MONCEF MATOUSSI, PDG DE L’ETAP NAWARA AS­SU­RE­RA 40% DE LA PRO­DUC­TION NA­TIO­NALE EN GAZ

S’il est d’usage de ju­ger la réus­site d’une en­tre­prise sur la qua­li­té de ses pro­jets, l’Etap en convain­cra plus d’un avec son mé­ga­pro­jet de Nawara qui en­tre­ra en pro­duc­tion au cours du pre­mier tri­mestre 2019, le plus im­por­tant pro­jet de gaz dans le sud à

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE - Par Sar­rah O. BAKRY

CER­TAINES EN­TRE­PRISES DU SEC­TEUR DES HY­DRO­CAR­BURES EN­VI­SAGENT DE QUIT­TER LA TU­NI­SIE. ESTCE POUR CE­LA QUE VOTRE PRO­GRAMME DE PRO­MO­TION EST SI CHAR­GÉ EN 2018 ?

Il n’y a pas de lien di­rect entre les deux constats. Et je pro­fite de l’oc­ca­sion pour vous as­su­rer que la vo­lon­té ex­pri­mée par des en­tre­prises étran­gères de par­tir re­lève de questions stra­té­giques sans rap­port avec la si­tua­tion in­terne du pays. Les opé­ra­teurs qui ont in­ves­ti de­puis long­temps en Tu­ni­sie, par exemple l’ita­lien ENI, qui est là de­puis les an­nées 1960 avec le site El­bor­ma, sont évi­dem­ment sensibles au cli­mat gé­né­ral qui pré­vaut dans les

Des com­pa­gnies telles que Shell, OMV,BG Tu­ni­sia, Al Tha­ni, Pvep… ont sol­li­ci­té nos com­pé­tences en ma­tière de ser­vi­cing.

pays par­te­naires. Ce sont plu­tôt les pe­tits gi­se­ments qui sont en cause au mo­ment où les prix ne sont plus ce qu’ils ont été il y a quelques an­nées. Et ENI s’in­té­resse à des gi­se­ments beau­coup plus im­por­tants en Egypte et au Mexique. Mais, aux der­nières nou­velles, elle va conti­nuer à in­ves­tir en Tu­ni­sie. Pe­tro­fac est dans le même cas et consi­dère qu’elle doit s’at­ta­cher non pas à la pros­pec­tion mais à son coeur de mé­tier qui est l’en­gi­nee­ring et la construc­tion. Pour re­ve­nir à votre ques­tion sur la pro­mo­tion, la stra­té­gie de l’Etat tu­ni­sien est de pro­mou­voir l’ex­plo­ra­tion des blocs libres que chaque pays dé­fi­nit se­lon ses dis­po­ni­bi­li­tés. Nous par­ti­ci­pons à des évé­ne­ments par­tout dans le monde pour at­ti­rer les in­ves­tis­se­ments. D’ailleurs, plus de 50% des in­ves­tis­se­ments di­rects étran­gers (IDE) chez nous sont dus au sec­teur des hy­dro­car­bures en pé­trole et en gaz, en ex­plo­ra­tion et en pro­duc­tion.

Dans le cadre de la pro­mo­tion des ac­ti­vi­tés ex­plo­ra­tion-pro­duc­tion, l’Etap a pro­gram­mé pour l’an­née 2018 de par­ti­ci­per ac­ti­ve­ment à des évé­ne­ments in­ter­na­tio­naux in­con­tour­nables : Hous­ton-USA, Caire-Egypte, Londres-An­gle­terre, Oran-Al­gé­rie, Salt Lake Ci­ty-USA, Co­pen­hague-Da­ne­mark, Wa­shing­ton DC-USA, Ana­heim CA-USA, Cape Town-Afrique du Sud. Ces évé­ne­ments consti­tuent un es­pace pri­vi­lé­gié pour éta­blir des con­tacts, ren­con­trer de nou­veaux par­te­naires, à la fois fi­nan­ciers et tech­niques, et sur­tout bé­né­fi­cier des bonnes pra­tiques d’en­tre­prise à forte crois­sance dans l’in­dus­trie pé­tro-ga­zière à l’échelle in­ter­na­tio­nale. Ce pro­gramme fait par­tie de la stra­té­gie de l’en­tre­prise de se rap­pro­cher des ac­teurs po­ten­tiels et de leur faire dé­cou­vrir les op­por­tu­ni­tés d’in­ves­tis­se­ment, que ce soit en ex­plo­ra­tion ou dans les fu­turs pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment et de pro­duc­tion, afin de sti­mu­ler le sec­teur des hy­dro­car­bures par de nou­velles dé­cou­vertes et dé­ve­lop­pe­ments de gi­se­ments pé­tro­liers et ga­ziers.

APRÈS UN CHAN­GE­MENT DE VO­CA­TION IL Y A UNE VING­TAINE D’AN­NÉES, VOUS SEMBLEZ ME­NER L’ETAP AU­JOURD’HUI VERS UN NOU­VEAU CHAN­GE­MENT EN L’IM­PLI­QUANT DANS LES ÉNER­GIES RE­NOU­VE­LABLES ?

Le man­dat ini­tial de l’Etat était cen­tré sur la conduite d’études à ca­rac­tère pé­tro­lier, la formation et le per­fec­tion­ne­ment, l’in­ter­ven­tion éven­tuelle dans toutes les opé­ra­tions in­dus­trielles commerciales, fi­nan­cières, mo­bi­lières et im­mo­bi­lières se rat­ta­chant di­rec­te­ment ou in­di­rec­te­ment aux hy­dro­car­bures. Avec son chan­ge­ment de vo­ca­tion, sa mis­sion ac­tuelle se dé­ploie sur plu­sieurs axes : - pro­mo­tion de l’ex­plo­ra­tion des hy­dro­car­bures en Tu­ni­sie ; - ges­tion du pa­tri­moine na­tio­nal pé­tro­lier ; - réa­li­sa­tion des études de dé­ve­lop­pe­ment des dé­cou­vertes ; - ges­tion des ex­ploi­ta­tions des conces­sions pé­tro­lières et ga­zières aux­quelles elle est as­so­ciée et pro­mo­tion du dé­ve­lop­pe­ment des gi­se­ments mar­gi­naux ; - ap­pro­vi­sion­ne­ment du pays en pé­trole brut et en gaz ; - réa­li­sa­tion des études tech­ni­co-éco­no­miques de pro­jets ayant trait aux ac­ti­vi­tés pé­tro­lières et pa­ra­pé­tro­lières ; - réa­li­sa­tion des pres­ta­tions de ser­vices dans les do­maines du trai­te­ment sis­mique, des études de si­mu­la­tion des gi­se­ments et des la­bo­ra­toires ex­plo­ra­tion-pro­duc­tion. De plus, cette nou­velle mis­sion in­clut pour l’Etap la pos­si­bi­li­té de s’im­pli­quer dans l’Ope­ra­ting (opé­rer di­rec­te­ment des ac­ti­vi­tés d’ex­plo­ra­tion et de pro­duc­tion), par exemple avec ONV, Shell, des opé­ra­teurs chi­nois et ko­wei­tiens... avec les­quels nous sommes as­so­ciés à 50%/50%. C’est dans ce sens que nous en­vi­sa­geons un par­te­na­riat stra­té­gique avec ENI sur des gi­se­ments d’éner­gies re­nou­ve­lables avec 2 pro­jets : Brown Field pour pro­duire 10Mw d’élec­tri­ci­té spé­cia­le­ment dé­diés au site Adam, et Green Field avec 10Mw à Ta­taouine dans le cadre du ré­gime des au­to­ri­sa­tions et nous nous pré­pa­rons au lan­ce­ment d’un autre pro­jet de plus de 10Mw sous le ré­gime des conces­sions. Pour le mo­ment, tout ce­la est dans le do­maine du so­laire, mais nous res­tons ou­verts pour l’éo­lien éga­le­ment.

VOS AC­TI­VI­TÉS D’EX­PLO­RA­TION ONT-ELLES CONNU DES CHAN­GE­MENTS IM­POR­TANTS DU­RANT LA DERNIÈRE PÉ­RIODE ?

Il est in­dé­niable qu’il y a une re­prise de l’ac­ti­vi­té d’ex­plo­ra­tion de­puis fin

Nous en­vi­sa­geons un par­te­na­riat stra­té­gique avec ENI sur des gi­se­ments d’éner­gies re­nou­ve­lables avec 2 pro­jets. Pour le mo­ment, tout ce­la est dans le do­maine du so­laire, mais nous res­tons éga­le­ment ou­verts pour l’éo­lien.

2017-dé­but 2018 et de nom­breux in­ves­tis­seurs ont de­man­dé l’ac­cès à notre Da­ta Room pour dé­ci­der de per­mis de re­cherche. Nos chiffres disent que les ac­ti­vi­tés d’ex­plo­ra­tion à fin avril 2018 ont en­re­gis­tré des in­ves­tis­se­ments s’éle­vant à en­vi­ron 10 M US$ pour le fo­rage du puits Je­bel Ke­bir #2 (Kb2) sur le per­mis Nord des Chotts, l’ac­qui­si­tion sis­mique 3D de 265 km² sur le per­mis Jnein Centre, 23 per­mis (21 per­mis de re­cherche et 2 per­mis de pros­pec­tion) cou­vrant une su­per­fi­cie de 67.265 km². Ces per­mis sont ex­ploi­tés par 16 com­pa­gnies pé­tro­lières na­tio­nales et in­ter­na­tio­nales sur les 20 com­pa­gnies ac­tives dans le do­maine de l’ex­plo­ra­tion en Tu­ni­sie. Je peux vous dire que l’in­té­rêt pour les blocs libres en Tu­ni­sie sont en hausse nette. Les fo­rages d’ex­plo­ra­tion sont ain­si mon­tés de 2 puits à 19 et les fo­rages de dé­ve­lop­pe­ment sont pas­sés de 2 à car­ré­ment 35 puits.

AVEZ-VOUS ÉGA­LE­MENT CONSTA­TÉ UNE ÉVO­LU­TION DANS VOTRE BRANCHE DE SER­VI­CING ET DE CONSUL­TING ?

Des com­pa­gnies telles que Shell, OMV, BG Tu­ni­sia, Al Tha­ni, Pvep… ont sol­li­ci­té nos com­pé­tences en ma­tière de ser­vi­cing. Nos en­ti­tés de ser­vice sont ac­tuel­le­ment re­grou­pées au Centre de re­cherche et de dé­ve­lop­pe­ment pé­tro­liers qui a été spé­cia­le­ment conçu à cette fin. Le ser­vi­cing à l’Etap concerne les ac­ti­vi­tés sui­vantes: base de don­nées pé­tro­lière, la­bo­ra­toires, études géo­lo­giques et géo­phy­siques et ré­ser­voirs. Des moyens ana­ly­tiques et tech­niques né­ces­saires à la réa­li­sa­tion d’études ci­blées ont été pro­gres­si­ve­ment mis en place et dé­ve­lop­pés. La base de don­nées pé­tro­lières, les la­bo­ra­toires avec toutes les tech­no­lo­gies de pointe qui y sont dé­ve­lop­pées consti­tuent des en­ti­tés pres­ta­taires de ser­vices pour le compte des dif­fé­rents di­rec­tions tech­niques (ex­plo­ra­tion et pro­duc­tion de l’Etap), mais aus­si pour le compte des tiers (com­pa­gnies­pé­tro­lières, bu­reaux d’études, uni­ver­si­tés...). Une forte in­ter­ac­tion s’est ain­si ins­tal­lée entre les la­bo­ra­toires, avec ses spé­cia­listes, et les en­ti­tés en charge des dif­fé­rents tra­vaux.

Il est in­dé­niable qu’il y a une re­prise de l’ac­ti­vi­té d’ex­plo­ra­tion de­puis fin 2017-dé­but 2018 et de nom­breux in­ves­tis­seurs ont de­man­dé l’ac­cès à notre da­ta­room.

L’in­té­rêt pour les blocs libres en Tu­ni­sie est en hausse nette. Les fo­rages d’ex­plo­ra­tion sont pas­sés de 2 à 19 puits et les fo­rages de dé­ve­lop­pe­ment sont pas­sés de 2 à 35 puits.

De plus, l’Etap, forte de sa longue ex­pé­rience dans le do­maine de l’in­for­ma­tique et riche de ma­té­riel, pos­sède toutes les com­pé­tences né­ces­saires pour me­ner à bien des cam­pagnes de consul­ting et d’im­plé­men­ta­tion de solutions de ges­tion…

QUELS SONT VOS PRO­JETS POUR LA PÉ­RIODE À VE­NIR ?

Le pre­mier est Nawara, le plus im­por­tant pro­jet de gaz dans le Sud à 50% /50% entre l’Etap et l’Au­tri­chien OMV pour un coût de 1,1 milliard de dol­lars (équi­valent de 3 mil­liards de nos di­nars), avec une uni­té de trai­te­ment pré­li­mi­naire CPF à Ta­taouine et 370 km de pi­pe­line vers Ga­bès où se trouve le gas treat­ment plant. La pro­duc­tion se si­tue à 2,7 mil­lions de m3 par jour et consti­tue 40% de la pro­duc­tion na­tio­nale en gaz na­tu­rel, GPL (pro­pane et bu­tane) et en conden­sat, et son en­trée en pro­duc­tion se­ra au cours du pre­mier tri­mestre 2019. Par­mi nos pro­jets, il y a aus­si la conces­sion Ash­tart Re­vam­ping Pro­ject qui consiste à aug­men­ter la pro­duc­tion du champ d’Ash­tart. Il y a éga­le­ment le BBT GAS Va­lo­ri­sa­tion Pro­ject (va­lo­ri­sa­tion du gaz du champ Bir Ben Tar­tar) qui a été ini­tié de­puis quelques an­nées, se­lon plu­sieurs scé­na­rios pris en consi­dé­ra­tion pour la meilleure gé­né­ra­tion

d’élec­tri­ci­té, pro­duc­tion de GPL et LNG et ex­port du gaz com­mer­cial et de nou­velles tech­no­lo­gies ont été étu­diées tel que CNG. Il y a en­core le pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment ad­di­tion­nel Isis, la re­prise du dé­ve­lop­pe­ment du champ qui a été opé­ré (en uti­li­sant l’uni­té Fp­so Ik­dam) par Lun­din à par­tir de 2001 puis pro­vi­soi­re­ment aban­don­né en 2006. Le scé­na­rio de re­dé­ve­lop­pe­ment d’Isis consiste à louer une nou­velle uni­té Fp­so qui se­ra amar­rée par tour et aux en­vi­rons des puits pro­duc­teurs. Et aus­si Cos­mos, Ju­nane, Gulf Of Gabes, Stod/Ana­guid East, Bir Ben Tar­tar, Ba­nef­sej Sud, Za­rat, ras el Besh...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.