La Tu­ni­sie ac­cède au club des grands

La Banque mon­diale consi­dère, dans son der­nier rap­port sur les éner­gies re­nou­ve­lables, la Tu­ni­sie comme un pays hau­te­ment pro­duc­tif, réus­sis­sant ain­si à ac­cé­der au cercle très fer­mé des bons élèves en termes de tran­si­tion éner­gé­tique

La Presse Business (Tunisia) - - CAHIER A -

La Banque mon­diale consi­dère, dans son der­nier rap­port sur les éner­gies re­nou­ve­lables, la Tu­ni­sie comme un pays hau­te­ment pro­duc­tif, réus­sis­sant ain­si à ac­cé­der au cercle très fer­mé des bons élèves en termes de tran­si­tion éner­gé­tique Le der­nier rap­port de la Banque mon­diale re­la­tif aux po­li­tiques dans le do­maine des éner­gies re­nou­ve­lables est ve­nu ré­vé­ler que la Tu­ni­sie s’est clas­sée au 21e rang à l’échelle mon­diale en 2017, réa­li­sant «une re­mar­quable amé­lio­ra­tion de 44 po­si­tions avec un to­tal de 76 points sur 100 pos­sibles».

De­puis l’avè­ne­ment de la ré­vo­lu­tion du 14 jan­vier 2011, s’est ins­tau­ré dans le lexique po­li­tique et mé­dia­tique na­tio­nal un nou­veau concept : il s’agit de la tran­si­tion dé­mo­cra­tique dans le sens pu­re­ment po­li­tique, ce qui si­gni­fie que la Tu­ni­sie était ap­pe­lée à vi­rer d’un pays an­ti­dé­mo­cra­tique, voire dic­ta­to­rial, à un ré­gime ou­vert, libre où tout le monde exer­ce­rait son droit à la par­ti­ci­pa­tion à l’édi­fi­ca­tion de l’ave­nir na­tio­nal. Et tous les ana­lystes et ob­ser­va­teurs de mar­te­ler jour et nuit qu’il était urgent de faire la tran­si­tion dé­mo­cra­tique, ou­bliant peut-être ou fei­gnant de le faire qu’il existe d’autres tran­si­tions à faire réus­sir comme la tran­si­tion éco­no­mique, la tran­si­tion cultu­relle, la tran­si­tion en­vi­ron­ne­men­tale et la tran­si­tion éner­gé­tique qu’on ap­pelle l’éner­gie verte. Aus­si, les or­ga­nismes in­ter­na­tio­naux spé­cia­li­sés et les bailleurs de fonds in­ter­na­tio­naux comme la Banque mon­diale éta­blis­sen­tils pé­rio­di­que­ment dans leurs rap­ports an­nuels ou se­mes­triels des clas­se­ments en ma­tière d’éco­no­mie verte, d’éner­gie verte, de qua­li­té de la vie, de pré­ser­va­tion des ri­chesses evi­ron­ne­men­tales, etc. Et c’est sur la base du res­pect, par les di­vers pays du monde, de ces normes et me­sures com­mu­né­ment ad­mises que sont dres­sés les clas­se­ments sur la base des­quels les de­mandes de prêt ou de fi­nan­ce­ment des pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment sont ac­cep­tés ou re­je­tés. Faut-il rap­pe­ler que la Banque mon­diale, le FMI, la BEI, la Berd et la BAD ac­cordent une place im­por­tante lors de l’exa­men des sol­li­ci­ta­tions de prêts qui leur sont sou­mises par les pays, no­tam­ment ceux en dé­ve­lop­pe­ment, aux ac­quis que ces mêmes pays ont réa­li­sés dans le do­maine de la concré­ti­sa­tion des agen­das onu­siens de dé­ve­lop­pe­ment du­rable, comme conve­nu lors de som­mets aux­quels par­ti­cipent la ma­jo­ri­té des pays de la pla­nète, mettent en place des stra­té­gies com­munes de dé­ve­lop­pe­ment et s’en­gagent à en res­pec­ter scru­pu­leu­se­ment les cri­tères et les normes. En Tu­ni­sie, il est un mo­tif de sa­tis­fac­tion de consta­ter que les réus­sites en­gran­gées ces der­nières an­nées, en dé­pit des échecs éco­no­miques ou so­ciaux, ne concernent pas uni- que­ment le champ po­li­tique où notre pays est consi­dé­ré comme la seule na­tion arabe à avoir vi­ré de la dic­ta­ture vers la dé­mo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive. Et ce sont les or­ga­nismes spé­cia­li­sés qui le re­con­naissent. C’est dans ce cadre que le der­nier rap­port de la Banque mon­diale re­la­tif aux po­li­tiques dans le do­maine des éner­gies re­nou­ve­lables est ve­nu ré­vé­ler que la Tu­ni­sie s’est clas­sée au 21e rang à l’échelle mon­diale en 2017, réa­li­sant «une re­mar­quable amé­lio­ra­tion de 44 po­si­tions avec un to­tal de 76 points sur 100 pos­sibles». Le rap­port pré­cise en­core que la Tu­ni­sie est con­si­dé­rée comme un pays hau­te­ment pro­duc­tif en ma­tière d’éner­gie verte. Pour ce qui est de l’in­dice de l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique, la Tu­ni­sie s’est clas­sée 20e sur 133 Etats avec une note gé­né­rale de 75 sur 100 pos­sibles. Il est à pré­ci­ser que la Tu­ni­sie et l’Afrique du Sud sont les seuls pays afri­cains à fi­gu­rer sur la liste des pays hau­te­ment pro­duc­tifs en ma­tière de tran­si­tion éner­gé­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.