Cinq cordes avides

Tribune de Geneve - - ARTS ET SCENES -

Tant qu’à ré­vo­lu­tion­ner le blue­grass, pour­quoi ne pas jouer, de temps à autre, quelques bonnes vieilles mé­lo­dies cam­pa­gnardes comme on les ap­pré­ciait ja­dis? Entre deux de ces bal­lades pop plus que par­faites qui ont fait la ré­pu­ta­tion des Punch Bro­thers, les mo­ments plus ter­reux, si j’ose, don­naient ce jeu­di au pu­blic de l’Al­ham­bra l’en­train né­ces­saire pour en­suite prê­ter au reste une at­ten­tion tout at­ten­drie.

Les Punch Bro­thers, il faut les voir: la barbe nais­sante, le re­gard rieur, cra­vate sous le gi­let, che­mise bou­ton­née haut. Ce pour­rait être Dy­lan à New­port, mil­lé­si­mé six­ties. Éga­le­ment une bande de jeunes ca­cous ani­mant une soi­rée étu­diante. Du reste, l’équi­page a la langue bien pen­due: «On est bien heu­reux d’être ici. Ça nous fait une pause avec les États-Unis. Quel cirque, n’est-ce pas? Nor­mal, vous me di­rez, lors­qu’on a pour lea­der un clown…»

Et file la man­do­line sur un rythme in­fer­nal, et vol­tige l’ar­chet du vio­lon! Vir­tuo­si­té: le terme est par­fai­te­ment jus­ti­fié. C’est en­core la contre­basse, qui rou­coule tout en ron­deur, al­ter­nant jeu aux doigts et frot­te­ment de crin. Un cous­sin cha­leu­reux sur le­quel viennent se po­ser, comme de pe­tits oi­seaux vi­re­vol­tants, les piz­zi ful­gu­rants des cordes so­listes. Man­do­line. Ban­jo. Une gui­tare en ap­pui. Un vio­lon en­vo­lé.

Réunis en un de­mi-cercle ser­ré au centre de la scène, les Punch Bro­thers se pré­sentent en grappe. C’est l’avan­tage, pour cha­cun d’eux, de s’écou­ter di­rec­te­ment, sans la né­ces­si­té des haut­par­leurs. Ex­tra­or­di­naire jeu de groupe, dans le­quel chaque élé­ment s’ins­crit sub­ti­le­ment dans les autres. Ain­si éga­le­ment du chant. Le man­do­li­niste Ch­ris Thile en guise de lead, voix haut per­chée, timbre doux comme un pe­tit-dé­jeu­ner en amou­reux. Puis le choeur de ses pairs. Su­perbe, dans cet al­lant à peine non­cha­lant, ne re­fu­sant rien des dé­lices qu’offrent toutes sortes de ra­len­tis, d’ac­cé­lé­ra­tion, de forte et de pia­no.

Blue­grass, di­sions-nous. Ceux-là connaissent, et sur le bout des doigts. Mais l’es­sen­tiel des com­po­si­tions est ailleurs, dans ces dé­ri­va­tions qui mènent ici vers le ba­roque ita­lien, là vers les vertes contrées d’Ir­lande. C’est une danse de la Vol­ga en­core, un rien de Dvorák. En­fin, la touche mé­lan­co­lique des Cros­by Stills & Cie. Puis le «Pas­se­pied» de De­bus­sy. «De­bus­sy, père du blue­grass!» sou­rient les Punch Bro­thers. Si lé­gers, si par­faits qu’on fi­nit par rê­ver d’un bon rock bien cras­seux.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.