Le sta­tion­ne­ment en ville peut être ré­glé par té­lé­phone dès main­te­nant

Ge­nève ouvre un paie­ment al­ter­na­tif pour les par­kings. Les com­munes voi­sines n’en bé­né­fi­cient pas en­core

Tribune de Geneve - - SPORTS -

La Fon­da­tion des par­kings a lan­cé hier un nou­veau sys­tème pour le rè­gle­ment du sta­tion­ne­ment sur le do­maine pu­blic. Il est à pré­sent pos­sible de payer par le biais d’un smart­phone. An­toine De Rae­my, pré­sident du Conseil de la Fon­da­tion des par­kings, sou­ligne ain­si l’en­trée dans une nou­velle ère, celle d’In­ter­net. Pas be­soin, ce­pen­dant, d’ac­qué­rir un té­lé­phone der­nier cri pour ac­cé­der à une place de parc. Le ver­se­ment en es­pèces à l’ho­ro­da­teur reste, mais l’ap­pa­reil évo­lue­ra.

Les uti­li­sa­teurs dé­si­rant payer par té­lé­phone de­vront se connec­ter à «PayByP­hone». Ils en­tre­ront leur numéro de ma­tri­cule ain­si qu’un compte pour le dé­bit d’ar­gent. Le numéro de té­lé­phone ser­vi­ra à iden­ti­fier l’uti­li­sa­teur. La zone, re­pré­sen­tée par le chiffre 1200 pour tout Ge­nève, de­vra être in­di­quée, ain­si que la du­rée du sta­tion­ne­ment, ré­glée à la mi­nute se­lon le be­soin de l’au­to­mo­bi­liste. No­nante mi­nutes de sta­tion­ne­ment coûtent 4,20 francs. Un mon­tant mi­ni­mal de 70 cen­times est per­çu pour le pre­mier quart d’heure. Pro­lon­ger le paie­ment du sta­tion­ne­ment au- de­là du temps maxi­mal ne se­ra pas au­to­ri­sé, par sou­cis d’équi­té en­vers les autres usa­gers.

A la fin de juillet, 78 nou­veaux ho­ro­da­teurs à écran tac­tile au­ront rem­pla­cé les an­ciens en ville. Le numéro de ma­tri­cule du vé­hi­cule de­vra alors être in­di­qué lors du paie­ment et ser­vi­ra d’iden­ti­fiant. En cas de solde en sus, ce der­nier res­te­ra en­re­gis­tré dans la ma­chine pen­dant un an. L’ uti l i s at eur pour­ra en bé­né­fi­cier lors de son pro­chain sta­tion­ne­ment.

Les autres com­munes n’em­ploient pas en­core ces moyens, «mais la pos­si­bi­li­té d’étendre ra­pi­de­ment le sys­tème existe», ajoute Jean-Yves Gou­maz, di­rec­teur de la Fon­da­tion des par­kings.

Ces chan­ge­ments de­vraient « f acil i t er la vi e du ci t oyen » , avance le conseiller d’Etat char­gé des trans­ports, Luc Bar­thas­sat. Il s’agit aus­si de res­pon­sa­bi­li­ser les au­to­mo­bi­listes au paie­ment du ser­vice. «Près de 60% du sta­tion­ne­ment au centre n’est pas ré­glé», dé­plore le ma­gis­trat PDC, es­pé­rant voir ce chiffre bais­ser à 10%. Une aug­men­ta­tion des re­cettes, ac­tuel­le­ment de dix mil­lions, est es­pé­rée, afin de fi­nan­cer les fu­turs par­kings. L’ob­jec­tif est éga­le­ment de ré­duire le nombre d’amendes, en­vi­ron 30 000 par mois, se­lon Jean-Yves Gou­maz. Ana Dias

An­toine De Rae­my, pré­sident du conseil de la Fon­da­tion des par­kings, Luc Bar­thas­sat, conseiller d’Etat en charge des trans­ports, et Jean-Yves Gou­maz, di­rec­teur de la Fon­da­tion des par­kings.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.