Le gou­let au­to­rou­tier de Cris­sier va sau­ter

Dix ans de tra­vaux, pour un coût de 1,2 mil­liard: l’opé­ra­tion qui doit sau­ver l’Ouest lau­san­nois de l’as­phyxie est lan­cée

Tribune de Geneve - - SUISSE - Ch­loé Ba­ner­jee-Din

Vingt ans? Qua­rante ans? Dans l’Ouest lau­san­nois, on parle de ce pro­jet de­puis des lustres. Cette fois, on y est. Le mé­ga chan­tier au­to­rou­tier qui doit sup­pri­mer le gou­let d’étran­gle­ment de Cris­sier est mis à l’en­quête pu­blique jus­qu’au 10 dé­cembre pro­chain. Une nou­velle ré­jouis­sante pour les usa­gers de l’A1.

Por­té par l’Of­fice fé­dé­ral des routes (OFROU), le chan­tier à ve­nir se veut à la me­sure de l’en­jeu, à sa­voir faire la peau aux bou­chons qui pa­ra­lysent non seule­ment les au­to­routes, mais aus­si les routes, de toute la ré­gion. Le pro­jet est donc pha­rao­nique. Pas moins de douze com­munes sont con­cer­nées par des tra­vaux qui doivent s’éta­ler sur dix ans dès 2022. Au to­tal, les coûts s’élèvent à 1,18 mil­liard de francs, presque en­tiè­re­ment cou­verts par la Con­fé­dé­ra­tion, à l’ex­cep­tion d’une part d’en­vi­ron 27 mil­lions fi­nan­cée par le Can­ton de Vaud.

Sur­tout, le pro­gramme de tra­vaux est par­ti­cu­liè­re­ment co­pieux. Près de la moi­tié du bud­get (570 mil­lions) ira à la ré­fec­tion et à la mise aux normes des in­fra­struc­tures au­to­rou­tières exis­tantes. Mais il y au­ra aus­si de nom­breuses nou­veau­tés. Deux jonc­tions au­to­rou­tières vont être créées de toutes pièces, une à Écu­blens et une à Cha­van­nes­près-Re­nens. Au ni­veau de la jonc­tion de Mal­ley, deux bre­telles d’en­trée vont être créées. L’échan­geur de Villars-Sain­teC­roix se­ra ren­for­cé avec une nou­velle bre­telle et une voie sup­plé­men­taire dans chaque sens. À l’échan­geur d’Écu­blens, des voies se­ront ajou­tées, ain­si que deux nou­velles bre­telles, dont une de­man­de­ra la construc­tion d’un pont de 470 mètres de long. En­fin, au ni­veau de la jonc­tion de Cris­sier, la bre­telle de sor­tie se­ra dou­blée et une voie de cir­cu­la­tion se­ra ajou­tée dans les deux sens.

Le mo­ment est stra­té­gique pour l’OFROU, car après avoir été ap­prou­vé au ni­veau de la Con­fé­dé­ra­tion et du Can­ton, le pro­jet fait dé­sor­mais face à la po­pu­la­tion. Ces der­nières se­maines, des pré­sen­ta­tions pu­bliques ont été or­ga­ni­sées dans quatre com­munes de l’Ouest lau­san­nois. À Écu­blens, mar­di soir, un pu­blic as­sez nom­breux avait fait le dé­pla­ce­ment. «Ça En mil­liard de francs, le coût glo­bal du chan­tier, fi­nan­cé presque en­tiè­re­ment par la Con­fé­dé­ra­tion. Le Can­ton ap­porte en­vi­ron 27 mil­lions de francs pour les jonc­tions de Cha­vannes et de Mal­ley.

En mil­lions de francs, la part du bud­get to­tal consa­crée à créer et ren­for­cer des in­fra­struc­tures. 570 mil­lions de francs se­ront consa­crés aux tra­vaux d’en­tre­tien et de mise aux normes des in­fra­struc­tures exis­tantes. com­mence à res­sem­bler à ce qu’on voit aux États-Unis», ob­serve une ha­bi­tante en dé­cou­vrant en images les fu­tures bre­telles de l’échan­geur.

Tra­fic en hausse de 30%

Sur la com­mune, la pièce maî­tresse se­ra la construc­tion d’une jonc­tion à 156 mil­lions. Avec la 1. Écu­blens 2. Cha­vannes 3. Échan­geur de

Villars-Sainte-Croix 4. Jonc­tion

de Cris­sier

5. Échan­geur

d'Écu­blens

6. Ren­for­ce­ment de la jonc­tion de Mal­ley créa­tion de deux nou­veaux ac­cès à Écu­blens et à Cha­vannes, le pro­jet doit per­mettre de ré­par­tir la pres­sion qui s’exerce au ni­veau de Cris­sier, dans un contexte ou l’aug­men­ta­tion du tra­fic est éva­luée à 30% entre 2014 et 2030. Mais ces deux jonc­tions visent aus­si un autre ob­jec­tif: al­lé­ger en par­tie le tra­fic ré­gio­nal en le cap­tant vers l’au­to­route. Des tra­vaux de cette am­pleur n’iront pas sans autres ef­fets se­con­daires.

À pro­pos du bruit et de l’air

Contre l’aug­men­ta­tion de la pol­lu­tion so­nore, le pro­jet pré­voit ain­si la construc­tion de pa­rois an­ti­bruit,

«Ces échan­geurs au­to­rou­tiers com­mencent à res­sem­bler à ce qu’on voit aux États-Unis» Une ha­bi­tante d’Écu­blens

à Cha­vannes-près-Re­nens et à Bus­si­gny, mais pas à Écu­blens, où les fe­nêtres des bâ­ti­ments les plus ex­po­sés de­vront être ren­for­cées. Les chaus­sées se­ront en outre do­tées d’un re­vê­te­ment pho­noab­sor­bant sur l’en­semble du pro­jet. Concer­nant la pol­lu­tion de l’air, l’OFROU a vou­lu se mon­trer ras­su­rant: «Elle va de toute fa­çon aug­men­ter avec le tra­fic, mais elle se­ra mieux ré­par­tie, car plus concen­trée sur l’au­to­route et moins sur les zones ha­bi­tées», a ana­ly­sé le re­pré­sen­tant de l’of­fice fé­dé­ral en charge des as­pects en­vi­ron­ne­men­taux.

Si le pu­blic d’Écu­blens s’est mon­tré plu­tôt fa­vo­rable au pro­jet, l’ob­ten­tion du per­mis de construire ne s’an­nonce pas pour au­tant comme un long fleuve tran­quille. Du cô­té de Cha­vannes-près-Re­nens, une pé­ti­tion a été lan­cée et la Mu­ni­ci­pa­li­té elle-même ne cache pas ses ré­serves, contrai­re­ment aux autres com­munes con­cer­nées au plus près par le chan­tier.

L’OFROU se donne un peu plus de deux ans pour trai­ter les op­po­si­tions, mais aus­si pour né­go­cier avec quelque 255 pro­prié­taires pri­vés dont la Con­fé­dé­ra­tion de­vra ac­qué­rir les ter­rains, quitte à les ex­pro­prier. Si tout se passe comme pré­vu, les tra­vaux pour­ront com­men­cer dé­but 2022, pour s’ache­ver en 2031.

La nou­velle jonc­tion d’Écu­blens doit at­ti­rer le tra­fic lo­cal vers l’au­to­route.OFROU

Bus­si­gny Cris­sier Re­nens Prilly

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.