Le quar­tet Shi­jin livre un pre­mier al­bum au groove vif

Tribune de Geneve - - Voix Et Chapitres -

Mu­sic Box

DR

Shi­jin de g. à dr.: le bas­siste Laurent Da­vid, le saxo­pho­niste Jacques Sch­warz-Bart, le pia­niste Mal­colm Braff et le bat­teur Sté­phane Gal­land.Sa musique a de l’am­pleur et du souffle. Au Ca­fé de Gran­cy, à Lau­sanne, quand on ren­contre Shi­jin – sans son pia­niste, Mal­colm Braff, absent pour rai­son de pa­ter­ni­té toute ré­cente – le groupe prend aus­si pas­sa­ble­ment de place. Le saxo­pho­niste, Jacques Sch­warz-Bart, pique un pe­tit rou­pillon sur le ca­na­pé du bis­trot pen­dant que le bat­teur, Laurent Da­vid, et le bas­siste, Sté­phane Gal­land, pouffent de­vant un ca­fé.Ils ont dé­jà joué lors de la der­nière édi­tion du Cul­ly Jazz mais ont at­ten­du l’au­tomne pour sor­tir leur pre­mier al­bum, un «Shi­jin» qui fré­tille des jambes avec vé­lo­ci­té, en re­muant aus­si toutes sortes de sen­sa­tions mu­si­cales. «Dans la musique, il y a dif­fé­rents genres de com­plexi­té, mais elle doit res­ter un sup­port à l’ex­pres­sion émo­tion­nelle», as­sure Bart, qui vient de se ré­veiller. «Ce­la se passe dans le rock, chez Miles, chez Zap­pa, et c’est ce que l’on trouve aus­si chez Shi­jin. Si cette connexion n’existe pas, c’est chiant.»La concep­tion de leur musique ne s’est pas faite de ma­nière clas­sique, du moins se­lon les stan­dards en ri­gueur dans le monde du jazz. Le bas­siste, fan de Me­shug­gah, et le bat­teur, tous deux col­la­bo­ra­teurs du trom­pet­tiste Ibra­him Maa­louf, ont com­men­cé à en­re­gis­trer la pul­sa­tion de base des mor­ceaux, se­lon des sé­quences ryth­miques, des «tour­ne­ries», chia­dées. Ces sons onten­suite été en­voyés à Mal­colm Braff, qui y a glis­sé son art du cla­vier (et du rythme), avant de par­tir chez le saxo­pho­niste pour y in­suf­fler un peu d’or li­quide.Shi­jin, se­lon la tra­di­tion chi­noise: quatre élé­ments, quatre points cardinaux, mais aus­si quatre ani­maux, le dra­gon, la tor­tue-serpent, le tigre et l’oi­seau. Mais ils ne cherchent pas à ou­vrir un zoo. «Shi­jin, ce sont quatre lea­ders qui jouent couche après couche, en pre­nant des risques», ré­sument ces mous­que­taires d’un jazz plus proche de «Bitches Brew» que de «Kind of Blue». «L’in­té­rêt de ce pro­ces­sus, ce n’était pas seule­ment le cô­té tech­nique ou pra­tique d’en­re­gis­trer cha­cun de son cô­té, mais aus­si la pos­si­bi­li­té d’in­ter­ve­nir à chaque mo­ment dans la com­po­si­tion des mor­ceaux, dans leur struc­ture.» De­puis, le quar­tet s’est ap­pri­voi­sé sur scène, dé­liant les muscles de l’in­ter­ac­tion en di­rect, et cha­cun compte por­ter ce pro­jet plus loin avec une tour­née 2019 dont les dates com­mencent à se gar­nir et, dé­jà, un deuxième al­bum dans la ligne de mire. Bo­ris Senff

«Shi­jin» Shi­jin

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.