La science vous fait peur? Es­sayez la BD!

Le Matin Dimanche - - SCIENCE - GE­NE­VIÈVE COMBY

À l’image de «Quan­tix», qui s’at­taque à la phy­sique quan­tique, de plus en plus de bandes des­si­nées se mettent à la vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique. Une ap­proche dé­com­plexée et sou­vent amu­sante.

La toute pre­mière image d’un trou noir vient de faire le tour du monde. Fas­ci­nants, les mys­tères de l’uni­vers, et sin­gu­liè­re­ment les lois de la phy­sique quan­tique, restent dif­fi­ci­le­ment ac­ces­sibles au grand pu­blic. Ce dé­fi, le jour­na­liste et gra­phiste Laurent Scha­fer l’a re­le­vé grâce au des­sin. Les trous noirs, l’es­pace, le temps, la ma­tière, les atomes… Avec la bande des­si­née, tout de­vient, si ce n’est simple, du moins at­trac­tif, voire amu­sant. Les édi­teurs l’ont bien sen­ti. La vul­ga­ri­sa­tion par la BD consti­tue une ten­dance in­con­tour­nable de ces der­nières an­nées. De plus en plus de titres, de col­lec­tions, apportent un re­gard ra­fraî­chis­sant sur les sciences dites «dures».

Du­nod, l’éditeur spé­cia­li­sé dans les ou­vrages édu­ca­tifs tra­di­tion­nels, qui pu­blie le «Quan­tix» de Laurent Scha­fer, af­firme qu’il a fait une bonne opé­ra­tion avec un ou­vrage qui cible les fa­milles. «On peut s’y plon­ger dès 13 ou 14 ans, pré­cise l’at­ta­chée de presse Éli­sa­beth Erhar­dy. Le su­jet est dans l’air du temps, mais il est com­plexe. Il passe très bien sous cette forme. Le ré­sul­tat est clair et pé­da­go­gique.» Pour dé­fi­nir les atouts de la bande des­si­née, Laurent Scha­fer re­prend en souriant le cé­lèbre slo­gan du ma­ga­zine «Pa­ris Match».

«C’est un peu le poids des mots, le choc des pho­tos. Les images ont une force, mais la BD offre une grande sou­plesse, elle est très mal­léable, vous pou­vez faire res­sor­tir un dé­tail, exa­gé­rer cer­taines choses.» Pour rendre la phy­sique quan­tique ac­ces­sible, le Fri­bour­geois, qui avait le nez dans les ou­vrages scien­ti­fiques de­puis des an­nées, est par­ti du concret, du quo­ti­dien. «On vit toutes les se­condes des ex­pé­riences quan­tiques sans le sa­voir, il me fal­lait trou­ver la mé­ta­phore qui al­lait toucher les gens.» Ef­fec­ti­ve­ment, «Quan­tix» est rem­pli de say­nètes de la vie qui nous sont fa­mi­lières, comme ces voi­tures tam­pon­neuses qui illus­trent le com­por­te­ment de pho­tons.

La bande des­si­née per­met de ra­con­ter des his­toires, un atout non né­gli­geable pour cap­ter l’attention d’un néo­phyte. Il n’est d’ailleurs pas rare que ce genre d’ou­vrages soit même construit au­tour de la fi­gure d’un ou de plu­sieurs scien­ti­fiques qui ont mar­qué une dis­ci­pline, à l’image d’ar­chi­mède ou d’ein­stein. Le des­si­na­teur ge­ne­vois Fia­mi s’ap­prête à lan­cer le der­nier vo­let d’une sé­rie sur l’his­toire des sciences, consa­cré à New­ton. Hé­ros mo­derne, bien vi­vant, le spa­tio­naute fran­çais Thomas Pes­quet, qui a pas­sé six mois dans la Sta­tion spa­tiale in­ter­na­tio­nale entre 2016 et 2017, a lui aus­si ins­pi­ré une bande des­si­née drôle et ins­truc­tive si­gnée Ma­rion Mon­taigne («Dans la com­bi de Thomas Pes­quet»).

Du récit de voyage par­se­mé de dé­cou­vertes et de ré­flexions, comme «HMS Beagles, aux ori­gines de Dar­win» à la com­pi­la­tion d’anec­dotes ré­vé­la­trices comme «L’in­croyable his­toire de la mé­de­cine», la bande des­si­née aborde la science de toutes sortes de fa­çons. Les thèmes, ar­dus par­fois, s’adressent à un pu­blic d’ado­les­cents ou d’adultes. Mais les ou­vrages pour les plus jeunes ne manquent pas. Ob­jet hy­bride, qui com­bine des­sins, pho­tos et mi­ni-ar­ticles, «L’avion qui vole avec le so­leil» re­trace pour les pe­tits l’aven­ture de Ber­trand Pic­card, d’an­dré Bor­sch­berg et de leur avion so­laire. Cent pour cent BD, la col­lec­tion Il était une fois la vie est une nou­velle adap­ta­tion des pé­ri­pé­ties de Maes­tro et de ses aco­lytes, ap­pa­rus à l’écran dans les an­nées 80, dont les pre­miers tomes sont consa­crés au coeur et au cer­veau. Le cé­lèbre as­tro­phy­si­cien Hu­bert Reeves ap­porte sa contri­bu­tion à plu­sieurs ou­vrages jeu­nesse, comme «L’uni­vers» dans la Pe­tite bé­dé­thèque des sa­voirs (Ed. Le Lom­bard). Les têtes blondes peuvent elles aus­si se fa­mi­lia­ri­ser avec la vie des scien­ti­fiques les plus im­por­tants de l’his­toire de l’hu­ma­ni­té, comme Ga­li­lée ou Marie Cu­rie, grâce à La pe­tite en­cy­clo­pé­die scien­ti­fique, ou le «prince des ma­thé­ma­tiques», Carl Frie­drich Gauss, dans la col­lec­tion Ma­mut Sa­vant.

Cette ému­la­tion dans la BD fran­co­phone sur­vient après une longue pé­riode de di­sette. Très peu de titres de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fiques étaient pa­rus de­puis «Les aven­tures d’an­selme La­tur­lu», créées à la fin des an­nées 70 par le scien­ti­fique Jeanpierre Pe­tit. Jus­qu’à Ma­rion Mon­taigne. La jeune illus­tra­trice fran­çaise a ou­vert une brèche il y a une di­zaine d’an­nées, d’abord avec son blog «Tu mour­ras moins bête (mais tu mour­ras quand même)», adap­té de­puis en bandes des­si­nées et en des­sin ani­mé. Son tra­vail, pro­pul­sé sur le de­vant de la scène, a ser­vi de «dé­clen­cheur», estime Laurent Scha­fer. Le Suisse a mis près de quatre ans à réa­li­ser sa BD, un tra­vail créa­tif et ri­gou­reux, sa­lué par plu­sieurs scien­ti­fiques heu­reux de voir leur do­maine d’ac­ti­vi­té pla­cé à la por­tée du com­mun des mor­tels. Un tra­vail ce­pen­dant réa­li­sé en so­lo, alors que les BD de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique sont sou­vent l’oeuvre de duos. Exemples de ce genre de tan­dems, le des­si­na­teur Pierre Bailly et le pa­léoan­thro­po­logue An­toine Bal­zeau, aux ma­nettes d’«homo Sapiens», à pa­raître bien­tôt dans La pe­tite bé­dé­thèque des sa­voirs ou le couple dé­to­nant for­mé par le des­si­na­teur Guillaume Bou­zard et le jour­na­liste An­to­nio Fi­schet­ti, ac­ces­soi­re­ment doc­teur en phy­sique, qui signent une tru­cu­lente «Pla­nète de sciences, en­cy­clo­pé­die uni­ver­selle des scien­ti­fiques».

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.