L’in­con­nu belge Dé­si­ré Ke­te­leer rem­porte le pre­mier Tour

Tribune de Geneve - - 20 SPORTS -

au­ra quatre. Cette ma­ni­fes­ta­tion com­plète la pa­no­plie hel­vé­tique. Il existe un Tour de Suisse de­puis 1933, date à la­quelle il se vit rem­por­té par l’Au­tri­chien Max Bul­la. Mais rien n’a en­core dé­cou­ron­né la «pe­tite reine». Le ten­nis reste un sport de riches et la natation une af­faire de spé­cia­listes.

De­puis que le jour­nal L’Au­to (mais oui!) a créé le Tour de France en 1903, qu’avait do­mi­né de bout en bout un Mau­rice Ga­rin aux belles mous­taches en gui­don de vé­lo, le vé­lo conserve donc la fa­veur po­pu­laire. Le jeune Tour de Ro­man­die s’ins­crit dans une lo­gique. Ses or­ga­ni­sa­teurs, qui l’ont créé pour mar­quer les 50 ans de l’Union cy­cliste suisse, savent ce qu’ils font. Il y au­ra du monde le long du pas­sage. Un monde qui ne cir­cule pas en­core en au­to.

Afin de for­mer le pe­lo­ton, les or­ga­ni­sa­teurs ont réuni 40 cou­reurs. C’est un peu juste. Il y au­ra en tout quatre étapes. Voi­là qui reste mo­deste. Les cou­reurs des dix équipes cou­vri­ront 755 ki­lo­mètres. Les ama­teurs sau­ront donc vite qui l’em­por­te­ra. Sur­prise! Il s’agit d’un Belge. In­con­nu. Dif­fi­cile d’af­fir­mer en ef­fet que Dé­si­ré Ke­te­leer soit une su­pers­tar de la pé­dale. A 27 ans, il a der­rière lui une car­rière mo­deste. Celle qui l’at­tend le res­te­ra tout au­tant.

Mieux vaut donc re­gar­der ailleurs sur le po­dium. En deuxième place, on y voit un Ita­lien. Contrai­re­ment à Ke­te­leer, Gi­no Bar­ta­li est une ve­dette. A 32 ans, il a der­rière lui bien des vic­toires, dont celle du Tour de France, ver­sion 1938. Il a aus­si rem­por­té trois Gi­ro d’Ita­lia, une com­pé­ti­tion créée en 1909, dont ce­lui de 1946. Un Gi­ro mar­quant la re­prise de la course après les fâ­cheux évé­ne­ments qu’avait connus le pays. Pour Bar­ta­li, le Tour de Ro­man­die reste une fleu­rette à ac­cro­cher à la bou­ton­nière. En 1948, il se re­fe­ra un maillot jaune.

Mais c’est vers le troi­sième que convergent les yeux, sur­tout féminins. Dif­fi­cile en ef­fet de dire que Bar­ta­li soit sé­dui­sant. Des chi­rur­giens ont dû en­tiè­re­ment lui re­faire un vi­sage après une chute dra­ma­tique, et avec les moyens de l’époque, pour ne pas dire du bord. Non, Fer­di (comme Fer­di­nand) Ku­bler a tout pour sé­duire. Un teint hâ­lé. Un vi­sage en lame de cou­teau, mais d’un cou­teau pas trop cou­pant. Un large sou­rire. On com­prend que sa cote reste du­rable. En 1983 en­core, l’homme se ver­ra élu «per­son­na­li­té hel­vète la plus po­pu­laire des cin­quante der­nières an­nées».

Ku­bler a dé­jà beau­coup cou­ru, mais en Suisse, où il a joué les mo­ni­teurs de ski. En 1947, sa car­rière in­ter­na­tio­nale com­mence. Trois ans plus tard, il rem­por­te­ra le Tour de France, après la dé­fec­tion d’un cer­tain Gi­no Bar­ta­li. On parle alors beau­coup de sa pe­tite soeur. Elle se pré­nomme Ur­su­la et fait de la danse. Avec suc­cès. Elle ira bien­tôt à Pa­ris. En 1954, alors que la car­rière de Fer­di se trouve à son zé­nith, Ur­su­la va se ma­rier. Elle épouse un roi de Saint-Ger­main-des-Prés, qui joue de la trom­pette et écrit ac­ces­soi­re­ment des livres. Fer­di Ku­bler se re­trou­ve­ra ain­si beau-frère de Bo­ris Vian.

En 1957, le «Fou pé­da­lant», «l’Homme che­val», ce­lui qui por­tait à la ville des cha­peaux Stet­son, pose le gui­don. Il a 38 ans et toute la vie de­vant lui. Fer­di a au­jourd’hui 92 ans.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.