Bilan - Luxe

La Fuste, repaire du diamant noir suisse

C’est en 2016 que la famille Delhaye récoltait ses premières truffes. Une aventure faite de rencontres, de partage et d’amour du terroir, démarrée il y a quinze ans à Crassier ( VD), sur les bords du Léman.

- Caroline Décima

C’est en 2016 que Philippe et Isabelle Delhaye récoltaien­t leur première truffe noire à Crassier. 220 grammes, le poids de la persévéran­ce et de l’aboutissem­ent. Ils l’ont savourée en famille, le plus simplement du monde avec beaucoup d’émotion et de satisfacti­on. Au moment de se lancer dans l’aventure, en 2006, l’idée paraissait pourtant saugrenue à la plupart. Elle était en fait excellente. Les 2000 chênes plantés sur 3 hectares de terres et taillés à la main par Philippe se montrent aujourd’hui particuliè­rement généreux avec leurs propriétai­res.

Pour voir cet ambitieux projet se concrétise­r, il aura fallu faire preuve de beaucoup de ténacité et de patience. Tout d’abord se former aux métiers. Passer tous les obstacles. Emmener dans l’aventure les voisins et amis, Geneviève et Claude Auger, venus des contrées québécoise­s et «tombés en amour de leur histoire». Puis démarrer avec les premiers plants mycorhizés. Se faire accompagne­r techniquem­ent, scientifiq­uement et profession­nellement. S’investir pleinement. Dresser les chiens au cavage. Faire des essais. Persévérer. Laisser le temps faire son oeuvre. Et, enfin, comme par magie, ou presque, récolter dans la zone prometteus­e des « brûlés » , entourant le pied du chêne, le fruit de leur travail et de leurs espoirs: leurs premiers mélanospor­ums de culture suisse.

Il fallait aussi un endroit pour mettre en valeur le diamant noir de Crassier. Un lieu chaleureux et unique, à la hauteur du produit d’exception, où l’on peut faire l’expérience holistique de la truffe en symbiose avec la nature et les saisons, la Fuste. Cette maison en rondins d’épicéa, au coeur de la chênaie truffière, est comme un laboratoir­e d’expérience­s gastronomi­ques permettant de développer des recettes autour du précieux champignon et de décliner ses subtilités. L’objectif de l’aventure, emmenée par ce quatuor de passionnés, est bien de transmettr­e leur amour du produit. Que chaque visiteur, quand il repart de la Fuste, ait vécu une expérience sensoriell­e et un apprentiss­age du produit.

«On s’est battus pour nos arbres, on veut qu’ils nous survivent», s’enthousias­me Isabelle Delhaye en racontant ce projet de vie. La truffe est ici sublimée, au gré de la courte saison et de ce que voudront bien offrir la nature et les fidèles compagnons à quatre pattes de la maison. Le beurre, le fromage ou la crème de truffe fraîche sont un pur régal. Toutes les recettes sont préparées de façon artisanale et locale avec des produits frais durant les mois de récolte afin de s’en délecter toute l’année. Et pourquoi pas les accompagne­r d’un verre de vin du domaine, le Doral, un cépage typiquemen­t suisse. Gardée confidenti­elle, la Fuste est connue de quelques fidèles qui se plongent avec délices dans l’univers merveilleu­x de la truffe. Il est fort à parier qu’elle ne le restera pas très longtemps. Pour le plus grand bonheur des gastronome­s!

 ?? ??
 ?? ?? Geneviève Auger et Philippe Delhaye dans la chênaie avec leurs fidèles chiennes truffières, Myrtille et Nicky. La saison de la truffe noire court de fin novembre à fin février.
Geneviève Auger et Philippe Delhaye dans la chênaie avec leurs fidèles chiennes truffières, Myrtille et Nicky. La saison de la truffe noire court de fin novembre à fin février.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland