CONQUÊTE DU MAR­CHÉ AFRI­CAIN : ON DOIT S’Y PRÉ­PA­RER

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE - Par Na­joua HIZAOUI

LES en­tre­prises pu­bliques dont la par­ti­ci­pa­tion au PIB s’éle­vait a 9,5% en 2016 contre 13% en 2010, voient leur si­tua­tion fi­nan­cière et leurs per­for­mances se dé­té­rio­rer d’une an­née à l’autre. Les in­di­ca­teurs-clés re­flètent une crise pro­fonde, ob­ser­vée dans les pertes cu­mu­lées qui ont tou­ché 50% d’entre elles, sans te­nir compte des caisses so­ciales. De même, la masse sa­la­riale a aug­men­té, pas­sant de 2.580 MD en 2010 à 4.000 MD en 2016, soit une évo­lu­tion de +55%, et une hausse de 80%. D’après Cho­kri Has­sine, di­rec­teur gé­né­ral à la Pré­si­dence du gou­ver­ne­ment, cette dé­té­rio­ra­tion est due à l’ab­sence d’une vi­sion sur le rôle des en­tre­prises pu­bliques, la fai­blesse de la gou­ver­nance glo­bale du sec­teur pu­blic éco­no­mique, de la gou­ver­nance in­terne des en­tre­prises pu­bliques, du dia­logue so­cial et de la res­pon­sa­bi­li­té so­cié­tale avec une mul­ti­pli­ca­tion des grèves et des mou­ve­ments so­ciaux, outre l’aug­men­ta­tion du nombre de sa­la­riés in­fon­dée et des sa­laires non étu­diés. D’autres fac­teurs sont à l’ori­gine de cette crise, pro­ve­nant de plu­sieurs in­suf­fi­sances au ni­veau or­ga­ni­sa­tion­nel, en l’oc­cur­rence la fai­blesse de la ges­tion pré­vi­sion­nelle des res­sources hu­maines, des struc­tures d’au­dit, de contrôle de ges­tion et de comp­ta­bi­li­té ana­ly­tique avec un manque de moyens hu­mains, ma­té­riels et fi­nan­ciers. Par­mi les causes fon­da­men­tales de cette contre-per­for­mance fi­gurent éga­le­ment l’ab­sence d’un sys­tème d’in­for­ma­tion fiable sur les en­tre­prises, d’une struc­ture uni­fiée char­gée de la ges­tion du por­te­feuille de l’Etat,outre la fai­blesse des moyens hu­mains et ma­té­riels des struc­tures de sui­vi et de contrôle de ces éta­blis­se­ments.

RE­STRUC­TU­RA­TION

Ce res­pon­sable évoque, par ailleurs, la fai­blesse des mé­ca­nismes de par­te­na­riat pu­blic-pri­vé, no­tam­ment pour les en­tre­prises concur­ren­tielles, l’ab­sence de struc­tures de fi­nan­ce­ment de la res­pon­sa­bi­li­té so­cié­tale des en­tre­prises pu­bliques et de cri­tères clairs pour l’oc­troi de sub­ven­tions et l’in­ter­ven­tion de l’Etat dans la po­li­tique com­mer­ciale de ces en­tre­prises. En l’ab­sence d’une stra­té­gie ac­tion­naire de l’Etat, la re­struc­tu­ra­tion des en­tre­prises pu­bliques ne peut pas abou­tir à des solutions ra­di­cales (fa­ci­li­tés ban­caires, ré­éche­lon­ne­ment de dettes...), vu la com­plexi­té des pro­cé­dures et les in­suf­fi­sances au ni­veau de la gou­ver­nance in­terne et de la pu­bli­ca­tion des in­for­ma­tions fi­nan­cières des en­tre­prises pu­bliques. «L’ab­sence d’opé­ra­tions de re­struc­tu­ra­tion fi­nan­cière ra­di­cale des en­tre­prises pu­bliques tra­duit l’in­suf­fi­sance du rôle de l’Etat, garant de la conti­nui­té du ser­vice pu­blic stra­té­gique et de l’in­ca­pa­ci­té d’exé­cu­tion des in­ves­tis­se­ments en in­fra­struc­ture», pré­cise le res­pon­sable. D’un autre cô­té, la re­struc­tu­ra­tion fi­nan­cière exige une ré­vi­sion des pro­cé­dures, une iden­ti­fi­ca­tion des en­tre­prises à re­struc­tu­rer en prio­ri­té, concer­nant no­tam­ment leurs be­soins en fi­nan­ce­ment. Il s’agit aus­si d’éla­bo­rer une étude sur la pos­si­bi­li­té de créer un fonds na­tio­nal de re­cou­vre­ment dé­dié à la re­ca­pi­ta­li­sa­tion des en­tre­prises opé­rant dans des sec­teurs concur­ren­tiels, de dé­ve­lop­per le par­te­na­riat entre les en­tre­prises pu­bliques et le sec­teur pri­vé, et d’ou­vrir le ca­pi­tal des en­tre­prises pu­bliques aux em­ployés.

AXES STRA­TÉ­GIQUES

Pour as­su­rer le dé­ve­lop­pe­ment et la bonne gou­ver­nance des en­tre­prises pu­bliques, une stra­té­gie a été mise en oeuvre par le gou­ver­ne­ment-vi­sant la créa­tion d’une struc­ture ad­mi­nis­tra­tive cen­tra­li­sée sous forme d’une ins­tance gé­né­rale des par­ti­ci­pa­tions pu­bliques ou d’une agence de ges­tion des par­ti­ci­pa­tions pu­bliques, l’éla­bo­ra­tion d’une stra­té­gie ac­tion­naire de l’Etat, la re­lance de l’ex­pé­rience de contrac­tua­li­sa­tion entre l’Etat et les en­tre­prises pu­bliques. Au ni­veau de la ges­tion, la stra­té­gie est fo­ca­li­sée sur l’ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion du dia­logue so­cial entre les dif­fé­rentes par­ties pre­nantes char­gées du dé­ve­lop­pe­ment des en­tre­prises pu­bliques, la pré­pa­ra­tion d’une étude relative à l’adé­qua­tion entre ef­fec­tifs et be­soins réels de ces éta­blis­se­ments (pos­si­bi­li­tés de re­dé­ploie­ment et/ou as­sai­nis­se­ment so­cial), le ren­for­ce­ment des mé­ca­nismes de res­pon­sa­bi­li­té so­cié­tale (RSE)...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.