Les atouts du ski suisse se jouent entre les pi­quets

Ski al­pin À Val d’Isère, l’équipe hel­vé­tique de sla­lom se pré­sente plus forte que ja­mais

Tribune de Geneve - - Sports - Florian Mül­ler Val d’Isère

Et si les skieurs suisses en­ta­maient un chan­ge­ment de pa­ra­digme? His­to­ri­que­ment, les ath­lètes hel­vé­tiques ont tou­jours pri­vi­lé­gié la vi­tesse à la tech­nique. Deux chiffres pour vé­ri­fier ce décalage: tout au long de la pro­li­fique his­toire de la Coupe du monde, les des­cen­deurs suisses comptent 121 vic­toires; les sla­lo­meurs seule­ment 13. Ahu­ris­sant? Oui.

Reste que ce ra­tio – qua­si 1 pour 10 – pour­rait être cham­bou­lé dans les an­nées qui viennent. Il suf­fit de je­ter un oeil au ré­ser­voir d’ath­lètes à haut po­ten­tiel pour consta­ter que c’est bien en sla­lom que l’équipe de Suisse a le plus d’atouts dans sa manche. Et à court terme dé­jà: Ramon Zenhäu­sern et Da­niel Yule comptent dé­jà plu­sieurs po­diums et sont éta­blis dans le très re­le­vé top 7 de la hié­rar­chie, alors que Lu­ca Aer­ni et Loïc Meillard les suivent de près. Sans comp­ter Marc Ro­chat ou en­core Tan­guy Nef. Ajou­tez à ce­la qu’ils ont tous 26 ans ou moins, la marge de pro­gres­sion re­la­tive, et vous ob­te­nez la meilleure es­couade de l’his­toire du ski suisse entre les pi­quets ser­rés.

«Je pense qu’on peut af­fir­mer ça, oui, confirme Ramon Zenhäu­sern, vice-cham­pion olym­pique à Pyeong­chang. Par le pas­sé, les skieurs suisses qui ont brillé en sla- lom l’étaient de ma­nière in­di­vi­duelle. Là, on a une vraie équipe ho­mo­gène. C’est une pre­mière.» «En termes de den­si­té, c’est clair que c’est du ja­mais-vu à mon avis, re­prend Da­niel Yule, N° 5 mon­dial dans la discipline. Mal­heu­reu­se­ment, on court tou­jours après une pre­mière vic­toire, mais trois d’entre nous (ndlr: Yule, Zenhäu­sern et Aer­ni) sont dé­jà mon­tés sur le po­dium, ce n’est pas rien quand on sait qu’avec Hir­scher et Kris­tof­fer­sen de­vant, il ne reste pas beau­coup de place sur la boîte.»

Au-de­là de la coïn­ci­dence gé­né­tique, qui voit plu­sieurs ath­lètes de top ni­veau sor­tir de la même vo­lée, com­ment ex­pli­quer cette den­si­té? «Il faut sa­luer le tra­vail de Mat­teo Jo­ris et Thier­ry Me­net, nos en­traî­neurs, qui mettent les pe­tits plats dans les grands pour nous of­frir les meilleures condi­tions pour dé­ve­lop­per nos ca­pa­ci­tés», note Zenhäu­sern. Alors que Yule in­siste: «On se tire la bourre au sein de l’équipe et for­cé­ment ça crée une ému­la­tion.»

Di­manche, ils se­ront tous au ta­quet sur la my­thique Face de Bel­le­varde, bon gré mal gré: en plus des pi­quets, il fau­dra sla­lo­mer entre les ra­fales et les flo­cons.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.