Ar­rêt car­diaque : la chaîne de SUR­VIE

Gavroche Thaïlande - - Le Village I sante -

Les Dé­fi­bril­la­teurs Au­to­ma­ti­sés Ex­ternes (DAE) ou Au­to­ma­ted Ex­ter­nal De­fi­bril­la­tor (AED) en an­glais, ap­pa­reils por­tables de pe­tite taille des­ti­nés au trai­te­ment des ar­rêts car­diaques sou­dains, sont dé­sor­mais vi­sibles dans de nom­breux lieux pu­blics ou pri­vés à forte fré­quen­ta­tion comme les aé­ro­ports, les gares ou les née cen­tres­du rythme com­mer­ciaux. car­diaque par l’ana­ly­seur du dé­fi­bril­la­teur per­met­tant de confir­mer ou d’in­fir­mer la né­ces­si­té d’un choc élec­trique, et en­fin le dé­clen­che­ment de la dé­fi­bril­la­tion, soit au­to­ma­ti­que­ment, soit par pres­sion du bou­ton d’ac­ti­va­tion comme sug­gé­rée par la com­mande ver­bale de l’ap­pa­reil. Si la fi­bril­la­tion per­siste mal­gré le pre­mier choc élec­trique, le mas­sage car­diaque doit être pour­sui­vi et une se­conde dé­fi­bril­la­tion se­ra ten­tée quelques mi­nutes plus tard. La qua­trième étape est la prise en charge par une équipe mé­di­ca­li­sée qui trans­por­te­ra le pa­tient dans une uni­té de soins ap­pro­priée. Lorsque ces gestes d’ur­gence – mas­sage car­diaque et dé­fi­bril­la­tion – sont réa­li­sés par un ou plu­sieurs té­moins dans les toutes pre­mières mi­nutes après la perte de connais­sance, les chances de re­tour à la nor­male du rythme car­diaque et ain­si de ré­cu­pé­ra­tion sans sé­quelles neu­ro­lo­giques sont éle­vées, de l’ordre de 40 à 85% se­lon les études. En­fin, l’ex­pé­rience ac­cu­mu­lée a per­mis de conclure à l’in­no­cui­té to­tale de la pro­cé­dure de choc élec­trique, tant pour le ma­lade que pour le sau­ve­teur. Il existe de nom­breux sites in­ter­net of­frant une for­ma­tion pra­tique en quelques mi­nutes de la conduite d’un mas­sage car­diaque et de l’uti­li­sa­tion d’un DAE. Une bonne ré­so­lu­tion pour le se­cou­riste po­ten­tiel qui som­meille en nous ?

Newspapers in French

Newspapers from Thailand

© PressReader. All rights reserved.