On passe à l’ac­tion

La Presse Business (Tunisia) - - CAHIER A - Sa­mir DRIDI

Créa­tion d'une nouvelle struc­ture de sé­cu­ri­té à Kas­se­rine, re­grou­pant la police et la garde na­tio­nale, char­gée de la lutte contre le ter­ro­risme, ain­si que la construc­tion d’un com­plexe de sé­cu­ri­té à Ker­ken­nah abri­tant les dif­fé­rentes uni­tés sé­cu­ri­taires.

A Kas­se­rine comme à Ker­ken­nah, de nou­velles me­sures fa­vo­ri­sant les deux vo­lets struc­tu­rel et or­ga­ni­sa­tion­nel, sans tou­te­fois né­gli­ger le cô­té dis­ci­pli­naire, ont été prises vi­sant à confé­rer da­van­tage d’ef­fi­ca­ci­té à l’ac­tion des uni­tés de la police et de la garde na­tio­nale qui se­ront ap­pe­lées à tra­vailler de concert dans ces deux ré­gions.

Créa­tion d’une nouvelle struc­ture de sé­cu­ri­té à Kas­se­rine, re­grou­pant la police et la Garde na­tio­nale, char­gée de la lutte contre le ter­ro­risme. Construc­tion d’un com­plexe de sé­cu­ri­té à Ker­ken­nah abri­tant les dif­fé­rentes uni­tés sé­cu­ri­taires. Li­mo­ger ou mu­ter les cadres sé­cu­ri­taires après chaque re­vers su­bi, c’est comme don­ner un coup de pied dans la four­mi­lière. Les décideurs com­mencent à prendre conscience que « l’er­reur n’an­nule pas la va­leur de l’ef­fort », qu’il fal­lait des me­sures ex­cep­tion­nelles pour des si­tua­tions ex­cep­tion­nelles. A Kas­se­rine comme à Ker­ken­nah où les uni­tés sé­cu­ri­taires ont su­bi des échecs, de nou­velles me­sures fa­vo­ri­sant plu­tôt les deux vo­lets struc­tu­rel et or­ga­ni­sa­tion­nel, sans tou­te­fois né­gli­ger le cô­té dis­ci­pli­naire, ont été prises vi­sant à confé­rer da­van­tage d’ef­fi­ca­ci­té à l’ac­tion des uni­tés de la police et de la Garde na­tio­nale qui se­ront ap­pe­lées à tra­vailler de concert dans ces deux ré­gions.

Construc­tion d’un com­plexe de sé­cu­ri­té à Ker­ken­nah

Quelques mois après le drame du nau­frage d’un ba­teau de mi­grants ir­ré­gu­liers à Ker­ken­nah le 3 juin 2018, et ayant fait plu­sieurs vic­times, et suite au bra­quage d’une banque à Kas­se­rine, me­né par un groupe ar­mé en dé­cembre der­nier et l’as­sas­si­nat du frère du mar­tyr Said Ghos­la­ni, deux im­por­tantes me­sures ont été prises, en vue de faire face aux me­naces qui planent sur la sé­cu­ri­té du pays. Ces me­sures ont coïn­ci­dé avec l’ac­tion an­ti­ter­ro­riste des forces spé­ciales exé­cu­tée avec brio au dé­but de cette an­née et qui a conduit à la li­qui­da­tion de deux dan­ge­reux ter­ro­ristes ap­par­te­nant à une cel­lule ayant fait al­lé­geance à Daech. La pre­mière me­sure a été an­non­cée en juin der­nier par le Chef du gou­ver­ne­ment lors de sa vi­site à Ker­ken­nah et com­mence à prendre forme d’une fa­çon plus concrète. Il s’agit d’un com­plexe ac­quis par le mi­nis­tère de l’In­té­rieur et qui re­grou­pe­ra les dif­fé­rents corps sé­cu­ri­taires re­le­vant de la Police et de la Garde na­tio­nale, ce qui est de na­ture à raf­fer­mir la co­or­di­na­tion entre les uni­tés de police in­ter­ve­nant dans le cadre de la lutte contre le crime, et no­tam­ment l’im­mi­gra­tion clan­des­tine qui a fait plu­sieurs vic­times au fil des ans . Il a fal­lu ce nau­frage qui a fait plu­sieurs vic­times pour que les choses bougent dans le bon sens. Ker­ken­nah a connu un grand vide sé­cu­ri­taire de­puis 2016 en rai­son du re­trait des uni­tés sé­cu­ri­taires après les mou­ve­ments de contes­ta­tion so­ciale. Le li­mo­geage de plu­sieurs res­pon­sables sé­cu­ri­taires re­le­vant de la police et la Garde na­tio­nale à cette époque a pré­ci­pi­té le li­mo­geage du mi­nistre lui-même. Lors de sa vi­site dans cette île en juin der­nier, le chef du gou­ver­ne­ment avait pris les choses en main, af­fir­mant que tout le sys­tème de sé­cu­ri­té était dé­faillant, et qu’il fal­lait ren­for­cer la pré­sence des uni­tés sé­cu­ri­taires pour dis­sua­der les or­ga­ni­sa­teurs de l’im­mi­gra­tion clan­des­tine, tout en abor­dant les pro­blèmes de dé­ve­lop­pe­ment dans cette zone. Nouvelle struc­ture sé­cu­ri­taire uni­fiée à Kas­se­rine La se­conde im­por­tante me­sure concerne le gou­ver­no­rat de Kas­se­rine et qui consis­te­ra à la créa­tion d’une nouvelle struc­ture de sé­cu­ri­té ré­gio­nale uni­fiée, re­grou­pant la police et la Garde na­tio­nale, char­gée de la lutte contre le ter­ro­risme, an­none le mi­nis­tère de l’In­té­rieur dans un com­mu­ni­qué pu­blié avant-hier. A cet ef­fet, le mi­nistre de l’In­té­rieur avait or­don­né aus­si la mu­ta­tion de plu­sieurs cadres sé­cu­ri­taires. Ces me­sures s’ex­pliquent par les re­vers su­bis par les uni­tés sé­cu­ri­taires à Kas­se­rine, dont prin­ci­pa­le­ment les deux bra­quages armés qui ont eu lieu dans ce gou­ver­no­rat avec le même mo­dus ope­ran­di en août et en dé­cembre de l’an­née der­nière et l’as­sas­si­nat du frère du mar­tyr Saïd Ghos­la­ni.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.