BOB­BY FI­SCHER DANS TOUS SES STYLES « ETREINTE », TACT ET TAC­TIQUES (II)

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE - PAR LE G.M.I. SLIM BOUAZIZ

Nous pour­sui­vons, au­jourd’hui la sé­rie en­ta­mée dans les der­nières li­vrai­sons avec la re­pro­duc­tion des meilleures par­ties de Ro­bert Fi­scher qui, dès son jeune âge, s’est illus­tré par son style ori­gi­nal et sa clair­voyance dans la ma­nière de conduire ses par­ties. En ef­fet, sans ca­rac­tère spec­ta­cu­laire, mais par une stra­té­gie ba­sée sur des coups, en ap­pa­rence, simples, mais qui s’avèrent, à long terme, ter­ri­ble­ment pro­fond, ce qui lui a per­mis de chan­ger les don­nées sur la scène échi­quéenne, do­mi­née, jus­qu’alors, par l’ar­ma­da so­vié­tique. Ces par­ties, rap­pe­lons-le, sont ti­rées de son cé­lèbre livre, in­ti­tu­lé « Mes 60 meilleures par­ties », qui de­meure, jus­qu’à l’heure ac­tuelle, un vrai ré­gal pour les pu­ristes. L’obli­ga­tion désa­gréable

Cette par­tie est l’illus­tra­tion par­faite de l’ex­pres­sion al­le­mande, « zugz­wang ». In­ca­pable d’ex­traire le moindre avan­tage dans le dé­but ain­si que le mi­lieu de par­tie, Fi­scher s’em­barque dans une fi­nale égale et pauvre en pro­messes. Il par­vient néan­moins, après 9.Cd5 à se re­trou­ver avec un Fou contre un Ca­va­lier. Par la suite, il use­ra d’une ma­noeuvre in­so­lite le long de la 3ème ran­gée (23.Td3) pour créer des in­cur­sions spa­tiales. Ro­set­to, in­vo­lon­tai­re­ment co­opère et bien­tôt se re­trouve face à une si­tua­tion rare et dif­fi­cile : Bien qu’ayant un ma­té­riel égal, le moindre coup joué par ce der­nier, dé­truit l’équi­libre pré­caire de sa po­si­tion et hâte sa chute. Cette si­tua­tion s’ap­pelle le zugz­wang, et fi­nit par contraindre Ro­set­to à l’aban­don

PAR­TIES DE LA SE­MAINE

Blancs :Fi­scher, Ro­bert James Noirs : Rosse o,Hec­tor [B41] Mar del Pla­ta (Ar­gen­tine) 1959 1.e4 c5 2.Cf3 e6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 a6 5.c4 Dc7 6.Cc3 Cf6 7.Fd3 Cc6 8.Fe3 Cxd4 9.Fxd4 Fc5 10.Fc2! d6 11.0–0 Fd7

12.Ca4 [12.Fxc5 Dxc5 (12...dxc5 13.f4 e5 14.Cd5 Cxd5 15.exd5 exf4 16.Te1+ Rf8 17.d6 ) 13.Dd3 Re7 14.Tad1 Thd8 15.Dg3 ]12...Fxd4 13.Dxd4 Td8 [13... e5 14.Dd2 0–0 15.Cc3 Fe6 ]14.Tfd1 0–0

15.Tac1 [15.Cb6 Fc6 16.f3 e5 17.De3 Cd7 18.Cxd7 Fxd7 19.b3 Fe6 ]15...Da5

16.Db6! Dxb6 [16...Dg5 17.Dxb7 Tb8 18.Dxa6 Ta8 19.Dxd6 Fxa4 20.b3 Fe8

21.a4 ]17.Cxb6 Fc6 18.f3 Cd7 19.Cd5!? [19.Cxd7 Txd7 20.b4 Tc8 21.Fb3 Tdd8

22.Rf2 Rf8 23.Re3 Re7 24.f4 ]19...Fxd5 20.exd5 e5 21.b4 g6 22.Fa4 b6 [22...

a5! ]23.Td3 f5 24.Ta3! Cb8 25.c5! bxc5 26.bxc5 dxc5 27.Txc5 Rg7 28.Tb3 Tf7 29.d6! Cd7 30.Tc7 Cf8 31.Tbb7 Txc7 32.dxc7 Tc8 33.Fb3 a5 34.a4 h6 35.h3 g5 36.g4 fxg4 37.hxg4 1–0 Fi­scher (à gauche) – Ros­set­to Hec­tor

Une pe­tite omis­sion

Le ré­per­toire d’ou­ver­ture de Fi­scher est moins va­rié que la plu­part des grands maîtres en ac­ti­vi­té. Tou­te­fois, ses contri­bu­tions à la théo­rie sont nom­breuses. 20.g5!? est l’une de ses in­no­va­tions dans la par­tie es­pa­gnole. Ce coup n’est ce­pen­dant pas res­pon­sable de la dé­faite de Sho­cron lors de la par­tie sui­vante. La ré­ponse de ce der­nier éga­le­ment, puis­qu’elle ap­pa­raît étran­ge­ment adé­quate. Néan­moins, après s’être dé­fen­du rai­son­na­ble­ment, Sho­cron al­la trop loin. S’ima­gi­nant avoir vu le coup juste, plus loin que son ad­ver­saire, il s’em­bar­qua dans une com­bi­nai­son per­dante, à un coup près. Son jeu s’est alors écrou­lé. La ré­ponse de ce der­nier éga­le­ment, puis­qu’elle ap­pa­raît étran­ge­ment adé­quate. Néan­moins, après s’être dé­fen­du rai­son­na­ble­ment, Sho­cron al­la trop loin. S’ima­gi­nant avoir vu le coup juste, plus loin que son ad­ver­saire, il s’em­bar­qua dans une com­bi­nai­son per­dante, à un coup près. Son jeu s’est alors écrou­lé.

Blancs :Fi­scher,Ro­bert James Noirs : Sho­cron Ru­ben [C97] Mar del Pla­ta (Ar­gen­tine) 1959 1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0–0 Fe7 6.Te1 b5 7.Fb3 0–0 8.c3 d6 9.h3 Ca5 10.Fc2 c5 11.d4 Dc7 12.Cbd2 Fd7 13.Cf1 Tfe8 14.Ce3 g6 15.dxe5

[15.Fd2]15...dxe5 16.Ch2 Tad8 17.Df3

Fe6 18.Chg4 Cxg4 19.hxg4 [19. Cxg4 Fxg4! 20.hxg4 c4=]19...Dc6?! [19...Cc4! 20.Cd5 Fxd5 21.exd5 Cb6 22.Td1 Td6 23.a4 Ted8 24.axb5 axb5 25.Fe3 c4= Keres,P-Ma­ta­no­vic, A/ Bled/1961/0,5/83/]20.g5[20.Dg3!f6 (20...Dc7 21.Cf5!‚ 20...Ff6 21.g5 Fg7 22.Dh4) 21.g5 Rh8 22.b3 Tf8 23.Cd5! Fxd5 24.exd5 Dxd5 25.gxf6 Fxf6 26.Fh6±Bo­le­slavs­ky,I-Tal,M/Tbi­li­si/1957/1:0/93/]20...Cc4[20...Fxg5 21.Cd5! Fxc1 (21...Fxd5? 22.Fxg5±) 22.Cf6+ Rh8! 23.Taxc1 (23.Cxe8 Fg5 24.Cf6 Cc4) 23...Tf8 (23...Te7 24.Dg3 Dc7 25.Dh4) 24.Dg3 Dc7 25.Dg5 Rg7=]

21.Cg4 Fxg4 22.Dxg4 Cb6! [22...f6? 23.gxf6 Fxf6 24.a4 Cb6 25.axb5 axb5 26.Fe3±]23.g3 c4 [23...Cd7 24.a4 c4! (24...b4? 25.cxb4 cxb4 26.Fb3±) 25.axb5 axb5=] 24.Rg2 Cd7= 25.Th1 Cf8 26.b4! [26.b3 b4! 27.cxb4 c3!; 26.a4 b4! 27.cxb4

Fxb4 28.a5 Dc7=]26...De6 [26...cxb3?! 27.Fxb3 Dxc3 28.Fe3; 26...a5!? 27.a3 Ta8=]27.De2 a5! 28.bxa5 Da6 29.Fe3 Dxa5 30.a4 Ta8 [30...Dxc3 31.axb5=]31. axb5 Dxb5 [31...Dxa1? 32.Txa1 Txa1 33.Dxc4±; 31...Dxc3!?]32.Thb1 Dc6 33.Tb6! Dc7 34.Tba6 Txa6 35.Txa6

Tc8 36.Dg4 Ce6 [36...Fc5?! 37.Fxc5 Dxc5 38.Fa4!±]37.Fa4 Tb8 38.Tc6 Dd8? [38...Dd7!! 39.Rh2 (39.Txc4? Dd3! 40.Tc6 Tb1) 39...Tb1! 40.Tb6 (40. Txc4 Dd3 41.Tc8+ Rg7 42.Dh4 Fxg5! 43.Fxg5 Th1+! 44.Rxh1 Df1+ 45.Rh2 Dxf2+=) 40...Dd3 41.Txb1 Dxb1 42.Fd7 Cc7 43.Fc6 Dd3]39.Txe6! Dc8 [39... fxe6 40.Dxe6+ Rf8 41.Dxe5+–]40.Fd7! Quand la fier­té s’en va … En­core une fois, Bob­by Fi­scher use d’un style d’une sim­pli­ci­té dé­con­cer­tante contre le fu­tur pré­sident de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale des échecs, l’Is­lan­dais, Fri­di­rik Olaf­sson qui, bien qu’ayant les Blancs, a vite de se faire cas­ser les dents dans une par­tie an­glaise, une ou­ver­ture qu’il avait choi­sie lui-même Mais suite à une sé­rie de coups bien en­chaî­nés, il s’est re­trou­vée dans une po­si­tion per­dante et a fi­ni par aban­don­ner au 40ème coup…

Blancs :Olaf­sson,Fri­drik Noirs : Fi­scher,Ro­bert James [E93] Zu­rich (Suisse) 1959 1.c4 Cf6 2.Cc3 g6 3.d4 Fg7 4.e4 d6 5.Cf3 0–0 6.Fe2 e5 7.d5 [7.dxe5 dxe5 8.Dxd8 Txd8 9.Cxe5 Cxe4!]7...Cbd7 8.Fg5 h6 9.Fh4 a6 [9...g5! 10.Fg3 Ch5! 11.h4 (11.Cd2 Cf4 12.0–0 Cxe2+ 13.Dxe2 f5 14.exf5 Cf6 15.c5 Fxf5 16.Tac1 Tf7! 17.Cc4 Ff8μ Wex­ler,B-Re­shevs­ky,S/Bue­nos Aires/1960) 11... Cxg3! 12.fxg3 gxh4! 13.Txh4 (13.Cxh4 Dg5 14.Cf5 Cf6; 13.gxh4 f5 14.exf5 Cf6 15.0–0 Fxf5) 13...f5 14.Dc2 Cc5 15.Fd3 Df6, 9...De8 10.Cb5]10.Cd2 De8 11.g4!? Ch7 12.Dc2 [Cg5? [12...Cc5 13.0–0–0 (13.b4 Cd7) 13...f5= ] 13.h3! Cc5 14.0–0–0 Fd7 15.f3 [15.Tdg1 Ca4

16.Cxa4 Fxa4 17.Dd3] 15...Ca4 [15... b5!? 16.b4 Cb7] 16.Cxa4 Fxa4 17.b3 Fd7 18.Ff2 c5! 19.h4 Ch7 20.Fe3 b5 21.Cb1? f5! 22.gxf5 gxf5 23.exf5 Fxf5 24.Dd2 e4! 25.Tdg1 exf3? [25...Ta7! 26.Fxh6 exf3] 26.Fxh6? [26.Txg7+ Rxg7 27.Fxh6+ Rh8 28.Fxf8 Dxf8 29.Fxf3 Fxb1 30.Dc3++– ] 26...Ta7! 27.Fxg7 Txg7 28.Txg7+ Rxg7 29.Fd3 bxc4 30.Tg1+ Rh8 31.Dc3+ De5 32.Dxe5+ dxe5 33.Fxf5 Txf5 34.bxc4 Cf6 35.Cd2 f2 36.Th1 e4 37.Rd1 e3 38.Cf1 Te5 39.Re2 [39.Cg3 Ch5 40.Ce2 40...Rg7 ] 39...Ch5! 40.Rf3 e2

Dxd7 41.Txg6++–1–0

et les blancs aban­donnent

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.