Route de Suisse: Ver­soix af­fronte un an de tra­vaux

Le chan­tier sus­cite l’in­quié­tude d’une tren­taine de com­merces du centre his­to­rique

Tribune de Geneve - - La Une - Xa­vier La­fargue @Xa­vierLa­fargue

Dès au­jourd’hui, Ver­soix ré­ap­prend à vivre avec les tra­vaux de la route de Suisse. Après une pause liée aux Fêtes, ce mé­ga­chan­tier re­prend son cours. Il va du­rer une bonne an­née et tou­cher no­tam­ment la place du Bourg. Les ri­ve­rains du centre his­to­rique connaissent dé­jà la li­ta­nie des nui­sances: gra­vats, dé­blais, pous­sières, al­lées et ve­nues des en­gins de chan­tiers, cir­cu­la­tion ra­len­tie, sta­tion­ne­ment im­pos­sible. Il s’y ra­joute une bonne dose d’in­quié­tude pour une tren­taine de com­merces qui ad­mettent éga­le­ment la né­ces­si­té de cette ré­fec­tion de grande am­pleur. D’ailleurs, après la fer­me­ture de Sport 137, une bou­tique de créa­tions flo­rales a an­non­cé sa li­qui­da­tion to­tale. «L’an­née 2019 met­tra peut-être nos nerfs à rude épreuve», aver­tit Or­nel­la En­has, la conseillère ad­mi­nis­tra­tive char­gée des Tra­vaux. À tel point que pour com­pen­ser tous ces in­con­vé­nients, cer­tains ap­pré­cie­raient une baisse de leur taxe pro­fes­sion­nelle. Car il s’agit aus­si de te­nir en at­ten­dant des jours meilleurs pour pros­pé­rer dans une ville em­bel­lie. Notre en­quête dresse un point de si­tua­tion com­plet sur ce chan­tier dont les di­verses phases ont connu des re­tards.

Com­men­cée au prin­temps 2017, la ré­fec­tion de la route de Suisse, à Ver­soix, s’est of­fert une pe­tite pause du­rant les Fêtes. Mais la trêve des confi­seurs est bel et bien ter­mi­née. Dès ce lun­di 14 jan­vier, le mé­ga­chan­tier entre même dans sa phase la plus com­plexe. Cette fois-ci, c’est le centre his­to­rique qui va su­bir les as­sauts des pel­le­teuses et le bal­let des ca­mions. De quoi in­quié­ter les com­mer­çants, même si tous avouent que ces tra­vaux étaient né­ces­saires.

«L’an­née 2019 met­tra peu­têtre nos nerfs à rude épreuve», a d’ailleurs pré­ve­nu Or­nel­la En­has, conseillère ad­mi­nis­tra­tive char­gée des Tra­vaux, lors de la der­nière séance du Mu­ni­ci­pal. Car deux chan­tiers dé­marrent dans le même sec­teur: ce­lui de la place du Bourg et ce­lui de la phase 4 de la route de Suisse (voir in­fo­gra­phie). Ce­la sans comp­ter que la phase 2 ac­cuse trois mois de re­tard!

Pro­blème de sta­tion­ne­ment

Pour Ka­tia et Jean-Jacques Car­tier, pa­trons du tea-room et res­tau­rant Les Ré­gates, «le Bourg, c’est le pou­mon de Ver­soix. C’est là que sont re­grou­pés une tren­taine de com­merces, dont cinq res­tau­rants et deux bou­lan­ge­ries. Et on va to­ta­le­ment blo­quer ce sec­teur! Le prin­ci­pal pro­blème, ce se­ra le par­cage. Toutes les places le long de la route de Suisse se­ront sup­pri­mées. De quoi faire fuir la clien­tèle, et pas sûr qu’elle re­vienne dans un an, quand les tra­vaux se­ront ter­mi­nés.» Signe avant-cou­reur, des pan­neaux d’in­ter­dic­tion de sta­tion­ner ont fleu­ri ces der­niers jours.

Les dif­fi­cul­tés de par­cage in­quiètent aus­si Xa­vier Ge­lin, pa­tron de Coif­fure Créa­tions, sur la place du Bourg. «J’ai plu­sieurs clientes âgées ou à mo­bi­li­té ré­duite. Jus­qu’à pré­sent, elles pou­vaient se par­quer de­vant mon sa­lon. Main­te­nant, elles de­vront al­ler se ga­rer 150 mètres plus loin.»

Le manque de places de parc n’est pas le seul sou­ci. «Il y au­ra aus­si du bruit et de la pous­sière», pré­voit Said Afrine, un édu­ca­teur spé­cia­li­sé qui tra­vaille dans le ma­ga­sin Au coin de ma rue, à l’angle de la route de Suisse et de la place du Bourg.

Ces désa­gré­ments, d’autres com­merces les ont dé­jà en­du­rés lors des phases 1 et 2 du chan­tier, à l’en­trée de Ver­soix cô­té nord. Cer­tains ont d’ailleurs mis la clé sous le paillas­son, tel Sport 137. Au centre-ville, d’autres s’ap­prêtent à le faire. C’est le cas du ma­ga­sin de créa­tions flo­rales L’art du ca­deau. Sur ses vi­trines, des af­fi­chettes «Li­qui­da­tion to­tale» laissent au­gu­rer une pro­chaine fer­me­ture, que l’on nous a confir­mée.

Re­tard re­dou­té

«On dres­se­ra le bi­lan dans trois mois, re­lève de son cô­té Loïc Gilloz, em­ployé de la trat­to­ria Ami­ci Miei. Notre clien­tèle est sur­tout lo­cale, elle vient chez nous à pied le plus sou­vent, donc nous ne de­vrions pas trop souf­frir des tra­vaux. Nous es­pé­rons seule­ment que ce se­ra plus beau après, que nous pour­rons agran­dir notre ter­rasse et que le chan­tier ne pren­dra plus de re­tard.»

Ce der­nier sou­hait est par­ta­gé par les autres com­mer­çants. «Mais si on pou­vait mettre les bou­chées doubles pour ac­cé­lé­rer les tra­vaux, ce se­rait mieux», es­time Ka­tia Car­tier. Sans trop y croire «vu le re­tard pris pour la phase 2». Son ma­ri ren­ché­rit: «De­vant les dif­fi­cul­tés qui nous at­tendent, il fau­drait aus­si que la Com­mune fasse un geste, par exemple bais­ser la taxe pro­fes­sion­nelle.» «Et qu’elle nous in­forme mieux et plus ra­pi­de­ment», conclut le coif­feur Xa­vier Ge­lin. En at­ten­dant, le pu­blic peut dé­cou­vrir les plans de la phase 4 des tra­vaux à la Mai­son de pro­jet, ce mar­di de 19 h à 21 h.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.