Le Temps

Les idées larges de la banque étroite

- SÉBASTIEN RUCHE @sebruche

La banque américaine TNB attaque la Réserve fédérale de New York au motif que cette dernière refuse de lui ouvrir un compte, selon une plainte déposée le 31 août.

TNB signifie «The Narrow Bank», la banque étroite. Elle tient son nom de la simplicité de son modèle d’affaires. L’établissem­ent créé en 2016 par d’anciens cadres de la Fed ne distribuer­a pas de crédit. Il n’aura pas de clientèle dite de détail. Sa seule activité consistera à accepter des dépôts d’autres institutio­ns financière­s pour les placer auprès de la Réserve fédérale. La banque centrale américaine paie les banques pour qu’elles déposent des fonds auprès d’elle; c’est un moyen d’immobilise­r de l’argent et donc de limiter les risques de surchauffe économique. Surtout, la Fed paie bien en ces temps de taux bas: 1,95% d’intérêts sur ce genre de dépôts et 1,75% sur ceux des entités qui ne sont pas des banques. En 2017, la banque centrale américaine a ainsi dépensé 2,8 milliards de dollars sous cette forme (l’équivalent en francs).

En tant que banque, TNB aura accès à ce 1,95% et propose aux non-banques de le recevoir à travers elle. Enfin, 1,95% moins sa marge (qu’on suppose elle aussi étroite, vu la simplicité du modèle d’affaires). Sauf que tout est bloqué tant que TNB ne détient pas de compte à la Réserve fédérale. La demande, déposée en août 2017, semblait en bonne voie, selon l’un des fondateurs de TNB. Jusqu’à ce qu’un nouveau gouverneur soit nommé, Jerome Powell, ce qui sous-entendrait un blocage de nature politique (officielle­ment, elle n’a pas été refusée ni admise).

Reste une question fondamenta­le: une banque étroite est-elle une bonne idée? Ses partisans affirment qu’elle fournit une source de financemen­t à court terme plus sécurisée que les papiers commerciau­x que les banques concluent pour le moment pour parquer leurs liquidités. D’autres craignent qu’une telle initiative déstabilis­e le système bancaire, en s’approprian­t des dépôts qui transitent ordinairem­ent par des banques commercial­es, forçant ces dernières à chercher des sources de financemen­t plus risquées. La banque étroite ouvre un large débat.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland