Les géants de la Si­li­con Val­ley font les yeux doux à la Chine

Le Temps - - ECONOMIE - JU­LIE ZAUGG, HONG­KONG

Les groupes de tech amé­ri­cains ne peuvent plus se pas­ser du gi­gan­tesque mar­ché chi­nois. Plu­sieurs y sont re­ve­nus par la pe­tite porte, après avoir quit­té le pays avec fra­cas il y a une di­zaine d’an­nées

L’an­nonce a se­coué les mar­chés et fait chu­ter l’ac­tion Apple de 8% dé­but 2019: au der­nier tri­mestre de 2018, les ventes d’iP­hone ont dé­grin­go­lé en Chine, obli­geant le groupe ca­li­for­nien à ré­vi­ser à la baisse ses pré­vi­sions pour le pro­chain tri­mestre, de 93 à 84 mil­liards de dol­lars. Les mal­heurs d’Apple té­moignent de la dé­pen­dance des groupes de tech amé­ri­cains au mar­ché chi­nois. Avec ses 800 mil­lions d’in­ter­nautes – soit au­tant que les Etats-Unis et l’Inde cu­mu­lés – il est de­ve­nu in­con­tour­nable. Même pour les firmes dont les ser­vices y sont blo­qués.

Google a 30 centres

Si­tué au rez d’une tour de verre à Fo­shan, une ci­té in­dus­trielle du sud de la Chine, le Google Ex­port Ex­pe­rience Cen­ter a ou­vert en jan­vier 2018. Des poufs ar­bo­rant les quatre cou­leurs pri­maires du lo­go de la firme cô­toient des bu­reaux de bois clair et des lampes de­si­gn. Plu­sieurs écrans géants dif­fusent des images ti­rées des di­verses pla­te­formes du groupe: Google Search, Gmail, YouTube.

Google opère une tren­taine de centres de ce type en Chine. Les pre­miers ont vu le jour en 2014. Ils sont ré­par­tis aux quatre coins du pays, avec une plus im­por­tante concen­tra­tion dans le del­ta de la ri­vière des Perles et dans la pro­vince du Jiang­su, au nord de Shan­ghai, deux ré­gions avec de nom­breuses en­tre­prises ex­por­ta­trices. Ils sont opé­rés par des par­te­naires lo­caux, comme Qian­hai Yi­lian qui en gère une di­zaine dont ce­lui de Fo­shan. Cer­tains re­çoivent des sub­ven­tions du gou­ver­ne­ment lo­cal.

Leur rai­son d’être? Mon­trer aux en­tre­pre­neurs chi­nois les por­tails de Google, cen­su­rés en Chine, afin de leur vendre des es­paces pu­bli­ci­taires. «Les so­cié­tés qui com­mer­cia­lisent des apps ou vendent leurs pro­duits di­rec­te­ment aux consom­ma­teurs sont les plus in­té­res­sées par ce type d’offre, in­dique Brian Wie­ser, un ana­lyste chez Pi­vo­tal. Ce­la leur per­met d’at­teindre un pu­blic in­ter­na­tio­nal.»

Par­mi les clients des centres chi­nois de Google fi­gurent un ven­deur de com­po­sants pour mo­tos, le fa­bri­cant de smart­phones Ele­phone, la di­vi­sion char­gée des jeux mo­biles de Tencent ou en­core l’Of­fice du tou­risme de Shan­ghai, se­lon The In­for­ma­tion.

Le plus grand, ba­sé à Shan­ghai, pré­voyait d’en­ga­ger 200 em­ployés et de gé­né­rer 2 mil­liards de yuans (286mil­lions de francs) par an, au mo­ment de son inau­gu­ra­tion en oc­tobre 2016.

Mais ce n’est pas tout. Google, qui s’est re­ti­ré de Chine en 2010 pour pro­tes­ter contre la cen­sure im­po­sée par Pé­kin sur son mo­teur de re­cherche, ef­fec­tue une bonne par­tie de sa R&D dans le pays. «Il y em­ploie de nom­breux in­gé­nieurs, char­gés de créer des apps pour An­droid, de dé­ve­lop­per des jeux ou d’op­ti­mi­ser ses pla­te­formes pu­bli­ci­taires», note Shaun Rein, le pa­tron de Chi­na Mar­ket Re­search. La firme compte plus de 600 sa­la­riés dans le pays. Elle y gé­nère entre 1 et 2 mil­liards de dol­lars par an, en­vi­ron 2% de ses re­ve­nus, se­lon une es­ti­ma­tion de The In­for­ma­tion.

Ces deux der­nières an­nées, elle a en outre ré­in­tro­duit en Chine l’App Google Trans­late, an­non­cé l’ou­ver­ture d’un la­bo­ra­toire consa­cré à l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle à Pé­kin et lan­cé plu­sieurs col­la­bo­ra­tions avec Tencent, comme un par­tage de pa­tentes et de ser­vices de cloud com­pu­ting. En dé­cembre, elle a dû re­non­cer à lan­cer en Chine un mo­teur de re­cherche cen­su­ré, sur­nom­mé Dra­gon­fly, qui avait sus­ci­té un tol­lé.

Fa­ce­book de re­tour

Google n’est pas le seul groupe de tech re­ve­nu en Chine par la pe­tite porte. Fa­ce­book, dont le por­tail a été blo­qué par Pé­kin en 2009 car il avait été uti­li­sé par des ac­ti­vistes ouï­gours, est lui aus­si pré­sent dans l’Em­pire du Mi­lieu. «Il ne compte qu’une poi­gnée d’em­ployés, ac­tifs prin­ci­pa­le­ment dans la vente d’es­paces pu­bli­ci­taires sur le ré­seau so­cial», in­dique Shaun Rein. Mais ils lui rap­portent beau­coup d’ar­gent: entre 5 et 7 mil­liards de dol­lars par an, es­time Brian Wie­ser, soit quelque 10% de ses re­ve­nus. L’an der­nier, l’un de ses par­te­naires lo­caux a ou­vert un centre de vente de pu­bli­ci­tés à Shenz­hen, très sem­blable à ceux de Google.

En 2018, Fa­ce­book a éga­le­ment lan­cé en Chine une app de par­tage de pho­tos ap­pe­lée Co­lor­ful Bal­loons, par l’en­tre­mise de la firme lo­cale Youge In­ter­net Tech­no­lo­gy. Et Ocu­lus, sa fi­liale de réa­li­té vir­tuelle, pos­sède une an­tenne à Shan­ghai.

Twit­ter, lui aus­si in­ter­dit en Chine de­puis 2009, n’a par contre pas de pré­sence en Chine. Mais un cer­tain nombre de ci­toyens y ac­cèdent en uti­li­sant un VPN. Ils se­raient 10 mil­lions, se­lon le site Te­chC­runch. Fin 2008, le ré­seau so­cial a ef­fa­cé le compte de Wu Gan, un dé­fen­seur des droits hu­mains, sur de­mande de Pé­kin.

La Chine, deuxième mar­ché pour Apple

Quant à Apple, la Chine re­pré­sente 18% de ses re­ve­nus. Il s’agit de son deuxième mar­ché après les Etats-Unis. Les ventes d’iP­hone gé­nèrent la ma­jeure par­tie des re­cettes, mais l’App store est éga­le­ment de­ve­nu une im­por­tante source de re­ve­nus pour Apple en Chine. Chaque in­ter­naute y pos­sède en moyenne 100 apps, un re­cord.

Mi­cro­soft, qui se trouve dans le pays de­puis 1992, a pour sa part choi­si d’ins­tal­ler son plus grand centre de R&D hors des Etats-Unis en Chine. Il adapte ré­gu­liè­re­ment ses pro­duits aux be­soins des usa­gers lo­caux. En 2017, il a mis sur le mar­ché une ver­sion de Win­dows 10 des­ti­née spé­ci­fi­que­ment aux agences gou­ver­ne­men­tales chi­noises.

(AN­DY WONG/AP PHO­TO)

Au der­nier tri­mestre de 2018, les ventes d’iP­hone ont dé­grin­go­lé en Chine, qui re­pré­sente 18% des re­ve­nus d’Apple.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.