Un nou­veau pro­gramme pour ai­der les start-up

Le Temps - - ECONOMIE - GHISLAINE BLOCH @Blo­chG­his­laine

Le groupe zurichois Swiss Star­tup Fac­to­ry ouvre une an­tenne à Lau­sanne, sur le site de l’EPFL

La so­cié­té zu­ri­choise Swiss Star­tup Fac­to­ry (SSUF) a an­non­cé, en mi­lieu de se­maine, l’ou­ver­ture d’une an­tenne à Lau­sanne, sur le site de l’EPFL. Avec ses par­te­naires Max Meis­ter et Oli­ver Wal­zer, l’en­tre­pre­neur Mike Baur a don­né nais­sance en 2014 à ce pro­gramme de sou­tien aux start-up. De­puis 2016, 80 jeunes so­cié­tés en ont dé­jà bé­né­fi­cié. Fonds pri­vés

Il existe plu­sieurs aides en Suisse des­ti­nées aux jeunes en­tre­prises (Ven­ture Lab, la CTI Start-up, Ven­ture Kick, des In­no­grant, Mas­schal­lenge, etc.). Tou­te­fois, Mike Baur consi­dère SSUF comme dif­fé­rent. «Swiss Star­tup Fac­to­ry a été créé grâce à des fonds pri­vés. Nous n’uti­li­sons pas un seul franc de l’Etat. En in­ves­tis­sant notre propre ar­gent dans les start-up, l’ap­proche de tra­vail est to­ta­le­ment dif­fé­rente», pré­cise-t-il.

Le pro­gramme d’ac­cé­lé­ra­tion SSUF se consi­dère comme étant to­ta­le­ment per­son­na­li­sé. «En fonc­tion du stade de dé­ve­lop­pe­ment de l’en­tre­prise, nous re­gar­dons ce que nous pou­vons ap­por­ter. Il peut s’agir d’un sou­tien fi­nan­cier, d’un ren­fort au ni­veau du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion ou d’un ac­cès fa­ci­li­té à nos par­te­naires», note Mike Baur, qui tra­vaille entre autres avec des groupes comme Red Bull, Ri­che­mont, AMAG ou Hel­ve­tia. Au sein du conseil consul­ta­tif, on re­trouve des per­son­na­li­tés comme Pa­trick Ae­bi­scher, an­cien pré­sident de l’EPFL, Jean-Claude Bi­ver, pré­sident non exé­cu­tif de la di­vi­sion montres de LVMH, ou l’en­tre­pre­neur Beat Cur­ti. Pro­gramme in­ten­sif

SSUF prend des par­ti­ci­pa­tions dans les start-up qu’elle sou­tient et peut y in­ves­tir jus­qu’à 5 mil­lions de francs. Ces jeunes so­cié­tés bé­né­fi­cient gra­tui­te­ment de lo­caux du­rant dix à seize se­maines ain­si que d’un pro­gramme in­ten­sif. «Nous tra­vaillons aus­si bien sur l’adé­qua­tion des pro­duits au mar­ché que sur la dé­fi­ni­tion d’un mar­ché cible. Nous ai­dons éga­le­ment les en­tre­prises à se pré­pa­rer à la col­lecte de fonds et, bien sûr, aux réunions d’in­ves­tis­seurs», ajoute Mike Baur.

Par­mi les so­cié­tés ré­cem­ment sou­te­nues par SSUF, on trouve l’en­tre­prise 1Drop, qui vient d’ob­te­nir 4,25 mil­lions de dol­lars. Ori­gi­naire de Neu­châ­tel, cette en­tre­prise a dé­ve­lop­pé une pla­te­forme por­table de tests de diag­nos­tic mé­di­cal à par­tir d’une seule goutte de sang.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.