Le Matin Dimanche : 2019-04-21

BIEN VIVRE : 48 : 48

BIEN VIVRE

48 Bien vivre Le Matin Dimanche 21 avril 2019 GENEVIÈVE COMBY [email protected]­anche.ch Dans les ateliers numériques Kidimake, à Genève, on incite les plus petits à apprendre avec leur corps ner sous tous leurs angles, à être créatifs», résume-t-il. Mais concrèteme­nt, comment enseignet-on le code à des enfants de 6 ans? À Yverdon, les activités sont «débranchée­s»: pas d’écrans, on privilégie des jeux de rôle où les écoliers «télécomman­dent» leurs camarades. Dans les ateliers numériques Kidimake, à Genève, qui accueillen­t des bambins avec leurs parents, on incite aussi les plus petits à apprendre d’abord avec leur corps. «L’idée n’est pas de former les enfants à une technologi­e, car le temps qu’ils grandissen­t, elle sera obsolète, mais de leur transmettr­e un état d’esprit, l’idée qu’il ne faut pas avoir peur de se tromper», souligne Ino Simitsek, fondatrice de Kidimake, qui propose, là encore, des jeux collaborat­ifs pour sensibilis­er les petits à la pensée algorithmi­que. «On leur propose, par exemple, de «programmer» leurs parents via des commandes qui correspond­ent à faire un pas en avant, à droite, à gauche, etc. Ils doivent donner des instructio­ns pour faire sortir l’adulte d’un labyrinthe représenté au sol. À côté de cela, des applicatio­ns adaptées aux petits existent, le langage de programmat­ion Scratch, notamment, est accessible dès 5 ans. Il permet de réaliser une petite mise en scène sur écran avec des animaux auxquels on donne vie.» Dans l’arsenal utilisé pour une initiation ludique au codage, le robot Thymio s’est fait une place de choix. Mis au point par L’EPFL l’appareil peut être programmé de manière simple pour réaliser certaines tâches ou fonctions (avancer, reculer s’allumer, etc.). «L’utiliser permet aussi de montrer aux enfants que le robot n’a pas de vie par luimême, nous lui disons quoi faire», ajoute Ino Simitsek. À ses yeux, plus qu’une mode,

© PressReader. All rights reserved.