Por­teous prend ses quar­tiers d’hi­ver

Chan­tier de se­conde main à pe­tits prix et grands es­paces au bord du Rhône. Sur le toit, des ca­banes en bois ont vu le jour

Tribune de Geneve - - La Une - LU­CIEN FORTUNATI

Oc­cu­pa­tion Les membres du col­lec­tif Pre­nons la ville ont in­ves­ti le site de Por­teous de­puis dix-neuf se­maines. Ils ont fait pous­ser des ca­banes sur le toit et s’em­ploient à rendre le bâ­ti­ment ha­bi­table pour l’hi­ver, en at­ten­dant que lui soit trou­vée une fu­ture af­fec­ta­tion, autre que car­cé­rale. Notre re­por­tage.

Les Jour­nées eu­ro­péennes du pa­tri­moine se dé­roulent tra­di­tion­nel­le­ment en été. Les ama­teurs de bâ­ti­ments clas­sés portent le short et les chaus­sures en toile. Le pa­tri­moine oc­cu­pé se vi­site, lui, plu­tôt en hi­ver, à presque huis clos, avec une garde-robe de cir­cons­tance. Col­lants et dou­doune pour al­ler au contact des oc­cu­pants de Por­teous, l’an­cienne usine de la sta­tion d’épu­ra­tion d’Aïre.

Ils sont ar­ri­vés le 25 août der­nier par le fleuve, ils ne sont pas re­par­tis. Un acte de pi­ra­te­rie ur­baine, lar­ge­ment mé­dia­ti­sé, an­non­cia­teur d’une oc­cu­pa­tion his­to­rique par sa du­rée: les membres du mou­ve­ment Pre­nons la ville sont dans la place de­puis main­te­nant dix-huit se­maines.

Il neige sur Por­teous. Une fine pel­li­cule blanche re­couvre le dé­bar­ca­dère ce jeudi 10 jan­vier, un so­leil gla­çant se re­flète contre la cour­sive, ar­pen­tée par les guet­teurs as­su­rant leur tour de garde. La ban­de­role des pre­miers soirs a dis­pa­ru. «Nous construi­sons un monde sans pri­son»: le mes­sage des jeunes bâ­tis­seurs a été en­ten­du. Le re­cy­clage du lieu à des fins car­cé­rales ne fi­gure plus dans les dis­cus­sions, à l’échelle de la com­mune ver­nio­lane, qui n’en a ja­mais vou­lu, comme du Can­ton, convain­cu à son tour que la sau­ve­garde de cet en­droit as­sez unique se ma­rie mal avec les am­bi­tions pé­ni­ten­tiaires du Dé­par­te­ment de la sé­cu­ri­té.

On bâ­tit à la lu­mière du jour, on rêve dans le noir au re­tour du prin­temps, car le soir ve­nu, l’obs­cu­ri­té tombe sur le site comme un ri­deau de scène à la fin de la re­pré­sen­ta­tion. L’élec­tri­ci­té, prise chez les voi­sins bien­veillants des Ser­vices in­dus­triels, a été cou­pée dans les pre­mières se­maines d’oc­cu­pa­tion, sur ordre de po­lice, his­toire de com­pli­quer la tâche des tra­vailleurs de l’ombre. Sans pour au­tant les dé­cou­ra­ger. La vi­site hi­ver­nale confirme l’éner­gie dé­ployée à tous les étages pour rendre Por­teous ha­bi­table, ex­ploi­table, cultu­rel­le­ment at­ta­ché aux pro­po­si­tions al­ter­na­tives dé­fen­dues de­puis le dé­but.

Les me­nui­siers d’al­ti­tude ont pris pos­ses­sion du toit. En trois mois, deux ca­banes ont pous­sé à la ma­nière de re­fuges de mon­tagne. L’une d’elles, à l’ar­chi­tec­ture raf­fi­née, s’aligne par­fai­te­ment sur le porte-à-faux de la sta­tion d’épu­ra­tion.

La sil­houette de Por­teous s’en trouve aug­men­tée. «On a de la chance de vivre en Suisse, c’est mons­trueux ce que les gens jettent; tout ici est fait avec de la ré­cup», lâche le construc­teur de cette ca­hute amé­lio­rée – trente mètres car­rés en comp­tant le bal­con qui s’avance sur le Rhône, à près de vingt mètres de hau­teur. De là, on voit le so­leil se le­ver et se cou­cher comme au som­met de la Jung­frau. «Pour l’ins­tant, on af­fiche un très bon bi­lan fi­nan­cier», ren­ché­rit un oc­cu­pant, en se sou­ve­nant des 30 mil­lions ar­ti­cu­lés pour le bud­get car­cé­ral mort-né. Il des­sine à main le­vée les plans du vil­lage al­ter­na­tif haut per­ché.

Com­bien de temps cette pa­ren­thèse an­gé­lique va-t-elle en­core du­rer? L’évacuation par la force pèse comme une épée de Da­mo­clès sur l’ave­nir proche des oc­cu­pants. Ils le savent. Leur bel élan bâ­tis­seur, leur gar­dien­nage ac­tif ne pè­se­ront pas lourd face à une in­ter­ven­tion de la po­lice qui, elle aus­si, connaît les lieux comme sa poche. Reste, pour l’heure, l’image en sur­sis d’un centre au­to­nome, d’une ci­té al­ter­na­tive creu­sant ses fon­da­tions dans le sol ge­lé de l’hi­ver.

LU­CIEN FORTUNATI

Au som­met du porte-à-faux de Por­teous, la sil­houette d’une ca­hute en bois.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.