La Mi­gros ne ven­dra que du thon pê­ché à la canne

Le Matin Dimanche - - ECONOMIE -

Mi­gros tourne le dos aux mé­thodes de pêches non du­rables.

De nom­breuses créa­tures ma­rines meurent prises au piège dans les fi­lets uti­li­sés pour la pêche au thon, qui peuvent at­teindre deux ki­lo­mètres de long: dau­phins, oi­seaux de mer, tor­tues, re­quins-ba­leines et raies. Ap­pe­lées prises ac­ces­soires, elles sont gé­né­ra­le­ment je­tées par-des­sus bord. Les or­ga­ni­sa­tions en­vi­ron­ne­men­tales, telles que Green­peace et le WWF, font pression sur les dis­tri­bu­teurs pour que ça change.

Et ça marche. Les mé­thodes com­mencent à évo­luer. Dès la se­maine pro­chaine, tous les thons en­trant dans la com­po­si­tion des boîtes de conserve ven­dues par la Mi­gros se­ront cap­tu­rés au moyen de cannes. Le consom­ma­teur de­vrait y trou­ver son compte. Le prix des boîtes ne de­vrait pas aug­men­ter.

Cette mé­thode de pêche reste in­dus­trielle. Sur ces ba­teaux, les pê­cheurs peuvent sou­vent ac­tion­ner plu­sieurs lignes si­mul­ta­né­ment grâce à des dis­po­si­tifs au­to­ma­tiques.

Il n’em­pêche, se­lon le WWF, il n’y a pra­ti­que­ment au­cune prise ac­ces­soire et aucun im­pact né­ga­tif sur les fonds ma­rins. «Il est sou­hai­table que tous les dé­taillants, y com­pris les dis­coun­ters, passent au thon cap­tu­ré avec cette mé­thode», dé­clare Co­ri­na Gyss­ler, du WWF Suisse.

En Suisse, le thon en boîte est pri­sé. En­vi­ron 35 mil­lions de ces conserves sont écou­lées chaque an­née. Au-de­là de Mi­gros? Les boîtes ven­dues chez Coop pro­viennent dé­jà à 97% de thons is­sus de la pêche du­rable. Chez Al­di, ce chiffre est d’en­vi­ron 30%, alors qu’il se monte à 25% chez Lidl. Mais ce der­nier veut in­ver­ser la si­tua­tion. «D’ici à 2020, les trois­quarts de notre gamme de thon en boîte de­vraient in­té­grer cette mé­thode du­rable de pêche dans la pro­duc­tion», dé­clare une porte-pa­role.

Pa­ra­dis des va­can­ciers, les Mal­dives se sont spé­cia­li­sées dans ce type de pêche. Une flotte com­po­sée de mil­liers de na­vires, em­ployant 20 000 pê­cheurs, s’y adonne. Des pays comme l’in­do­né­sie et les Phi­lip­pines le font aus­si.

Se­lon Green­peace, la consom­ma­tion de thon n’est re­com­man­dée que dans une me­sure très li­mi­tée. Pra­ti­que­ment toutes les es­pèces de thon sont tou­chées par la sur­pêche. «Ce n’est qu’avec des es­pèces pro­ve­nant de stocks sains que la consom­ma­tion de thon se jus­ti­fie pour nous», dé­clare son porte-pa­role, Yves Zen­ger.

ERICH BÜRGLER

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.