Cli­mat: le né­ces­saire sur­saut des jeunes

Le Temps - - LA UNE - CÉ­LINE ZÜND @ce­li­ne­zund

Sous ses airs en­fan­tins, son mes­sage est clair et son ver­dict im­pla­cable: «Votre in­ac­tion dé­truit notre fu­tur.» Gre­ta Thun­berg, la col­lé­gienne sué­doise à l’ori­gine d’un élan in­ter­na­tio­nal de ma­ni­fes­ta­tions pour le cli­mat, n’est pas la pre­mière à aler­ter le monde sur la gra­vi­té du chan­ge­ment cli­ma­tique. Mais sa dé­ter­mi­na­tion fait vi­brer une corde sen­sible au­près de sa gé­né­ra­tion.

A 15 ans, elle sèche l’école les ven­dre­dis pour ma­ni­fes­ter de­vant le par­le­ment sué­dois. Son mes­sage aux puis­sants: fi­ni les pe­tites me­sures, place aux grandes ac­tions. Ils sont des mil­liers, dans plu­sieurs pays, à la re­joindre dans ce mou­ve­ment de déso­béis­sance ci­vile. En Suisse aus­si, où des groupes d’étu­diants se pré­parent à faire l’école buis­son­nière le 18 jan­vier dans une di­zaine de villes.

Chez nous, ce mou­ve­ment trouve un écho d’au­tant plus fort après la dé­bâcle au Conseil na­tio­nal de la ré­vi­sion de la loi sur le CO2, qui doit concré­ti­ser les en­ga­ge­ments pris par la Suisse dans le cadre des Ac­cords de Pa­ris. Le par­le­ment s’ap­prête à re­mettre l’ou­vrage sur le mé­tier. Or lors­qu’on en­tend les re­ven­di­ca­tions des étu­diants, bien plus dras­tiques que les buts vi­sés par la ré­forme man­quée, on me­sure le fos­sé qui sé­pare les dé­ci­deurs des jeunes mi­li­tants.

Ceux qui gou­vernent sont nés dans les Trente Glo­rieuses, tan­dis qu’à 15 ans, on a gran­di avec le dis­cours prô­nant l’ac­tion in­di­vi­duelle pour pro­té­ger l’en­vi­ron­ne­ment. Fer­mer le ro­bi­net, éteindre la lu­mière, trier ses dé­chets. Mais que valent ces pe­tits gestes face au dé­sastre an­non­cé par les scien­ti­fiques?

Les slo­gans des mi­li­tants peuvent pa­raître sim­plistes et naïfs face aux contraintes de la real­po­li­tik. Mais leur ac­tion a plu­sieurs mé­rites. Ce­lui d’ame­ner de l’au­then­ti­ci­té dans une thé­ma­tique mo­no­po­li­sée par la langue de bois. Elle donne aus­si une voix à une par­tie de la po­pu­la­tion, la plus jeune, qui ne se sent pas re­pré­sen­tée et rap­pelle à la classe po­li­tique ses res­pon­sa­bi­li­tés.

Gre­ta Thun­berg n’est pas une rê­veuse. C’est au contraire une jeune femme dra­ma­ti­que­ment réa­liste. Si sa grève sco­laire es­saime, c’est aus­si parce qu’elle ar­rive à un mo­ment où s’ac­cu­mulent les prises de conscience, avec l’ac­ces­sion au pou­voir de Do­nald Trump, un cli­ma­tos­cep­tique, les feux de fo­rêt, le rap­port du GIEC.

Il est ré­jouis­sant de consta­ter que la jeune gé­né­ra­tion semble plus por­tée qu’au­tre­fois, dans ses en­ga­ge­ments po­li­tiques, sur des su­jets et pré­oc­cu­pa­tions spé­ci­fiques, comme l’en­vi­ron­ne­ment, alors que ses aî­nés sont fo­ca­li­sés sur des pro­grammes et des vi­sions par­ti­sanes. Le mou­ve­ment de grève pour le cli­mat en est une il­lus­tra­tion. Les ap­pa­reils po­li­tiques tra­di­tion­nels ne peuvent plus l’igno­rer.

Les slo­gans des mi­li­tants peuvent pa­raître sim­plistes et naïfs. Mais leur ac­tion a plu­sieurs mé­rites

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.