Aé­ro­port: Man­ches­ter, Nice, Bar­ce­lone, Bris­tol, Athènes, Pal­ma de Ma­jorque ou en­core Lis­bonne.

À tout ce­la s’ajoutent, bien sûr, des fac­teurs im­pré­vi­sibles. Comme des grèves ou en­core des orages d’une in­ten­si­té in­ou­bliable, comme ceux qui s’étaient abat­tus sur Ge­nève Aé­ro­port les 5 et 20 juillet ou les 6 et 8 août der­niers.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.