Re­voir Rome et mou­rir...

Ka­mel, un dea­ler de drogue, s’est en­ri­chi illé­ga­le­ment avant d’être ex­pul­sé et ar­rê­té par les forces sé­cu­ri­taires.

La Presse Business (Tunisia) - - SOCIÉTÉ - Moh­sen ZRIBI

A moins qu’un mi­racle se pro­duise sous forme d’une tra­ver­sée ma­ri­time ache­vée avec suc­cès dans le cadre de l’émi­gra­tion clan­des­tine, Ka­mel, 44 ans, hé­ros mal­heu­reux de ce fait di­vers, ne re­met­tra plus les pieds en Ita­lie, d’où il a été ré­cem­ment ex­pul­sé, pour les dé­lits sui­vants, et non des moindres : tra­fic de drogue et de bi­joux, vols avec ef­frac­tion, proxé­né­tisme et ré­ci­dive. Au­jourd’hui, et il l’a même avoué aux en­quê­teurs, il est tout sim­ple­ment in­con­so­lable. Et pour cause, c’est dans la pé­nin­sule, et plus pré­ci­sé­ment à Rome, qu’il avait bâ­ti un vé­ri­table em­pire : deux ap­par­te­ments, trois voi­tures dont une su­perbe Porsche, deux cafés et un jo­li compte ban­caire au nom de son épouse ita­lienne, Ro­sa­li­na. Bien évi­dem­ment, Ka­mel n’a pas amas­sé cette for­tune dans les règles de l’art, mais plu­tôt en in­ves­tis­sant à fond, et les yeux fer­més, dans les tra­fics illé­gaux ci­tés ci­haut. Pour y par­ve­nir, il a dû mettre une bonne di­zaine d’an­nées du­rant les­quelles il avait cra­va­ché dur, jour et nuit, et pris tous les risques in­ima­gi­nables. S’agis­sant d’un type illet­tré et sans au­cun di­plôme de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, qui a ga­gné la Ville éter­nelle dans la clan­des­ti­ni­té, via une em­bar­ca­tion de har­ra­gas, SDF à ses dé­buts, il n’avait qu’à ver­ser dans l’aven­ture. Té­mé­raire et ja­mais dé­cou­ra­gé, il en­ta­ma sa car­rière de dé­lin­quant en 2001, en so­lo, en op­tant pour les vols avec ef­frac­tion. L’ap­pé­tit ve­nant en man­geant, il ga­gne­ra gra­duel­le­ment du ter­rain, en dé­ve­lop­pant un ta­lent de dea­ler. Et c’est grâce au tra­fic de stu­pé­fiants qu’il a com­men­cé à voir plus grand, à vo­ler plus haut et, en fin de compte, à s’im­po­ser comme un pe­tit mil­lion­naire. Puis, un jour, le ha­sard s’en mê­la, lors­qu’il fit la connais­sance, dans une dis­co­thèque de Rome, de la belle Ro­sa­li­na, une blonde ita­lienne dont il ne se sé­pa­re­ra plus, sur­tout qu’elle lui ap­por­te­ra le plus, en l’in­tro­dui­sant, via ses fré­quen­ta­tions… ma­fieuses dans le tra­fic de bi­joux. Là aus­si, tout a sou­ri à Ka­mel dont la piste n’a ja­mais été re­mon­tée par les «ca­ra­bi­nie­ri». Un seul faux pas à son pas­sif : une ar­res­ta­tion d’un mois pour ébrié­té et vio­lence dans un bar. Si­non, tout mar­chait pour lui comme sur des rou­lettes. Hé­las, les beaux jours ont leur fin, et l’ir­ré­pa­rable de se pro­duire lors­qu’un in­dic… tu­ni­sien, col­la­bo­rant avec la police ita­lienne lui dé­cla­ra la guerre. Mé­cham­ment et ja­lou­se­ment bien sûr. Ar­rê­té lors d’une soi­rée bien ar­ro­sée dans un dan­cing, Ka­mel n’en re­vint pas. Lui, l’in­ap­pro­chable et l’in­vin­cible. C’en était fi­ni de son règne l’enquête sé­cu­ri­taire ayant ré­vé­lé, par re­cou­pe­ments in­ter­po­sés, que son dos­sier était lour­de­ment char­gé. Une fois la moi­tié de sa peine de pri­son pur­gée, il fut ex­pul­sé en Tu­ni­sie lais­sant der­rière lui en Ita­lie, outre sa for­tune, une femme et une char­mante fille qu’il veut au­jourd’hui re­voir par tous les moyens.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.